[WEST-PREVIEW] Oklahoma City : Thunder is comin’

Roberson, Goerge, Westbrook, Anthony, Adams

Un an déjà depuis le départ du Snake, Kevin Durant. Au final, Oklahoma City en est bien sorti sur la saison 2016-2017. Ils étaient loin de la course au titre mais, la saison historique du néo-MVP Russell Westbrook et le bilan collectif ont permis de refermer la blessure. L’effectif du Thunder a tout de même touché ses limites et l’été s’annonçait chaud. Dans cette situation, Sam Presti a sorti son lance-flemme pour la dixième année de la franchise dans l’Oklahoma…

 

Résumé de l’été

Comme énoncé en introduction, le Thunder a réussi sa saison 2016-2017. Mais quelques problèmes se posaient. Pour aller plus haut, Westbrook était bien trop seul pour batailler même avec les Rockets. De plus, il entrait en contract year et il était capital qu’il signe son extension de contrat cet été. Enfin, l’équipe n’avait pas une grosse marge de manœuvre financière pour améliorer le roster via la Free Agency. C’était sans compter sur McGyver Presti.

Juste avant le début de la Free Agency, il trade pour récupérer Paul George. Victor Oladipo (et son contrat un peu trop gros signé via la RFA un peu plus tôt) et Sabonis font le chemin inverse. Quant à Roberson, il re-signe à 40M/4ans ce qui est très abordable. Felton rejoint aussi la franchise en tant que meneur backup après 2 bonnes deux dernières saisons dans le rôle. Le château de carte continue : Patterson signe pour 17M/3ans.

Enfin alors que la saison approche, Presti arrive à arracher Melo aux Knicks contre Kanter, McDermott et le 2nd tour 2018 des Bulls. Entre temps, l’option sur le contrat de Jerami Grant est aussi activé pour environ 1M. Comment construire un big three en 2 mois par Sam Presti.

Ces mouvements affirment la volonté du front office et de l’owner (l’équipe est dans la luxury tax) d’aller chercher un titre durant le prime du MVP en titre. Cerise sur le gâteau, Westbrook signe son extension de contrat à 205M$ sur 5 ans. Il met fin à toutes les rumeurs de départ et lie son avenir à la franchise.

OKC a aussi complété son effectif via la draft avec les ajouts, d’un arrière shooter et athlétique et un pivot acquis au second tour. Respectivement l’australien Terrance Ferguson et Dakari Johnson de l’université de Kentucky. Le dernier spot du roster se jouera probablement entre Canaan et Christon.

arrivées : Paul George, Carmelo Anthony, Patrick Patterson, Raymond Felton, Terrance Ferguson, Dakari Johnson

départs :Victor Oladipo, Enes Kanter, Doug McDermott, Domantas Sabonis

 

Le joueur à suivre : Paul George

Paul George est une star de la ligue mais sa côte est un tout petit peu tombée suite à ses blessures. Il a aussi vécu 2 saisons compliqués sur sa fin aux Pacers. Les régulières n’ont pas été folles mais il a chaque fois 2 énormes séries de playoffs face aux Raptors puis face aux Cavaliers. Malgré les bruits sur sa volonté d’aller aux Lakers, PG semble totalement locked in sur cette année au Thunder.

Paul George (c) nba.com

Pourquoi Paulo est le joueur à suivre ? Car c’est lui qui peut emmener cette équipe vers un autre calibre. Son jeu avec et sans ballon est un fit parfait avec Westbrook. Reste à savoir comment les deux vont s’entendre sur leur rôle et aussi comment ils vont réussir à faire comprendre à Anthony qu’il est le n°3. Sinon il peut former avec Roberson l’une des paires d’aile les plus lockdown en défense de la ligue. Offensivement, il peut à la fois jouer sans ballon, recevoir des shoots après des écrans mais aussi créer pour ses coéquipiers moins talentueux.

Paul George est à un carrefour de sa carrière, pas financièrement car il aura probablement le max l’été prochain mais sur ce qu’il veut accomplir dans la ligue. Et sa décision dépendra surtout de son épanouissement au milieu de ses deux compères. PG n’est clairement pas dans une position de mâle Alpha dans l’équipe de Westbrook mais sa saison est très attendu. Lui qui rêvait de MVP il y a peu, peu de chances vu les partages à faire qu’il y parvienne cette saison. Mais il est attendu en 23 pts, 7 rbds, 4 asts avec des pourcentages d’élite.

 

Cinq de départ

Russell Westbrook – Andre Roberson – Paul George – Carmelo Anthony – Steven Adams

Si l’on compare à l’an dernier c’est un très gros progrès. Des deux cotés du terrain. Défensivement, le seul mauvais défenseur c’est Carmelo (Westbrook peut défendre quand il le souhaite). Athlétiquement c’est aussi monstrueux, le Thunder était la dixième défense de la ligue. En rajoutant Paul George, le potentiel défensif est encore plus fort.

Maintenant en attaque c’est là où les ajustements vont être les plus difficiles à mettre en place. Le jeu des joueurs se complète plutôt bien au final. Mis dans les bonnes conditions, le shoot de PG et Melo est parfait pour Westbrook et ses pénétrations. Rappelons que en catch and shoot, Fiba Melo est à 41.8% sur la saison dernière. A terme, on peut aussi voir un Westbrook sans le ballon avec Paul George (ou Felton) à la création. Trouver Russell lancé vers l’arceau, y’aura pas beaucoup de choses pour l’arrêter. Avec le spacing créé par les arrivées, Steven Adams va également pouvoir redevenir le pivot dominant en pick and roll qu’il a été il y a deux ans en Playoffs. Roberson se fera aussi plaisir avec des coupes vers le panier vu qu’il se fera souvent oublié avec son non-shoot. Si le ballon bouge, ce sera très dur à stopper, attention à ne pas user des isolations par contre. Atteindre le bon équilibre sera le travail de Donovan qui vit probablement, avec un troisième roster en 3 saisons, sa saison la plus importante sur le banc du Thunder.

 

Le pronostic de la rédaction : 4ème de la conférence Ouest

Oklahoma City a fait un gros pas en avant avec ce recrutement. Mais il ne faut pas oublier que c’est un All In, l’avenir de la franchise dépent énormément de la saison à venir. L’extension de Westbrook va permettre à la franchise de se concentrer sur le parquet et d’éloigner les discussions parasites. La saison apparaît, au même titre que l’été en était un pour Westbrook, comme un pitch grandeur nature pour convaincre au moins Paul George de rester. 

Dans un ouest encore plus fort, le Thunder ne devrait pas avoir trop de mal à aller en Playoffs. Au début de la saison, il va falloir que l’équipe prenne ses marques mais quand le roster aura travaillé automatismes et systèmes, ça peut faire du bruit sur la fin de la régulière ou les Playoffs. Sur la saison régulière, l’équipe de Billy Donovan devrait assurer les 50 wins au minimum. Quelle que soit la finalité, la saison s’annonce excitante.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*