[PREVIEW] Washington Wizards : à la croisée des chemins

Sans John Wall, blessé jusqu'en mars 2020, la saison des Wizards s'annonce déjà très longue (c) Clément Carton

Privés de John Wall pour la fin de saison, les Wizards ont pu compter sur un excellent Bradley Beal pour terminer à une honorable 10e place à l’Est. Maintenant, la question est de savoir s’il faut continuer avec cet effectif, ou détruire les murs de la maison Wizards.

Roster 2019-2020

Bradley Beal est le leader naturel des Wizards en l’absence de John Wall qui se remet de sa rupture du tendon d’Achille qui le privera de NBA jusqu’en mars 2020. La figure de la franchise, qui enchaîne les blessures depuis un an, laissant Beal mener cette jeune équipe, avec brio.

Pour pallier le manque de meneur, le board de Washington a misé sur deux joueurs. Isaiah Thomas qui va tenter d’enfin se relancer après un passage raté à Denver, et Ish Smith qui va, à 31 ans, découvrir sa 11e franchise après 3 ans à Detroit. Ils ont aussi drafté Rui Hachimura, qui semble être une bête physique assez impressionnante.

Le cinq de départ probable : Ish Smith (PG) – Bradley Beal (SG) – Rui Hacimura (SF) – Davis Bertans (PF) – Thomas Bryant (C)

Joueurs clés du banc : Isaiah Thomas – CJ Miles – Ian Mahimi – Moritz Wagner – Justin Anderson – Isaac Bonga

Coach : Scott Brooks

Ce qui a changé cet été : Wahsington à l’heure Japonaise

La franchise a dit “Goodbye” à son Manager General, Ernie Grunfeld, présent depuis 15 ans dans la capitale. Un signe fort du tournant que souhaitaient prendre les Wizards. Pour autant, ils se sont ratés sur le recrutement, en tentant de mettre la main sur de trop gros poissons, comme le Nugget Tim Connely ou encore le gourou des Raptors, Masaï Ujiri. Finalement, la solution interne a été privilégiée par défaut, en donnant une promotion à l’inconnu Tommy Sheppart… Projet un peu trouble, il faut l’avouer.

Côté basket, il a fallu se recentrer sur les besoins immédiats de la franchise. La Free Agency des Wizards ne fut donc pas des plus mouvementées du côté des arrivées alors que les départs principaux de Bobby Portis, Jeff Green, Tomas Satoransky (et Dwight Howard, si tant est qu’il faisait partie du roster des Wizards) n’ont été remplacés que – très – partiellement.

Seuls Ish Smith & Isaiah Thomas sont venus garnir les rangs de la capitale pour combler la blessure de John Wall… C’est plutôt du côté de la draft que Washington s’est fait remarquer. Avec le 9e pick, c’est le Japonais Rui Hachimura qui fut choisi, un peu à la surprise générale. Si on pensait l’ailier fort être haut dans la draft, on ne l’imaginait pas dans le top 10 du coté des suiveurs.

A voir comment les meneurs recrutés par le management vont s’intégrer aux systèmes mis en place par Scott Brooks en sachant que, si Ish Smith a un contrat sur 2 saison, Isaiah Thomas n’en a qu’une seule. Pas de quoi faire peur à John Wall.

Objectif : trouver sa stratégie et s’y tenir

John Wall est la clé de voute du projet des Wizards avec son contrat pharaonique. Il faut dire qu’avant ses blessures, le meneur éblouissait la Ligue par ses skills et sa rapidité. Maintenant, on est en droit de se demander si les Wizards ne devraient pas tout faire péter pour reconstruire avec Hachimura & Beal.

Une autre possibilité est d’attendre le retour de John Wall et de voir comment le management peut construire une équipe autour d’un Big Three potentiel Wall/Beal/Hachimura. Dans tous les cas, le board des Wizards aura un choix à faire et il devra l’assumer.

Sur le parquet, les hommes de Scott Brooks vont surement vouloir prendre un peu plus de victoires que l’an passé. Le bilan ne sera pas à l’équilibre, mais un bon “34 Wins” serait une saison réussie quand on voit l’effectif global de Washington.

Une Free Agency 2020 potentiellement importante

Deux joueurs possèdent une Team Option (Troy Brown, Moritz Wagner) tandis que 6 joueurs sont libres à l’été 2020 dont les gros contrats de Ian Mahimi (15M), CJ Miles (8,7M) & Davis Bertans (7M). Si prolonger le Letton semble une bonne idée, se débarrasser des deux premiers cités devraient alléger une masse salariale assez importante suite au contrat de John Wall qui est progressif dans son salaire. Reste à savoir comment combler les trous.

Prono de la rédac’ :
12e de la Conf Est

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*