RWC 2019 : Le Pays de Galles surpris mais assure

Les Gallois ont fait preuve de réalisme pour l'emporter. CP : GABRIEL BOUYS / AFP

Folie, génie, sérénité, assurance … Ces mots résument cette rencontre entre une équipe fidjienne jouant dans tous les sens et des Gallois beaucoup plus posé dans leurs lancements de jeu. Les hommes de Warren Gatland se sont fait peur face à une Fidji très entreprenante et dangereuse. Les Gallois s’en sortent pour une victoire 29 à 17 avec le bonus offensif. Ils se dirigent vers la première place de cette poule.

La folie fidjienne

Les supporters gallois ne s’attendaient pas à une telle entame de match sûrement. À la cinquième minute, le puissant Josua Tuisova inscrit le premier essai en renversant tout sur son passage et ne laissant aucune chance à ses adversaires. Un choix fort au départ du demi d’ouverture fidjien, Ben Volavola, refusant les trois points pour la mêlée. Les Fidjiens se montrent très dangereux avec leurs individualités que l’on connaît en Top 14. Le talonneur du XV du Poireau, Ken Owens, reçoit à la neuvième minute un carton jaune pour plaquage dangereux. Sur l’action suivante, l’arrière Kini Murimurivalu marque le deuxième essai de son équipe. 10 à 0 déjà pour la Fidji après dix minutes de jeu et une possession de 79%.

À partir de là, les Gallois reprennent doucement le contrôle de la rencontre. Les Fidjiens sont pénalisés et reçoivent un carton jaune. Jérôme Garcès, l’arbitre du match, en profite pour demander plus de discipline aux deux capitaines. Les Gallois vont remettre la main sur le ballon. À la 19ème minute et une passe laser au pied de Dan Biggar, Josh Adams ramène les siens au score. Les hommes de John Mckee enchaînent les fautes et récoltent un second carton jaune à la demi-heure de jeu. L’ailier Josh Adams vient inscrire son doublé sur l’action qui suit. Le Pays de Galles est en tête à la mi-temps, 14 à 10. Ce premier acte semble tout de même être l’un des plus abouti par les Fidjis depuis le début de cette coupe du monde.

Les Gallois ont dû lutter contre les nombreuses individualités fidjiennes.
CP : Christophe Simon / AFP

Les Gallois en contrôle

Le retour des vestiaires est similaire au début de rencontre pour les Gallois. Sous pression et dominé dans l’impact physique, les hommes en rouge sont obligés de faire des fautes et de ralentir dans les rucks. Les Fidjiens enchaînent les temps de jeu avec un Semi Radradra très en jambe. La 52ème minute est synonyme de nouveau carton jaune pour le XV du Poireau pour James Davies pour une faute intentionnelle. Ben Volavola choisit la touche et sur le ballon porté, les Flying Fijians obtiennent un essai de pénalité. Ils virent en tête pour un score de 17 à 14. La tension se fait ressentir sur les visages gallois au contraire du banc fidjien. À la 55ème minute, un silence s’abat sur le stade de Oita. Dan Biggar reste au sol sans bouger après un choc aérien à la tête avec son coéquipier Liam Williams. Finalement, il se relèvera et rentrera aux vestiaires sous les applaudissements du public.

Sur les vingt dernières minutes, le Pays de Galles va dérouler avec ses entrants et reprendre le dessus. La Fidji va encaisser deux nouveaux essais de Josh Adams pour le triplé à la 60ème minute et de Liam Williams à la 68ème minute. Le XV du Poireau s’impose sur le score final de 29 à 17 dans la difficulté. Ils confortent leur place de leader dans cette poule D avant leur dernier match face à l’Uruguay dimanche.

Semi Radradra, le phénomène fidjien

Malgré la défaite de la Fidji, un nom revient avec insistance chez les spécialistes dans cette rencontre : Semi Radradra. Il a éclaboussé de son talent ce match. Auteur de nombreuses percées dévastatrices ou encore de crochets impensable, il a été le véritable facteur X face aux Gallois mais aussi dans cette coupe du monde pour la Fidji. Il a su faire jouer ses coéquipiers par des passes après contact et de nombreuses différences faites en un contre un. Il a été élu joueur du match face au XV du Poireau. Il fut l’une des attractions et exemple dans le jeu durant ces phases de poules. Sa coupe du monde est certes terminée, mais il revient en France avec l’Union Bordeaux Bègles. Pour le plus grand plaisir des supporters bordelais et amateur du Top 14 !

Joris Bertoïa

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*