RWC 2019 : l’Irlande confirme sans forcer

Le choc de la poule A a tourné à l'avantage de l'équipe de Rory Best. CP : fb Rugby world cup

Sans trembler, les Irlandais se sont imposés ce matin dans un match qui avait des allures de finale pour la 1ère place de la poule A. Sur un score final de 27 – 3, le XV du trèfle a déroulé. Avec une météo mélangeant vent et pluie, il ne fallait pas s’attendre à un scénario spectaculaire…

Une victoire presque trop facile

Nombre d’observateurs voyaient ce match comme une bonne occasion de jauger le niveau des Irlandais dans cette Coupe du monde. Arrivés avec le dossard de n°1 mondial, leur 3ème place dans le Tournoi des VI nations et leur lourde défaite en août dernier face aux Anglais laissaient planer le doute sur leur chance de titre mondial. Malgré la victoire, difficile de faire le bilan face à des Ecossais décevants.

Le XV du chardon n’a absolument rien montré. La pénalité de Greg Laidlaw est leur seule concrétisation offensive. A aucun moment ils n’ont semblé en mesure de marquer un essai, face au puissant rideau irlandais. On se demande même si à ce stade, ils sont en mesure de remporter cette deuxième place qualificative pour les quarts de finale. En tout cas, ils ont donné des raisons d’espérer aux autres équipes de cette poule.

Deux mi-temps quasi identiques

La première mi-temps a été largement dominée par les Irlandais, et notamment par leurs avants, qui ont marqué de leur empreinte ce début de match. Malgré une entame entraînante avec plusieurs turnovers, le XV du trèfle prend vite le dessus avec un essai dès la 6ème minute signé du pilier John Ryan. Transformé par Jonathan Sexton, les Ecossais semblent déjà en mauvaise posture. Pour preuve, les joueurs de Gregor Townsend abusent du jeu au pied, rendant rapidement le ballon à leur adversaire. La défense irlandaise est intraitable, avec de superbes prises à deux.

Les Irlandais aggravent le score à la 14e minute avec un essai du capitaine Rory Best sur un maul. A leur tour, les Ecossais marquent leurs premiers points à la 21ème minute par une pénalité de 23 mètres inscrite par Greg Laidlaw. Mais quatre minutes plus tard, l’Irlande est de nouveau dans le camps écossais. Une mêlée à cinq mètres emmène Tadhg Furlong jusqu’à l’essai, transformé par Conor Murray. A la mi-temps, l’Irlande mène donc 19 – 3.

La deuxième mi-temps fut moins productive, la météo s’étant aggravée. Le ballon glisse. Malgré une bonne séquence de “pick and go” écossaise en début de mi-temps, la défense irlandaise est impeccable. L’Irlande gratte le bonus offensif à la 56ème minute avec un essai de Andrew Conway. Deux minutes plus tard, la charnière centrale irlandaise est remplacée et laisse quelques points d’interrogation sur la forme physique de Sexton. Massé à la mi-temps, on a vu le joueur du Leinster avec de la crème sur le pouce, lieu de sa dernière blessure. La Coupe du monde est longue et l’on se demande s’il sera en mesure d’assurer jusqu’au bout. En tout cas pour l’instant, cela ne pose pas de problème, puisque même réduits à 14 pendant les dix dernières minutes, les Irlandais n’ont pas été inquiétés.

Des statistiques parées de vert

Sans surprise, les Irlandais ont maîtrisé presque tous les secteurs de jeu. Ils enregistrent 51% de possession de balle. 358 mètres gagnés pour le XV du trèfle contre 297 pour celui du chardon. L’Irlande a dominé la mêlée avec 66,7% de mêlées gagnées. Seul le secteur de la touche est à l’avantage des Ecossais, avec 14 touches gagnées contre 12 pour l’Irlande.

Les avants irlandais à la fête

Trois des quatre essais marqués sont l’oeuvre des avants irlandais. Les deux piliers, Ryan et Furlong, et le talonneur – capitaine Rory Best. Ce dernier a également bien aidé Furlong pour l’emmener jusque dans l’en-but sur son essai.

A 37 ans, le natif de Craigavon en Irlande du nord dispute sa dernière Coupe du monde. Déjà, pendant l’hymne de la fédération irlandaise de rugby, le fameux “Ireland’s call”, Rory Best semblait extrêmement ému, conscient qu’il vit ses dernières heures dans cette compétition. Il dispute sa 4ème Coupe du monde et compte plus de 120 sélections en équipe nationale. Sa première sélection remonte au 12 novembre 2005 face à la Nouvelle – Zélande. Il a remporté quatre Tournois des VI nations dont deux Grand Chelem. Alors oui, ce serait beau qu’il soulève la Coupe cette année, une victoire qui saluerait le magnifique joueur qu’il est. Mais avant, l’Irlande a encore quelques matchs à gagner …

Aurore Dessaigne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*