RWC 2019: Un monde d’écart entre la Nouvelle-Zélande et l’Irlande

Plouf ! Comme nous l’annoncions dans la semaine, la montagne a accouché d’une souris. La Nouvelle-Zélande a balayé l’Irlande sur le score de 46 à 14. Un match à sens unique où le XV du Trèfle a coulé face à des All-Blacks une nouvelle fois impressionnants. Retour sur une démonstration.

Des Irlandais dépassés

Pour la dernière de Joe Schmidt à la tête de l’Irlande, il ne pouvait pas y avoir pire scénario. Le XV du Trèfle a passé un sale quart d’heure, puis un second… et ainsi de suite jusqu’au bout de sifflet salvateur de Nigel Owens après le 8ème essai des Blacks. Comme l’a analysé Aurore Dessaigne de la rubrique Rugby, “les deux équipes avaient 20 km/h de différence, notamment dû au fait que l’Irlande est une nation vieillisante”. Sur le terrain, cela s’est bien vu. Aucun des cadres de cette équipe n’a su sortir la tête de l’eau. À commencer par Jonathan Sexton qui rate deux touches et manque une passe qui amène le 4ème essai néo-zélandais. La dernière de Rory Best restera sûrement un de ses pires souvenirs.

Face à la défense aggressive des Blacks, les Irlandais n’ont jamais trouvé de solutions offensives. Il a fallu attendre la 67ème minute pour voir les Irlandais prendre de vitesse l’équipe de Steve Hansen. Les Irlandais ont manqué d’inspiration, de rythme et d’envie. Leurs erreurs de main à répétition en premiere période les ont empêchés de répondre au défi imposé par les Blacks. La demi-finale d’un mondial reste encore une terre que les Irlandais n’ont jamais foulé. Avec le départ de Joe Schmidt, une page se tourne. Avec la retraite de Rory Best, une légende s’en va. Pour l’Irlande, il faudra se relever.

La Nouvelle-Zélande encore et toujours

Ils peuvent continuer d’y croire à leur triplé et encore plus après une performance d’un tel niveau. Malgré un passé récent difficile face aux Irlandais, les All-Blacks ont montré qu’ils sont toujoirs au rendez-vous quand il le faut. 8 essais inscrits à la deuxième nation mondiale au classement World Rugby, la performance est exceptionnelle. La Nouvelle-Zélande n’a jamais été inquiété dans ce match. Chaque joueur a été à son niveau. Ce qui impressionne, c’est que tous les joueurs sont capables de participer au jeu en réalisant des gestes difficiles techniquement à l’image de Kieran Read et Dan Coles, passeurs décisifs sur des passes après-contact difficiles.

Les Néo-zélandais savent aussi appuyer là où ca fait mal. Reece a vite pris le dessus sur son vis-à-vis Stockdale et durant tout le match, Reece a su profiter de cette avantage. À la fin du match, cela fait 8 défenseurs battus, 4 percées et 3 passes après contact pour l’ailier des Blacks, symbole d’une attaque flamboyante. La performance collective est impressionnante avec 29 défenseurs battus et 16 passes après-contact. Le seul point black est l’indiscipline avec 12 fautes dans un match qui fut pourtant maîtrisé.

Avec tout ça, on a hâte de voir la suite. La rose affrontera la Fougère samedi prochain. Les blancs contre les Blacks. Au vu des deux matchs de ce matin, on peut s’attendre à du très haut niveau de rugby. Après avoir plongé, espérons que nous atteindrons des sommets !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*