Sandrine Martinet : La première médaille d’or Française des Jeux Paralympiques à une saveur particulière

La judokate exaltant son bonheur au moment de sa victoire.

Cette nuit (08/09/2016) à Rio Sandrine Martinet débloquait le compteur des médailles de la délégation paralympique française. Médaillée d’argent à Athènes (2004) et à Pékin (2008), cette judokate inscrite dans la catégorie des -52 kilos à décroché la médaille d’or en dominant l’allemande Ramona Brussig. Retour sur son parcours particulier de cette mal voyante de naissance pendant les Jeux de Londres (2012)…

Image: FranceTvSport La judokate exaltant son bonheur au moment de sa victoire.

Le 30 août  2012, à Londres le judo paralympique commence. Sandrine Martinet, cette maman de deux enfants, rentre dans la compétition comme la grande favorite et avec une rage de vaincre exceptionnelle.

“Quand j’arrive sur un tapis pour combattre, on est en mode guerrier “

En demi-final la kiné de métier va montrer au monde entier que son arme ultime est la résistance à la douleur. Quand elle monte sur le tatami elle sait qu’elle joue une place en finale, une médaille assurée et surtout un grand pas de franchit pour atteindre son objectif : le sacre paralympique. Sandrine Martinet rencontre pour son combat une Chinoise et championne en titre de sa catégorie.

Quand la vice championne paralympique française pose ses mains sur le kimono de la Chinoise, elle sait qu’elle domine et ça se voit. Sandrine Martinet écrase son adversaire dans la prise de garde et la déstabilise facilement  grâce à ses déplacements. Mais la domination ne va durer que les 3 premières minutes. A 1 minute 40 secondes de la fin, son rêve de titre s’envole. En effet sur un contre de la chinoise, la française va se fracturer la malléole gauche, personne ne le sait sauf bien sur Sandrine Martinet. Le contre de la championne paralympique lui offre un waza ri, Sandrine se retrouve mené au score.

“Je touche ma cheville et là je sens la fracture”

Pourtant cela ne vas pas empêcher la française d’abandonner, elle retourne au combat en tenant a peine debout. Son attitude devient exceptionnel, rester debout, combattre avec toute sa rage pendant encore 1 minute et 10 seconde avec une cheville brisée. Poussé par son rêve de médaille elle ne lâche pas, elle continue son combat même si ses attaques sont dérisoires. Le combat se termine, Sandrine Martinet vaincue s’écroule sur le tatami se tordant dans tous les sens sous la douleur de sa fracture.

Sandrine Martinet dans les bras de son entraineur.
Sandrine Martinet dans les bras de son entraîneur.

 

La judokate française finira 5ème de la compétition. Même si Sandrine Martinet n’a pas atteint ses objectifs elle émouvra toute la planète sportive. Grâce à sa rage, cette maman s’est offerte hier soir le sacre de ses rêves.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*