Tennis – ITF : Les joueurs s’organisent contre la nouvelle réforme de la Fédération internationale

Depuis le début du mois de février, une pétition demandant le retrait de la nouvelle réforme du circuit ITF mis en place par la Fédération le 1er janvier 2019 est de plus en plus partagée. Plusieurs joueurs et joueuses hors du top 200 commencent à s’organiser pour faire entendre leur colère envers la Fédération internationale.

Après la réforme de la Coupe Davis, la Fédération internationale de tennis va devoir gérer un nouveau dossier très épineux : celui du World Tennis Tour. Plusieurs joueurs professionnels s’unissent pour combattre cette nouvelle réforme. Un groupe Facebook comportant plus de 1200 membres a été créé dans le but de coordonner des actions en espérant changer les nouvelles règles. 

La jeune canadienne de 22 ans, Maria Patrascu a perdu son classement WTA à la suite de cette réforme et se retrouve 615emondiale à l’ITF. Sauf wildcard, il lui est désormais impossible de disputer un tournoi au-dessus de 15.000$. Elle explique : « Mon programme pour cette année a été complètement détruit par la réforme. Si jamais je rentre dans les tournois 15.000$, je vais devoir en gagner plusieurs à la suite pour monter dans le top 40 ITF afin de pouvoir disputer des 25.000$. Pour le moment, je n’ai pas encore assez de fonds pour prendre le risque de voyager et aller sur un tournoi où je ne pourrais peut-être pas jouer. »

Maria Patrascu a créé une pétition pour interpeller la fédération internationale qui a été partagée par de nombreux acteurs du tennis et qui est soutenue par le vice-président de la fédération allemande de tennis Dick Hordoff et le vice-président de la fédération autrichienne Raimund Stefanits. D’autres actions sont également en train de se mettre en place : « Tous les joueurs sont en train de chercher la meilleure façon de pouvoir changer les choses. Pour le moment, nous sommes tous capables de contacter nos fédérations et nos académies de tennis en faisant passer le message à toute la communauté tennistique. Jusqu’à présent l’ITF nous a seulement dit qu’ils attendaient de voir comment la situation évoluerait dans les prochains mois. »déclare la Canadienne.

Un nouveau système de qualification qui fait scandale

Ana Vrljic, joueuse croate de 34 ans, a participé à de nombreuses reprises aux qualifications des quatre tournois du grand chelem sans parvenir à se hisser dans le tableau principal. Aujourd’hui, elle navigue aux alentours de la 500eplace mondiale et explique la différence pour un jeune de percer avec la nouvelle réforme par rapport à l’ancien règlement ainsi que les difficultés qu’il y aura pour avoir un classement professionnel permettant de disputer les tournois. « Avec la nouvelle réforme, il semble impossible de jouer un tournoi si le joueur n’a pas le classement nécessaire puisque les tableaux sont désormais ‘fermés’. En qualification, il n’y a plus que 24 joueurs alors qu’avant on retrouvait 32, 64 ou 128 joueurs. Il n’y a pas assez de tournois pour que la réforme fonctionne correctement. Les juniors ont quelques avantages désormais mais il y a énormément de jeunes qui n’ont pas effectué ce circuit pour passer professionnel directement. Un très grand nombre de joueurs est forcé de s’entraîner au lieu de disputer des tournois » indique l’ancienne 180emondiale.

A lire > 700 joueurs signent une lettre pour demander le changement de certaines règles de l’ITF World Tour

La nouvelle réforme ouvre la possibilité aux juniors étant dans le top 100 de leur catégorie de pouvoir débuter sur le circuit seniors via une entry list spéciale. Les jeunes joueurs qui n’ont pas l’argent nécessaire pour se déplacer autour du monde ne peuvent disputer ce circuit et ont donc l’impossibilité de démarrer leur carrière s’ils n’ont pas de wild card. Par exemple, des joueurs comme Steve Johnson, Rafael Nadal ou encore Danielle Collins n’ont quasiment pas joué sur le circuit juniors. La récente demi-finaliste à l’Open d’Australie n’a eu qu’une 430eplace comme meilleur classement en 2011 tandis que Nadal n’est monté qu’à la 145eplace en 2002. Tous ont débuté dans les qualifications des tournois Futures, profitant soit de wild card ou des tableaux ouverts à 128 joueurs.

Des centaines de joueurs ne peuvent plus disputer les tournois

Le règlement autorise les tournois à proposer des pré-qualifications. En Egypte et en Tunisie, l’ensemble des joueurs retenus pour disputer les qualifications ainsi que les alternates peuvent y participer dans l’espoir de gagner une wild card. Toutefois, plusieurs joueurs ont rapporté qu’il était impossible d’intégrer le tableau s’ils ne logeaient pas dans l’hôtel affilié au tournoi, souvent plus cher que les autres hôtels locaux et que le prix d’entrée, entre 40 et 50$ est supérieur à l’inscription au tournoi.

Les conditions de participations sont chaotiques : pas de préparation d’avant-match, convocation 15 minutes avant le début de la rencontre. Ils peuvent disputer jusqu’à 4 matches de pré-qualification pour avoir la « chance » de gagner une wild card ouvrant droit au tableau final ou au tableau de qualification, soit un total de 6 matches pour disputer un tournoi qui ne rapporte que seulement 130 euros de prize money en cas de défaite au premier tour.

Contactée, la Fédération internationale de tennis « regrette que des informations erronées aient contribué à la majorité des signatures. »Avec cette réforme, l’ITF souhaitait « assurer que le tennis dispose d’un circuit mondial soutenant l’entrée des meilleurs joueurs et joueuses dans le tennis professionnel et les propulse au sommet du jeu. »A ce stade, la fédération internationale ne pense pas avoir suffisamment de données pour avoir une opinion définitive. Il suffit pourtant de regarder le nombre de joueurs attendant des abandons pour entrer sur les tournois. A Monastir, pour la semaine prochaine, 111 joueuses dont 68 classées espèrent pouvoir entrer dans le tableau de qualification. Chez les hommes, le constat est pire, 272 joueurs dont 150 classés voudraient effectuer leur métier convenablement.

Romain Tamburrino

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*