Tony Parker, une légende tire sa révérence

"TP" a disputé 20 saisons au plus haut niveau, dont 18 en NBA- AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Le mythique meneur de jeu des San Antonio Spurs (NBA) et de l’équipe de France a annoncé ce lundi la fin de sa carrière. Considéré comme le meilleur basketteur français de l’histoire, Tony Parker laisse une trace considérable sur son sport.

Aux côtés des Zinedine Zidane, David Douillet ou encore Marie-José Pérec, Tony Parker est désormais membre du panthéon des grands sportifs français à la retraite. Celui des immenses champions qui ont marqué l’histoire de leur sport à travers des performances aussi rares qu’incroyables. À 37 ans, sa décision de ranger définitivement ses baskets est bien réfléchie, sans la moindre amertume. « Je peux partir tranquille. Je n’ai aucun regret. C’est une carrière rêvée. […] Quand je me rappelle tous les rêves que j’avais, les rêves de carrière, de basketteur, de NBA, finalement la « vraie vie » a été encore mieux, plus grande que mes rêves. Je n’aurais jamais imaginé que je gagnerais quatre titres, que je serais dans le Top 50 des marqueurs de l’histoire de la NBA (49e avec 19 473 points) », témoigne « TP » dans L’Equipe. Pour Jean-Pierre Siutat, le président de la Fédération Française de Basketball, Tony Parker est « assurément le plus grand joueur de l’histoire du basket français, mais aussi un des plus grands au pays où le basket est roi ».

La Une de l’Equipe en l’honneur de Tony Parker ce mardi 11 juin.

Un pionnier en NBA

Dès son plus jeune âge, Tony Parker souhaite jouer en NBA. Un rêve qui devient rapidement réalité, à seulement 19 ans, et qui dure pendant 18 saisons consécutives. Au moment de sa draft en 2001 (28ème position par les San Antonio Spurs), seulement deux Français (Tariq Abdul-Wahad et Jérôme Moïso) ont tenté l’aventure américaine, sans franche réussite. À cette époque, la grande ligue est réservée aux Américains et les étrangers n’ont que peu de place. Mais, le natif de Bruges a eu besoin de seulement cinq matches pour s’imposer définitivement, en devenant le plus jeune meneur titulaire de l’histoire de la NBA. Un record de précocité auquel suivra de nombreuses performances inédites pour un Tricolore, et même pour un étranger, en NBA. Il devient le premier Français champion NBA (2003), le premier Français All-Star (2006), le premier non-américain meilleur joueur d’une finale NBA (2007)…

La carrière de Tony Parker en 10 dates

« Avant Tony, on a eu des joueurs français en NBA, mais on a longtemps pensé que c’était impossible. Lui, il est quatre fois champion NBA, six fois All-Star, il va avoir son maillot retiré dans la salle des Spurs, il va être au Hall of Fame ! Non mais franchement, c’est n’importe quoi ce qu’il a fait, ça n’existe pas », s’enthousiasme Thierry Henry dans L’Equipe. Avec l’Allemand Dirk Nowitzki, entre autres, Tony Parker a ouvert la voie aux étrangers en NBA et montré qu’il était possible d’y réussir. « Après notre arrivée, ça a explosé, commente le quadruple champion NBA pour le média américain The Undefeated. Maintenant, il y a plus de 80 joueurs internationaux en NBA, dont 12 Français ! J’ai toujours pris au sérieux ce rôle de bon ambassadeur pour le basket français ».

L’équipe de France sur la voie du succès

S’il a passé la majeure partie de sa carrière aux Etats-Unis, “TP” n’en a pas moins oublié le basket français. Avant lui, l’équipe de France ne compte qu’une seule médaille obtenue sur la scène internationale (l’argent aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000). En 2016, au moment de sa retraite en sélection, les Bleus en possèdent quatre fois plus. Deux médailles de bronze lors de l’Euro 2005 et 2015, une d’argent lors de l’Euro 2011. Et surtout, une médaille d’or lors de l’Euro 2013, à l’issue duquel Tony Parker a terminé meilleur joueur et marqueur de la compétition. Un souvenir qu’il évoque, avec ses autres trophées, comme le plus beau de sa carrière « car c’était la première fois dans l’histoire du basket français qu’on gagnait une médaille d’or ». Finalement, gagner des titres pourrait bien être ce qui va le plus manquer à ce compétiteur hors-norme.


Tony Parker, entrepreneur sur tous les fronts

Retraité des parquets, Tony Parker est loin d’avoir cessé toute activité. Depuis 2014 et son rachat de l’ASVEL, le quadruple champion NBA multiplie les investissements en France. “TP” est le propriétaire et président du club villeurbannais ainsi que du Lyon ASVEL Féminin (champion de France 2019) avec l’objectif assumé d’en faire des grands d’Europe. La « Tony Parker Adéquat Academy », une structure à vocation sociale, professionnelle et sportive, ouvrira ses portes en septembre à Lyon. L’ex-meneur de l’équipe de France a récemment racheté la station de ski de Villard-de-Lans (Isère). Enfin, Tony Parker collabore depuis peu avec Jean-Michel Aulas, le patron de l’Olympique Lyonnais, pour différents projets comme la création d’une franchise de football féminin aux États-Unis.


A propos de Clément Beaume 95 Articles
Etudiant en journalisme sportif à Nice - Passionné de sport et plus particulièrement de basket-ball !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*