Un jour à PyeongChang #1 : Fauconnet dépité, Dorin-Habert excitée !

Le souvenir de la cérémonie d’ouverture glacée mais remplie de symboles a accompagné le réveil de Pyeongchang après une courte nuit. Jour 1 pour ces XXIIIèmes Jeux olympiques d’hiver placés sous le signe de la paix en Corée. Le Président du CIO, Thomas Bach, avait la veille prononcé un discours de lancement aux athlètes : “Vous allez tous nous inspirer, pour vivre en paix et en harmonie, malgré nos différences” lors de la cérémonie d’ouverture. Et en ce premier jour, nous n’avons pas été déçus malgré l’absence de médailles chez les bleus…

Kalla à jamais la première !

Le premier titre “en jeu” a récompensé la Suédoise Charlotte Kalla, sur l’épreuve du skiathlon (2×7,5 km), devant la Norvégienne Marit Bjoergen et la Finlandaise Krista Parmakoski. A 30 ans, Charlotte Kalla décroche son troisième titre olympique et sa sixième médaille. En 2014, à Sotchi, elle avait terminé deuxième derrière Marit Bjoergen. La Norvégienne manque le triplé puisqu’elle l’avait également emporté à Vancouver. A 37 ans, elle prend malgré tout la onzième médaille olympique de sa carrière. Les Françaises, qui n’étaient pas attendues, se sont bien battues. Aurore Jean a pris la vingt-troizième place et Coraline Thomas Hugue la vingt-neuvième place. Delphine Claudel n’y avait pas pris part. Excellente et inattendue treizième, la Jurassienne Anouk Faivre Picon est en confiance pour son principal objectif, le 10 km libre jeudi prochain.

Dahlmeier championne olympique, Dorin-Habert au pied du podium

Laura Dahlmeier a maîtrisé de bout en bout la première épreuve de biathlon de l’olympiade, le sprint féminin (7,5 km), remportant au passage son premier titre olympique à 24 ans, après avoir dominé le classement de la Coupe du monde et remporté cinq titres sur six possibles aux championnats du monde de Hochfilzen l’an dernier. Après un début de saison poussif, elle est progressivement montée en régime. Une stratégie qui s’est avérée payante dès le premier jour à Pyeongchang. La native de Garmisch-Partenkirchen est la seule des favorites à avoir réussi un sans-faute dans des conditions difficiles, avec une neige froide et lente et un stand de tir balayé par le vent. Elle l’a emporté avec un chrono de 21’06”2, devançant la Norvégienne Marte Olsbu et la Tchèque Veronika Vitkova.

Laura Dahlmeier est championne olympique pour la première fois de sa carrière ! (Reuters)

Quant à elles, les Françaises se sont toutes positionnées pour la poursuite, dont l’ordre et les écarts de départ sont déterminés par le classement du sprint, malgré de la déception après la ligne d’arrivée. Marie Dorin-Habert, avec une faute, termine quatrième. Il s’agit pour elle d’une performance inespérée car il y a quelques semaines encore, elle songeait à mettre un terme à sa carrière. Sa compatriote Justine Braisaz a pris la dixième place, avec deux fautes. Elle nourrit d’énormes regrets sur sa dernière balle du tir couché. Une faute évitable, qui lui aurait permis de jouer le podium aux vues de ses performances en ski. Anaïs Chevalier, seizième, et Anaïs Bescond, dix-neuvième aujourd’hui, conservent leurs chances pour la poursuite, même si elle savent que le podium en poursuite se jouera sur un sans-faute lundi.

Avec trois fautes chacune dont deux au tir couché, les favorites Anastasia Kuzmina, leader de la Coupe du monde de la spécialité, et Kasia Makarainen, en tête du classement général de la Coupe du monde, ont dû très vite rabaisser leurs ambitions. Elles terminent respectivement à la treizième et à la vingt-cinquième place et prendront le départ de la poursuite avec un handicap conséquent, mais pas irrattrapable.

La cruauté du short-track s’abat sur Fauconnet

En short-track (1 500 m), la journée avait plutôt bien commencé lorsque Lepape et Fauconnet, nos deux chances de médaille, avaient rejoint les demies. En demi-finale, Lepape a réalisé une bonne course mais insuffisante pour se qualifier en finale (cinquième de sa demie), tandis que Thibaut Fauconnet s’est brillamment qualifié au terme d’une course parfaitement maîtrisée, en évitant les chutes (deuxième de sa demie). La finale a quant à elle tenu toutes ses promesses, malgré la malchance qui a frappé le Français. Pris dans une chute causée par le sud-coréen Hwang, à deux tours de l’arrivée, alors qu’il était idéalement placé pour viser le podium, le Français n’a qu’anecdotiquement pu passer la ligne en septième position sur neuf finalistes.

Dépité après la cruauté du classement final, le Français devra se reconcentrer sur d’autres courses pour aller chercher une médaille durant la quinzaine. La première médaille olympique française en short track attendra. La course a été dominée par le Coréen Lim Hyo-jun, qui devient champion olympique devant son public, devant le Néerlandais Sjinkie Knegt et Semen Elistratov, qui devient le premier athlète russe primé sous la bannière olympique.

En bref…

Chez les femmes, les Pays-Bas ont écrasé la course de patinage de vitesse sur 3 000 m. Les Néerlandaises ont réalisé un impressionnant triplé. Carlijn Achtereekte s’est emparée de l’or devant ses compatriotes Ireen Wust et Antoinette De Jong. Aucune Française n’avait atteint la finale.

Le concours du petit tremplin en saut à ski a été remporté par l’Allemand Andreas Wellinger (259,3 points), pourtant cinquième à l’issue de l’avant-dernière manche. Il a fait sensation grâce à son dernier saut à 113,5 m. Hula et Stoch, les deux favoris Polonais, se sont d’ailleurs fait éjecter du podium au profit des Norvégiens Johann Forfang et Robert Johansson. Le Français Jonathan Learoyd, 17 ans, qui avait réussi à intégrer la manche finale du concours, s’est classé vingt-septième. Vincent Descombes Sevoie, l’autre Français en lice à Pyeongchang, a terminé quarante-troisième.

Le Canada s’est emparé de la première place du Round Rubin en curling (mixte) après leur victoire sur les athlètes olympiques de Russie (victoire 8 à 2) et la défaite de la Norvège face aux Etats-Unis (3 à 10).

En hockey sur glace féminin, la Suède a pris le meilleur sur le Japon en inauguration (2 à 1). Puis l’événement du second match du jour entre la Corée unifiée et la Suisse, c’est la venue du Kim Yo-jong, la soeur de Kim Jong-un, le leader nord-coréen, qui a assisté à la défaite des siennes sur le score de 8 à 0.

En luge individuelle, l’Allemand Felix Loch mène l’épreuve après deux manches. Il devance l’Autrichien David Gleirscher et l’Athlète russe olympique Roman Repilov.

Et demain ?

Pour voir la première médaille française, il vous faudra peut-être vous réveiller dans la nuit de samedi à dimanche. Car il y a un très beau programme demain pour nos Bleus. Dans la nuit, il y aura d’abord la descente de ski alpin (3h du matin heure française), avec notamment Brice Roger, Adrien Théaux et Johan Clarey. A 12h15, le grand événement du jour prendra place avec le départ du sprint masculin, avec Martin Fourcade en favori, qui tentera d’ajouter une médaille d’or à ses deux titres décrochés à Sotchi il y a quatre ans. La finale du ski de bosses avec la jeune Perrine Laffont, première des qualifications hier, interviewée sur Agora Sports il y a quelques jours, aura lieu.

A noter également les finales du snowboard slopestyle masculin (à partir de 2h), du patinage artistique (2h à 7h), du skiathlon (à 7h15), du patinage de vitesse (5 000 m masculin à 8h), ainsi que le dénouement de la luge individuelle (14h45).

A propos de Clément Carton 156 Articles
- Fondateur d'Agora Sports depuis septembre 2016 - 21 ans, Lyonnais, M2 Journalisme Sportif à l'EDJ Nice. Envie de partager ma vision du sport. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*