Un jour à PyeongChang #2 : Laffont consécration, Fourcade désillusion

Perrine Laffont est submergée par l'émotion après son titre olympique (Reuters)

Cette deuxième journée des Jeux Olympiques aura été riche en rebondissements, avec d’abord l’annulation de la discipline reine de la descente masculine en ski alpin, puis la déception énorme de Martin Fourcade, passé à côté lors du sprint inaugural de biathlon, et enfin le titre olympique de Perrine Laffont en ski de bosses féminin sur un dernier run d’exception !

Martin Fourcade manque son entrée

Auteur de dix-huit podiums en dix-huit courses à cheval sur les deux dernières saisons, dont quinze sur quinze cet hiver, Martin Fourcade arrivait en tête d’affiche du sprint (10 km) des JO 2018 tout comme le Norvégien Johannes Boe. Pourtant, rien ne s’est passé comme prévu aujourd’hui pour les deux leaders de la Coupe du Monde.

Auteur de trois fautes au tir couché, Martin Fourcade n’a pas été en mesure d’offrir à l’équipe de France sa première médaille. Même s’il s’est remobilisé pour réussir un sans-faute au tir debout, le Français a dû se contenter de la huitième place, malgré le meilleur temps de ski. Le titre est revenu à l’Allemand Arnd Peiffer, auteur de la course parfaite, devant le Tchèque Michal Krcmar, tous deux excellents derrière la carabine (10/10). L’Italien Dominik Windisch complète le podium. Les deux derniers cités sont de véritables surprises, puisqu’ils n’avaient jamais fait de podium en Coupe du Monde cette année, et n’avaient tous deux que très rarement atteint le podium dans leur carrière.

C’est une très grosse déception. J’étais prêt. Au tir, c’est incompréhensible. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Sans doute, une mauvaise gestion avec le vent. C’est la course que j’avais coché. J’avais envie de lancer la quinzaine de l’équipe de France. Porte-drapeau, ça a été une grosse émotion. Pour moi, ça allait de pair avec chercher la médaille aujourd’hui. Je suis très déçu, j’avais tout pour le faire. Mais il y a eu quand même quelques points de satisfaction : j’ai réussi à me battre, j’ai gâché une course mais pas deux” – Martin Fourcade

Cela ne réconfortera pas Martin Fourcade mais la course disputée aujourd’hui, de par des conditions de vent difficile et de froid glacial, auront piégé à Pyeongchang tous les meilleurs mondiaux, hormis Peiffer. Notamment les Norvégiens, puisque Johannes Boe a fait pire que Fourcade. Après avoir lui aussi raté son tir couché avec trois fautes, il a commis un nouvel impair au tir debout (une faute) et a plongé dans les profondeurs du classement alors que son début de course sur les skis était impressionnant. Lui qui avait gagné trois épreuves de sprint en Coupe du monde cette saison s’est seulement classé 31e. Son frère Tarjei Boe a lui limité la casse avec la 13e place, tandis qu’Emil Svendsen est 18e.

Chez les autres français, Quentin Fillon Maillet est lui aussi passé complètement à côté (48e, 4 fautes). Antonin Guigonnat a limité la casse (27e, 3 fautes) et Simon Desthieux est bien placé pour la poursuite de demain (12e, 2 fautes, 7ème temps de ski). Eberhard, Doll, Bjoentegaard et Schempp s’élanceront devant Fourcade et seront de sérieux concurrents demain (13h).

Il faudra tout de suite se remettre en selle pour Fourcade, dès demain en poursuite (Reuteurs)

 

Perrine Laffont débloque le compteur des Bleus !

On attendait Martin Fourcade. Et c’est finalement Perrine Laffont qui a créé la sensation et débloqué le compteur des Bleus à PyeongChang. Aujourd’hui, Perrine Laffont n’a pas été la plus spectaculaire, mais la plus efficace.

Première des qualifications hier, elle avait connu un début de journée en demi-teinte. Ce n’est qu’au cours de la dernière manche de la finale de ski de bosses que la native de Lavelanet a explosé, en réalisant un dernier run de qualité au bout duquel elle a décroché l’or olympique. Elle s’est imposée pour neuf centièmes de point, devançant la tenante du titre olympique, la Canadienne Justine Dufour-Lapointe, et la Kazakh Yulia Galysheva. A 19 ans, Perrine Laffont vit en ce moment-même le plus beau jour de sa jeune carrière. La Pyrénéenne, qu’Agora Sports avait interviewée il y a quelques jours, ne pouvait “rêver plus belle victoire“.

Le dernier français à s’être imposé en ski de bosses était Edgar Grospiron en 1992. Le succès de Perrine Laffont suscitera certainement de nouvelles vocations dans le ski français. Pour la petite histoire, ses parents, qui l’accompagnent en Corée, n’ont pu récupérer leur valise à l’aéroport et son bloqués depuis trois jours dans les gradins du Phoenix Park sans affaires chaudes. Ils sauront très certainement se réchauffer en fêtant le titre exceptionnel de leur fille.

 

Redmond Gerard champion olympique à 17 ans !

Éblouissant en troisième manche après deux premiers runs ratés, l’Américain Redmond Gerard a offert la première médaille d’or des JO 2018 aux Etats-Unis en snowboard slopestyle. Le prodige natif de Cleveland a obtenu la note de 87,16 grâce à un superbe Triple Cork passé en toute fin de concours. Il est par ailleurs le premier athlète né après 2000 à devenir champion olympique et devient le 9e athlète le plus jeune de tous les temps à remporter un titre aux JO d’hiver.

Deux Canadiens complètent le podium : Max Parrot, sauvé lui aussi par un dernier run sans faute (86,00), et Mark McMorris (85,20), déjà médaillé de bronze à Sotchi. C’est la belle histoire du jour pour ce dernier, qui avait souffert de 17 fractures en mars dernier, après avoir heurté un arbre en faisant du hors-piste, et pour qui cette médaille olympique relève du miracle.

Par ailleurs, les qualifications pour la finale du slopestyle féminin ont été annulées pour cause de vent, elles aussi. Toutes les snowboardeuses ont été envoyées en finale directement (demain à 2h).

 

En bref…

En patinage de vitesse, le Hollandais Sven Kramer a remporté le 5 000 m en s’abrogeant d’un record olympique au passage (6’09”76). L’athlète néerlandais le plus médaillé de tous les temps a acquis sa huitième médaille olympique, la quatrième en or. C’est la troisième olympiade de suite où il remporte l’or sur la distance (après 2010 et 2014). Le Canadien (naturalisé Canadien mais Hollandais de naissance), recordman du monde, Ted-Jan Bloemen a pris la médaille d’argent pour deux millièmes devant le Norvégien Sverre Lund Pedersen (+1”85). Alexis Contin, seul Français engagé en patinage de vitesse a craqué dans les trois derniers tours après avoir réalisé une course correcte. Il a terminé à trois secondes de son meilleur temps de la saison, à la onzième place. Il attend avec impatience la mass start, où il a des “chances de titre olympique” aux vues de son bon niveau physique, comme il l’a annoncé au micro de France Télévisions.

Après le triplé néerlandais hier, nous avons eu le droit a un nouveau triplé. Cette-fois-ci Norvégien, en skiathlon (2×15 km), discipline de combinaison de 15km de ski de fond au style classique et de 15km de ski de fond au style libre. Tombé quelques mètres après le départ, Simen Hegstad Krueger a réussi l’exploit d’aller décrocher le titre olympique. Pour ses premiers JO à 24 ans, il a placé une accélération décisive à l’entame de la dernière boucle. Son étonnement était de mise lorsqu’il a vu ses compatriotes Martin Johnsrud Sundby et Hans Christer Holund compléter le podium. Johannes Hoesflot Klaebo était pourtant le plus attendu des Norvégiens en tant que leader de la Coupe du monde, mais il n’a pas réussi à rivaliser aujourd’hui (10e). Les Français, Maurice Manificat (5e), Clément Parisse (13e), Jules Lapierre (15e) et Jean-Marc Gaillard (28e), ont été dans le coup toute la course. Ils laissent entrevoir de beaux espoirs pour le relais, où ils avaient pris le bronze à Sotchi.

“Ça fait du bien” – Maurice Manificat
“C’est top pour la suite” – Clément Parisse
“C’était super bien” – Jules Lapierre

Manificat, proche du podium, a manqué de jus pour viser plus haut. Il a malgré tout fait le plein de confiance pour la suite des JO, où il est attendu en favori pour le 15 kilomètres en style libre programmé vendredi prochain.

En patinage artistique, les trois épreuves par équipe du jour n’ont pas été tendres avec les Français. Le Canada a dominé le programme Court de Danse et le programme libre en Couples, et les athlètes olympiques de Russie ont quant à aux viré en tête sur le programme court féminin.

 

Et demain ?

Après des débuts plus compliqués, on aura de belles chances de médailles françaises demain. Le déblocage de Perrine Laffont fera-t-il énormément de bien au groupe France ? On l’espère. Il faudra évidemment suivre dans la nuit le slalom géant féminin (première manche à 2h15, deuxième manche à 5h15), où Tessa Worley, double championne du monde en titre, aura toutes ses chances… Si l’épreuve n’est pas annulée !

Ce sera également la plus grosse journée de biathlon de la quinzaine avec les deux poursuites, masculine et féminine. La course des filles partira à 11h10, avec de réelles chances de médaille pour Marie Dorin-Habert, qui s’élancera quatrième, et Justine Braisaz, qui partira en neuvième position. La course des garçons débutera quant à elle à 13h. Martin Fourcade, tout de même placé, reste le favori de la course après les déboires de ses principaux adversaires, et devra tout donner pour ne rien regretter.

A propos de Clément Carton 140 Articles
- Fondateur et Rédacteur en chef d'Agora Sports - 20 ans, Lyonnais, ambition journalisme sportif, EDJ Nice. Sports de prédilection : Tennis, Basketball. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*