Une semaine sur la planète blanche #1 : Worley déjà en forme, Fourcade inaugure et les géantistes masculins frustrés…

© Agence Zoom

Alors que les Jeux Olympiques de PyeongChang sont dans toutes les têtes en ce début d’hiver, la saison (européenne) des sports blancs a démarré en Autriche avec le slalom géant de Sölden. Mais la semaine n’a pas seulement été marquée par cela, l’hiver n’ayant pas débuté pour tout le monde…

Ça y est, la saison est lancée

Les carres étaient affinées, les skis luisants et la neige était au rendez-vous sur le glacier du Rettenbach, l’endroit où tous les hivers s’ouvrent sur la galaxie ski alpin. Sauf que le vent était de la partie. D’abord le samedi, jour des femmes, obligeant la Fédération internationale de ski (FIS) à abaisser le départ des deux manches. Puis le dimanche contraignant l’instance mondiale régissant la quasi-totalité des sports blancs olympiques à purement et simplement annuler la course masculine. Cette dernière devait s’ouvrir à 10 heures pétantes avec trois Français – Faivre, Pinturault puis le revenant Fanara. Les géantistes vont devoir attendre un peu plus d’un mois avant de se lancer dans la pente, entre portes rouges et bleues, aux Etats-Unis à Beaver Creek. Pour les plus techniciens d’entre eux, le slalom finlandais de Levi viendra les rassasier le temps de deux manches à bourlinguer entre les piquets, début novembre. Justement, ces piquets qui coûtent, à le lire dans L’Equipe, quasiment sa saison au roi Marcel Hirscher qui s’est fracturé une cheville cet été à l’entraînement. Cette annulation, décidée dès 6h45 du matin, est visiblement restée en travers de la gorge de l’Américain Ted Ligety qui s’est étonnée sur le réseau social Twitter de cette décision prise l’année où la star autrichienne est absente.

“On était tous prêts pour ce premier géant, mais le ski reste un sport d’extérieur soumis aux aléas de la nature” (L’Equipe, 30/10). Alexis Pinturault a eu une réaction moins vindicative que Ted Ligety a la suite de l’annulation de l’épreuve d’ouverture de Sölden.

© Agence Zoom

Worley sur le podium, la néo-suédoise Alphand performe

Revenons à la course, à la seule du week-end. Le géant féminin de Sölden disputé devant 15 000 personnes massées dans l’aire d’arrivée. Qu’elle est belle cette ferveur hivernale ! Souvent habituée des déconvenues autrichiennes octobrales, la skieuse du Grand-Bornand, Tessa Worley, a cette fois-ci brillé. Preuve de son nouveau statut, elle qui sort d’un hiver 2016-2017 immaculé marqué d’un deuxième titre mondial et du petit globe de cristal de la spécialité. La leader des équipes de France de ski alpin féminin, prudente en première manche, a lâché les chevaux lors de la seconde pour finalement prendre la deuxième place à 14 petits centièmes de l’Allemande Rebensburg, vainqueur pour la deuxième fois à Sölden après 2010. Ces deux skieuses, nées le même jour – un 4 octobre 1989 divin pour le ski mondial – sont maintenant toutes les deux au sommet, comme il y a quelques années lorsqu’elles se tiraient la bourre. La Française s’est dite ”très contente de démarrer l’hiver de cette manière” (L’Equipe – 29/10). C’est la vétérane italienne Manuela Mölgg, en tête après le premier tracé, qui complète le podium. La prodigue Mikaela Shiffrin termine quant à elle cinquième alors que Lara Gut n’a pas terminé la première manche et que Lindsey Vonn a pris la 34eme position, synonyme de non-qualification pour la manche finale. Notons l’inattendue, de son propre aveu, 14eme place d’Estelle Alphand – la fille du célèbre descendeur, vainqueur à Kitzbühel, à la retraite Luc – qui a pris la nationalité sportive suédoise cet été, celle de sa maman.

Martin Fourcade a fait de la place

© Ludovic Chauchaix

L’hiver n’a pas encore complètement débuté pour Martin Fourcade, pas en forme le week-end dernier aux championnats de France d’été à la suite d’une grosse préparation, mais le goût des globes et des médailles est déjà là… Effectivement, le patron incontesté du biathlon mondiale a inauguré, au court de la semaine, sa nouvelle salle des trophées chez son équipementier Rossignol. Plus grande que la précédente pour permettre à ses innombrables globes – petits et grands – d’entrer dans les armoires en verres. Fourcade espère bien inaugurer une troisième salle des trophées dans quelques mois après une nouvelle saison de cannibale, olympique qui plus est…

A propos de Florian Burgaud 93 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

2 Comments

  1. Très intéressant cette chronique ! Je suis actuellement à l’étranger et ce n’est pas évident de suivre les sports d’hiver. Vivement le week end prochain

    • Très content que ma chronique intéresse, d’autant que les sports d’hiver doivent être plus médiatisés car ce monde est merveilleux, peuplés de champions et de personnes humbles et fantastiques…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*