[WEST-PREVIEW] San Antonio Spurs : vers une Kawhi dépendance ?

En NBA, quand on parle de régularité, d’éthique du travail, de jeu collectif et de coaching parfait, on pense naturellement aux San Antonio Spurs. Ces derniers ont effectué une saison plus qu’honorable lors de l’exercice 2016-17 : seconds à l’Ouest avec 61 victoires, et ce sans le néo-retraité Tim Duncan. Cela fait désormais 20 saisons consécutives que l’équipe ne part pas en vacances en avril, un record dans la grande Ligue. Malgré l’échec des finales de Conférence (0-4 face aux Warriors), les Spurs ont encore une fois fait valoir de leur superbe. Cinq mois plus tard, tandis que certaines équipes de la Conférence Ouest se sont renforcées, les Spurs ont-ils perdu du terrain sur leurs prétendants cet été ?

 

Résumé de l’été

L’été des Spurs a été mouvementé. Tout d’abord, les spéculations autour de l’arrivée de Chris Paul ont déçu puisque l’ex-Clipper a signé chez les rivaux texans des Rockets. D’autres rumeurs sont venues perturber la franchise de R.C. Buford, avec la possibilité d’un échange de LaMarcus Aldridge, pourtant sous contrat longue durée chez les Spurs. Il n’en a finalement rien été.

Les éperons ont réellement perdu deux joueurs importants de la saison dernière. Les révélations Jonathan Simmons et Dewayne Dedmon ont fait leurs valises pour Orlando (3 ans pour $20M) et Atlanta (2 ans pour $14M). Mine de rien, ces départs fragilisent l’équipe, car l’implication défensive des deux joueurs dans l’effectif des Spurs venait consolider la force du banc et sa capacité à tenir lorsque les titulaires sont au repos.

Ainsi, il a fallu combler les pertes. Pour cela, le staff a signé Rudy Gay en tant que Free Agent en provenance de Sacramento, pour un contrat de 2 ans et $17.2M. Ce dernier s’avère être un joueur extrêmement polyvalent, doté de qualités athlétiques énormes et d’une précision respectable derrière la ligne à 3 points. C’est l’occasion pour l’ailier d’enfin s’exprimer chez un candidat au titre, bien que son temps de jeu devrait rester limité en sortie de banc. On peut également noter la signature du pivot Français Joffrey Lauvergne, dont les skills ont impressionné Popovich.

Ils ont aussi signé cinq joueurs qui devraient avoir beaucoup moins de temps de jeu : le rookie Derrick White, arrière sélectionné en 29e position ; Brandon Paul, un arrière en provenance de l’Anadolu Efes qui a fait ses preuves en Euroligue ; l’ailier-fort Matt Costello (Two Way Contract) ; Darrun Hillard, meneur qui n’a pas eu sa chance à Detroit l’an dernier ; London Perrantes, un meneur qui a montré de quoi il était capable lors de son passage à l’université de Virginie. Au passage, les Spurs ont prolongé Patty Mills ($50M sur 4 ans), Pau Gasol ($48M sur 3 ans) et Manu Ginobili ($5M sur 2 ans). Du côté du staff, rien ne change. La continuité à San Antonio, c’est une institution.

 

Le joueur à suivre : Kawhi Leonard

nba spurs kawhi

Même si Aldridge est très attendu et se retrouvera au centre des rumeurs cette année, The Klaw risque bel et bien d’être le joueur à suivre cette année. Joueur humble et non avare en efforts des deux côtés du terrain, Kawhi Leonard a réalisé une saison 2016-2017 exceptionnelle (25,5 points, 5,8 rebonds, 3,5 assists, 1,8 interception et 0,7 contre à 48,5% au tir et 38,1% à 3 points en 33 minutes par match). Il attaque cette nouvelle saison avec un seul objectif : faire des Spurs une meilleure équipe. Nul ne doute qu’il sera un candidat très sérieux au titre de MVP.

Blessé aux play-offs en retombant sur le pied de Zaza Pachulia, il devra néanmoins faire attention à son corps pour revenir à 100% physiquement. Absent en pré-saison à cause d’une entorse à la cheville et d’une tendinite au quadriceps droit, il pourrait fragiliser le roster des Spurs en cas d’absence. Cette fois, les Spurs devront gérer la forme de Kawhi pour arriver aux play-offs avec toutes leurs chances.

 

Cinq de départ

Patty Mills – Danny Green – Kawhi Leonard – LaMarcus Aldridge – Pau Gasol

Dotés d’un cinq de départ vieillissant, les Spurs ont plus que jamais besoin d’un Kawhi Leonard en mode MVP et d’un grand Aldridge pour compenser notamment la blessure de Tony Parker, dont le retour à la mène des Spurs est prévue pour fin 2017.

Néanmoins, le banc des Spurs reste toujours l’un des bancs les plus complets de la ligue. Entre les jeunes arrières plein de talents Dejounte Murray et Bryn Forbes, les Spurs ont encore Manu Ginobili à la baguette ou encore Kyle Anderson pour dynamiser le backcourt de Popovich. Rudy Gay devrait se muer en poste 4 définitif pour compenser le départ de Dedmon et l’absence d’un intérieur défensif. Davis Bertans et Joffrey Lauvergne auront également leur chance sur les postes intérieurs.

 

Le pronostic de la rédaction : 3ème place à l’Ouest

Cette saison, les Spurs devraient encore faire office de favoris à l’Ouest. A moins d’un drame que personne ne souhaite, rien ne devrait entraver leur route jusqu’aux Play-offs. Plus que jamais, ces derniers auront l’air d’un film de super-héros où méta-humains s’affrontent afin de savoir qui est le plus fort. Dans cette guerre, la franchise de San Antonio possède-t-elle assez de Kryptonite pour survivre jusqu’aux finales de conférence ?

Rendez-vous le 19 octobre à l’AT&T Center contre les Timberwolves pour quelques éléments de réponse.

A propos de Clément Carton 139 Articles
- Fondateur et Rédacteur en chef d'Agora Sports - 20 ans, Lyonnais, ambition journalisme sportif, EDJ Nice. Sports de prédilection : Tennis, Basketball. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*