XV de la rose : histoire d’une renaissance

L'Angleterre remporte l'édition 2017 du tournoi des 6 nations. Crédit photo : The Telegraphe

L’Angleterre a remporté ce dimanche le tournoi des VI nations pour la deuxième année consécutive, à peine deux ans après leur incroyable désillusion en Coupe de Monde. Retour sur cette admirable renaissance.

Il était 21H51 ce 3 octobre 2015 quand le rugby anglais sombrait dans un cauchemar invraisemblable. Devant plus de 80 000 supporters acquis à leur cause, le XV de la rose venait de subir une leçon de rugby infligée par les stars australiennes. Le score sans appel de 33 à 13 sonnait la fin de leur parcours en Coupe du Monde… dès les phases de poules.

Dans cette Coupe du Monde organisée sur ces terres, là où tout a commencé pour le monde de l’ovalie, l’Angleterre était déterminée à renouer avec son glorieux passé incarné par la légende Jonny Wilkinson qui avait permis la conquête du titre suprême en 2003. Elle pouvait compter sur de jeunes talents diablement prometteurs incarnés par Owen Farrell ou encore Jonathan Joseph. Malchanceux, les anglais étaient tombés sur une poule étonnement relevée et comptaient parmi ces adversaires les irréductibles gallois et les terribles australiens. La pression de recevoir et le manque d’expérience de cette jeune équipe les avaient mener au pire des scénarios.

Stuart Lancaster remercié, l’Angleterre a dû se reconstruire mentalement et physiquement avec l’exigent mais très talentueux Eddie Jones. L’incroyable réserve de talents incarnés par Ben Youngs, George Ford, Anthony Watson, Mike Brown, ainsi que Owen Farrell et Jonathan Joseph comme cités plus haut, ont transformé cette équipe en une machine à gagner. L’apogée de ce renouveau c’est traduit par un grand chelem réalisé en 2016, sans commentaire, tellement leur domination dans tous les matchs était sans appel. Lancé sur la même ligné pour ce tournoi 2017, ils gagnèrent leur 4 premiers matchs sans trop de difficultés contre la France (19-16), le Pays de Galles (16-21), l’Italie (36-15) et surtout l’Ecosse avec 61 points de marqués (61-21). Mais le cinquième et dernier match devait se jouer face à leur plus féroce adversaire : les Irlandais. Piqué au vif après leur défaite au Pays de Galles qui mettait fin à leur rêve de titre, le XV du trèfle était déterminé à finir cette compétition en beauté. Il accueillait sur ses terres leur meilleur ennemi qui visait le grand chelem pour la deuxième année consécutive et qui était sur le point de dépasser le record de dix-huit victoires consécutives détenus actuellement par les All Blacks. L’Irlande avait donc toutes les raisons pour ne surtout pas les laisser gagner de crainte de les voir exulter sous leur nez et sur leur terrain.

La fougue irlandaise a donc rasé tout sur son passage, porté par un public en feu. L’équipe s’impose finalement 13-9 et prive donc les Anglais d’un second grand chelem. Qu’importe, la victoire est bel et bien là, et quand l’on se rappelle de cette fameuse nuit d’octobre 2015, à peine deux ans plus tôt, on ne peut que s’incliner devant cette incroyable renaissance dont beaucoup devrait s’inspirer outre-manche …

Aurore Dessaigne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*