[ATP NEXT GEN] Denis Shapovalov, la foudre canadienne

Shapovalov a connu une année 2017 stratosphérique... (source : ATP World Tour)

Né en 1999 à Tel-Aviv d’une mère russe et d’un père israélien, Denis Shapovalov est arrivé au Canada au bout de quelques mois seulement. C’est à sa mère, Tessa Shapovalova, qu’il doit sa passion pour le tennis, elle qui l’a initié à ce sport dès l’âge de 5 ans. Méconnu du grand public avant l’année 2017, le canadien a connu une saison fulgurante, le propulsant des profondeurs du classement jusqu’au top 50 ATP, et obtenant au passage une place pour l’ATP Next Gen de Milan.

CARTE D’IDENTITÉ 

Nom : Denis Shapovalov
Surnom : “Shapo”Résultat de recherche d'images pour "shapovalov atp"
Date de naissance : 15 avril 1999
Nationalité : Canadienne
Classement ATP (au 30.10.17) : 49e
Taille / Poids : 1m83 / 76 kg
Pro depuis : 2016
Coachs : Martin Laurendeau et Tessa Shapovalova
Prise : Gaucher, revers à 1 main
Idole : Roger Federer
Surface favorite : Dur
Objectif : Numéro un mondial
Meilleure performance : Demi-finale du Masters 1000 du Canada 2017

 

Une rapide montée en puissance 

La carrière de Denis Shapovalov débute réellement en 2015 lorsqu’il commence à être régulièrement présent sur le circuit challenger. Celle-ci se résume donc jusqu’à présent par une fulgurante progression, de par ses débuts en 2015 à son classement actuel, à peine deux ans plus tard.

Entre 2015 et 2016, le canadien obtiendra des résultats intéressants en simple comme en double. En effet, il sera vainqueur de l’US Open junior en double en 2015. L’année 2016 marquera ses débuts en pro ainsi que des premiers résultats probants. Il sera finaliste en double de Wimbledon junior et vainqueur de l’édition du simple. Enfin, lors de sa deuxième apparition sur le circuit ATP, à l’occasion du masters 1000 de Toronto, le jeune canadien obtiendra une première victoire de taille sur le circuit, se défaisant alors de Nick Kyrgios, 19e joueur mondial à cette époque.

 

“La plus belle semaine de ma vie”

L’année 2017 sera celle de la consécration pour le canadien. Tout d’abord, il remportera deux tournois challengers, à Drummondville et Gatineau, lui permettant d’atteindre pour la première fois de sa jeune carrière le top 200.

Mais c’est durant le mois d’août qu’il se révélera pour de bon au monde du tennis. Invité par les organisateurs du Masters 1000 de Montréal, il réalisera alors une performance exceptionnelle, durant une semaine qu’il qualifiera comme la « plus belle » de sa vie. En effet, Shapovalov atteindra les demi-finales du tournoi, devenant au passage le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre les demi-finales d’un tournoi de cette catégorie. Il triompha notamment de Juan Martin Del Potro et de Rafael Nadal, ce qui permet de mesurer l’ampleur de son exploit. Cette performance remarquable le hissera alors à la 67e place mondiale.

Cependant, l’année 2017 du canadien ne se résume pas seulement à cette Rogers Cup. Quelques semaines plus tard, après s’être extirpé des qualifications, il ira jusqu’en 1/8e de finale de l’US Open éliminant au passage la tête de série numéro 8, Jo-Wilfried Tsonga.

 

Un jeu à part

Le style de jeu du canadien est assez original. Déjà, il se prépare au service en faisant rebondir la balle entre ses jambes. Par ailleurs, il a une prise peu répandue sur le circuit, étant gaucher et jouant avec un revers à une main, chose de plus en plus rare. De surcroît, son jeu se base sur une volonté de développer un jeu vers l’avant, se basant sur sa puissance et n’hésitant pas à être très agressif. Ce jeu, certes à risques, n’est toutefois pas là pour nous déplaire.

Enfin, lorsque l’on analyse ses résultats on peut remarquer que le canadien témoigne d’une impressionnante capacité à se montrer à la hauteur des évènements, comme le montre ses performances face aux meilleurs, où il arrive à déployer un tennis de très haut niveau et à remporter, dans la plupart des cas, ces matchs.

Néanmoins, étant encore jeune, le canadien doit encore se développer physiquement. Il a encore de la marge pour développer sa puissance mais également sa caisse physique, ce qui lui sera indispensable s’il souhaite être en mesure d’évoluer au plus haut niveau sur la durée. A l’avenir, il devra aussi tenter de calmer sa fougue, car celle-ci se remarque souvent et peut parfois avoir de mauvaises conséquences. C’est ainsi qu’en 2017, le canadien se fit également remarquer par un mauvais comportement qui eut des conséquences graves.

En huitièmes de finale de Coupe Davis, dans une rencontre l’opposant au britannique Kyle Edmund, il frappa une balle avec sa raquette par frustration et toucha involontairement l’arbitre de chaise français Arnaud Gabas. Ce geste aura donc eu pour finalité, en plus d’une amende, la disqualification du Canada de cette édition 2017 de Coupe Davis.

 

Cette magnifique saison aura donc permis au tout jeune canadien d’être connu par le grand public mais également de découvrir, avec une certaine réussite, le très haut niveau. C’est donc logiquement qu’il est qualifié pour l’ATP Next Gen de Milan du 7 au 11 novembre prochain. Il fera d’ailleurs partie des favoris en l’absence d’Alexander Zverev. Cette épreuve pourrait ainsi lui permettre de confirmer ses prouesses, et d’affirmer qu’il a les capacités pour évoluer au plus haut du tennis mondial.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*