[ATP NEXT GEN] Jared Donaldson, America is Back

Jared Donaldson au Chengdu Open 2017 (Photo by Zhong Zhi/Getty Images)

Parmi la flopée d’américains qui tirent leur épingle du jeu sur le circuit ATP, Jared Donaldson, qui n’était pas le plus attendu, s’est forgé un caractère de winner. Retour sur le début de carrière d’un des prétendants au titre ATP Next Gen de Milan.

CARTE D’IDENTITÉ

Nom : Jared Donaldson
Surnom : JDRésultat de recherche d'images pour "jared donaldson atp"
Date de naissance : 9 octobre 1996
Nationalité : Américaine
Classement ATP (au 30.10.17) : 54e
Taille / Poids : 188 cm / 75 kg
Pro depuis : 2014
Coach : Jan-Michael Gambill
Style : Droitier, revers à deux mains
ATP Comparaison : David Goffin, Roberto Bautista Agut
Idole : Mohamed Ali et Bill Russell
Surface favorite : Dur
Objectif : Indéfini
Meilleur souvenir tennistique : Gagner contre David Goffin à l’US Open 2016 en sortant des qualifications

 

Percer sans jouer en junior, c’est possible

Jared Donaldson frappe ses premières balles à l’âge de 4 ans aux Etats-Unis. Dans sa jeunesse, Donaldson était un joueur de tennis américain prototypique : un gros service et un gros coup droit. Mais son père, Courtney, savait que Jared devrait développer davantage son jeu s’il voulait réussir en dehors des courts intérieurs de Rhode Island, où la famille vivait.

Alors Jared n’a pas rejoint la route conventionnelle du prodige qui rejoint une académie de tennis pour progresser. Agé de 14 ans, a déménagé à Buenos Aires, en Argentine, et s’est entraîné parmi les joueurs actuels argentins : Diego Schwartzman, Guido Pella ou encore Horacio Zeballos. L’entraînement comprenait une séance de conditionnement physique régulière avec Schwartzman. Là-bas, il progresse dans l’ombre du circuit ITF, devenant redoutable sur terre battue.

J’ai pu voir très jeune comment les professionnels se sont entraînés, ce qu’ils ont fait pour la forme physique, la récupération, comment ils se sont entraînés pour le tennis. Ce fut la décision la plus importante que j’ai prise. J’ai pu voir très tôt comment travailler très fort

Jared Donaldson ne joue que quelques tournois par an et n’atteint que la 115e place mondiale en 2013 chez les juniors. Il se fait néanmoins remarqué en atteignant la finale du Championnat National de l’USTA 2013 de moins de 18 ans à l’âge de 16 ans.

 

Un début de carrière plus que prometteur

Sa carrière débute à l’US Open 2013 où il passe à un rien de se qualifier dans le tableau final en tant qu’illustre inconnu. En 2014, il poursuit sur sa lancée en remportant 3 tournois Futures et se qualifie pour son premier tournoi ATP à Washington. JD reçoit également sa première wild-card pour l’US Open, où il s’incline face à Gaël Monfils.

En 2015, il remporte son premier titre Challenger à Maui, ce qui lui permet d’intégrer le top 200. Puis il remporte son premier match sur le circuit ATP à Memphis. Il est 135e mondial à la fin de l’année.

En 2016, JD se qualifie pour le tableau final du Masters 1000 de Toronto où il bat John Millman et le 33e mondial Fabio Fognini pour atteindre les huitièmes de finale. À Cincinnati, il bat à nouveau un joueur du top 50, Nicolas Almagro, avant de s’incliner contre Stanislas Wawrinka. À l’US Open, alors 122e mondial, il parvient à nouveau à sortir des qualifications et bat le 14e mondial David Goffin au premier tour en quatre sets, puis Viktor Troicki avant de perdre contre Ivo Karlovic. Il intègre le top 100 mondial pour la première fois.

Cette année, avec un classement plus élevé et des succès réguliers, Donaldson a pu jouer toute l’année sur les tournois ATP. Plusieurs résultats ont permis à JD de rentrer dans le top 50, notamment de bons résultats en Masters 1000. Deux huitièmes de finale à Miami et au Canada, et surtout un quarts de finale à Cincinnati, écartant notamment Roberto Bautista Agut.

 

De Taylor Dent à Mardy Fish

Son passage à Buenos Aires en tant qu’adolescent lui a forgé un style de jeu très complet. Contrairement à beaucoup de ses équipiers américains de Coupe Davis (comme John Isner et Jack Sock, entre autres) dont le succès est basé sur de grands services et des coups droits, la force de JD réside dans son jeu de retour.

A son retour aux Etats-Unis en 2013, il a travaillé pendant trois ans avec Taylor Dent, ancien 21e joueur mondial en 2005. En décembre 2016, Taylor Dent a déménagé de Californie, où Donaldson vit. Ainsi, il a du travailler avec d’autres pros. Jan-Michael Gambill, 3 fois titré sur le circuit ATP, et Mardy Fish, ancien numéro 7 mondial, l’ont alors pris sous leurs ailes dans la continuité de Taylor Dent.

“Ils ont beaucoup ajouté à mon jeu. Ils se sont concentrés sur mon positionnement sur le court. Gambill m’a vraiment poussé à prendre de bonnes décisions sur le terrain et à me baisser pour frapper la balle. Je pense qu’il a eu une grande influence sur mes bons résultats. Mardy Fish m’a aidé à passer un cap mentalement” – Jared Donaldson

 

Aujourd’hui 54e joueur mondial, Jared Donaldson s’est montré d’une solidité insolente sur le circuit ATP en 2017. Sa régularité lui a permis d’être l’américain le mieux classé parmi les moins de 21 ans, devant Frances Tiafoe et Taylor Fritz notamment. C’est donc logiquement qu’il fait office de favori pour les ATP Next Gen Finals de Milan, qui auront lieu du 7 au 11 novembre prochain. “Je suis simplement honoré de faire partie d’un groupe de jeunes joueurs qui jouent de façon incroyable“, a-t-il déclaré.

A propos de Clément Carton 134 Articles
- Fondateur et Rédacteur en chef d'Agora Sports - 20 ans, Lyonnais, ambition journalisme sportif, EDJ Nice. Sports de prédilection : Tennis, Basketball. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*