Diamond League de Lausanne : l’altitude fait descendre les chronos

Le gratin de l’athlétisme mondial se retrouvait ce soir à Lausanne, quatre jours après un meeting de folie au Stade Charléty à Paris. La seule absence notable était celle de Mutasz Essa Barshim à la hauteur, sinon les stars ont répondu présent. Shubenkov, Samba, Ta Lou, Taylor ou Lyles, tous ont été en haut des classements.

Les sprinteurs en position idéale

Si les demi-fondeurs pouvaient être gênés par l’altitude – plus de 600 mètres sur les bords du Lac Léman – les conditions étaient favorables aux sprinteurs. Le meeting a commencé en douceur avec la victoire de l’universitaire américaine Gabrielle Thomas en 22″47 sur le 200m. Pour sa première course pro, elle devance Samuel (22″68 et Jackson (22″84). Sur la ligne droite, les filles ont répondu présent. L’ivoirienne Marie-Josée Ta Lou s’est imposée en 10″90 devant Thompson (10″99) et Prandini (11″00). Et pourtant, elle souffrait toujours de diarrhées… La course la plus attendue était le 200m. Un plateau de rêve avec Noah Lyles et les deux athlètes de l’université de USC Michael Norman et Rai Benjamin, brillant sur le tour de piste cette saison, en NCAA. Après un faux départ (inexistant), Lyles a montré son finish au public suisse avec un gros 19″69, égalant sa propre meilleure performance mondiale de l’année. Il reste invaincu en Diamond League. Michael Norman termine second en 19″88, sûrement émoussé par sa longue saison. Il fallait bien une épreuve mise en place spécialement pour la Suisse. Pour clôturer le meeting avait lieu un 4x100m avec une sélection suisse U20 invitée mais surtout la grosse équipe suisse, en préparation pour rafler l’or aux Europe, en août. La course fut explosive. Gros duel dans le virage entre la sprinteuse allemande Gina Lückenkemper et la suissesse Mujinga Kambundji. La dernière ligne droite helvète est meilleure. Record du meeting et record de Suisse en 42″29, l’Allemagne – sans son armada – en 42″49. Le spectacle risque d’être beau aux championnats d’Europe de Berlin.

Les hurdlers se sont aussi régalé et ont montré leur régularité, alors que la saison est déjà bien entamée. Sur le 110m haies, Sergey Shubenkov visait de nouveau le record d’Europe – 12″91 – et il a de nouveau échoué mais avec un nouveau temps en-dessous des 13 secondes. 12″95, loin devant Allen en 13″29. Retour en forme pour Pascal Martinot-Lagarde avec un 13″30 très intéressant et une troisième place ce soir. Abderrahman Samba a encore démontré qu’il est l’un des meilleurs de l’Histoire sur le 400m haies. Après son époustouflant 46″98 à Paris, il récidive avec 47″41. Il domine le monde, le norvégien Karsten Warholm écrase l’Europe avec 47″94, non loin de son record personnel. Sur l’équivalent féminin, l’américaine Little s’impose d’une courte tête (53″41 et SB) devant la jamaïcaine Russell (53″46 et PB).

Pic de forme sur le demi-fond

La course que l’on attendait en demi-fond a tenu toutes ses promesses en mettant en avant quelques surprises. Caster Semenya a choisi de s’aligner sur le 1500m après être descendu sous les 1’55 sur 800m à Paris. Pour une fois, ce n’était donc pas en favorite qu’elle démarrait une course, elle qui a un record en 3’59, réalisée en tout début de saison. Au second plan tout le long de la course, l’américaine Shelby Houlihan réalise un temps canon en 3’57″34, en battant le record du meeting, qui appartenait à Genzebe Dibaba. L’étonnante écossaise Laura Muir finit dans les talons de Houlihan en 3’58″18. Semenya termine finalement 6e. Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Eternelle deuxième derrière Semenya sur le 800m, Niyonsaba remporte enfin une course avec un temps correct de 1’57″80 devant la jeune américaine AJ Wilson (1’58″20) et l’éthiopienne Alemu (1’58″38). L’image surréaliste de la soirée nous vient du 5000m masculin. En lutte pour la victoire, Barega touche Kejelcha, qui est déséquilibré et tire le short de son adversaire. Mon premier finit deuxième, malgré tout, avec un 13’02 énorme malgré l’incident, et mon deuxième tombera finalement. Grosse explication entre les deux éthiopiens après la course, Barega allait sans doute titiller les meilleurs chronos de l’histoire. Pour l’anecdote, le bahreïni Balew l’emporte en 13’01″09, meilleure performance de la saison.

Comme dit précédemment, Barshim était absent ce soir en Suisse à cause d’une petite blessure à la cheville. En effet, il a tenté cette semaine le mythique record du monde de Javier Sotomayor à Fehervar en Hongrie. La pression sur l’impulsion est énorme à ces hauteurs et le qatari se pénalise un peu pour la suite de la saison. Il a tout de même réalisé un saut énorme puisque seul l’effleurement de sa cuisse avec la barre a fait tombé cette dernière. Il était proche de faire tomber l’un des vieux records de l’athlétisme. Danil Lysenko gagne à 2m37, à Lausanne, son plus haut saut de l’année. La perche féminine a rendu son verdict en fin de programme, et la grecque Stefanidi a remporté le concours à 4m82, elle qui réalise une saison en dents de scie avec plusieurs sauts en-dessous des 4m60. Le triple saut fut on ne peut plus serré. Après s’être essayé au 400m, Christian Taylor revenait sur sa discipline de prédilection. Ou plutôt, il continuait son duel avec le portugais Pichardo. Une planche très mauvaise et un saut génial pour Pichardo à 17m61. Il avait beaucoup de marge pour faire mieux mais ce n’est pas ce soir qu’il ira plus loin. Surtout que dans un même temps, après quelques sauts moyens – Taylor a pris un petit centimètre au lusitanien avec 17m62.

Le prochain rendez-vous Diamond League est pour le vendredi 13 juillet à Rabat au Maroc, où les températures risquent d’être très hautes. Suivra ensuite trois jours de compétition le 20-21-22 juillet entre le meeting Herculis à Monaco et celui de Londres. En attendant, les championnats de France se déroulent ce week-end à Albi.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*