[DOSSIER 2/2] Cleveland Cavaliers : un problème au-delà du sportif ?

Dan Gilbert, propriétaire des Cleveland Cavaliers, lui-même un des problèmes de l'équipe ? (source image: NEO Basketball Insider)

Avant toute chose, pour pouvoir bien comprendre cet article, il vous faut lire l’article d’hier que nous avons déjà consacré à Cleveland, car cet article là fait écho au premier. Aujourd’hui, nous allons parler de ce qui s’est passé au niveau du front office de Cleveland, en remontant jusqu’à 2005. Nous en profiterons également pour évoquer le transfert de Kyrie Irving plus en profondeur. Avec ces éléments, nous mettrons en évidence les problèmes majeurs que subissent les Cleveland Cavaliers en dehors des terrains.

Pour commencer, évoquons les différents coachs qu’ont connu Cleveland. Depuis 2005 et l’arrivée de Dan Gilbert en tant que propriétaire de l’équipe, les choix de coachs ont été contestables au mieux. Tout d’abord, il y a eu Mike Brown. S’il est un coach plus que correct défensivement, il découvrait la NBA, et ses systèmes offensifs ne sont clairement pas au niveau. Après le départ de LeBron James en 2010, Mike Brown a été remplacé par Byron Scott, coach uniquement compétent dans le domaine de l’incompétence. Renvoyé en 2013, Scott a été remplacé par … Mike Brown, qui ne restera qu’une seule saison sur le banc des Cavs cette fois-ci.

Avant le début du marché des agents libres 2014, c’est David Blatt qui fut nommé au coaching. Coach reconnu en Euroleague, son but était d’aider le développement des jeunes joueurs comme Kyrie Irving, Andrew Wiggins et Dion Waiters. Cependant, le retour de LeBron James a compromis ce plan, et Blatt se devait donc de mener cette équipe au titre. Après un échec en 2015, Blatt a été renvoyé au milieu de la saison 2015-2016. Selon les bruits de couloir, LeBron James fut l’une des raisons de ce renvoi. Depuis, c’est Tyronn Lue qui tient les reines de l’équipe. A l’image de Doc Rivers en 2008, mais avec une envergure encore plus importante, Lue a reçu bien plus de crédit qu’il ne méritait pour le titre de champion NBA 2016. Depuis, son incompétence a été maintes fois prouvée, et il est presque surprenant de le voir toujours à la tête de l’équipe, étant donné les circonstances du renvoi de son prédécesseur.

Même au niveau des GM, les choix furent illogiques. Le premier GM de l’ère Dan Gilbert fut Danny Ferry, un ancien bust NBA, qui n’était pas plus compétent en dehors du terrain que dessus. En 2010, c’est son assistant Chris Grant qui le remplaça. Il était à la tête de l’équipe lorsque l’équipe a choisi Anthony Bennett lors de la draft 2013, et il fut d’ailleurs renvoyé au milieu de la saison qui suivit. A sa place fut nommé David Griffin, qui resta en place jusqu’à la dernière intersaison, et sur lequel nous allons revenir. Durant le mois de juillet, son remplaçant fut nommé en la personne de Koby Altman. Le point commun entre ces quatre GM ? Lorsqu’ils ont été nommés au poste de General Manager à Cleveland, c’était leur premier poste en tant que GM.

Les cas David Griffin et Kyrie Irving : preuves d’une équipe terriblement mal gérée ?

Les circonstances de la fin du mandat de David Griffin sont particulièrement bizarres. Celui-ci fut renvoyé de son poste le 20 juin, alors que son contrat se terminait dix jours plus tard. Cela est d’autant plus bizarre que la draft était seulement trois jours plus tard, et que quelques rumeurs concernant Kyrie Irving étaient nées avant le renvoi de Griffin. Cleveland est alors resté pendant un mois sans General Manager pendant les périodes les plus importantes de l’intersaison, la draft et l’ouverture du marché des agents libres le 1er juillet. Koby Altman ne fut nommé que le 21 juillet, alors que les principaux agents libres avaient déjà quitté le marché.

Pendant cette intersaison, nous avons également appris la volonté de Kyrie Irving, le principal lieutenant de LeBron James, de quitter l’équipe le plus vite possible. Résultat: un transfert dans lequel Cleveland a récupéré le choix de premier tour de draft 2018 de Brooklyn, un second tour de draft 2020, Jae Crowder, Ante Zizic et Isaiah Thomas. Si ce transfert fut jugé très bon pour Cleveland à chaud, cela est en fait très conditionnel: le second tour de draft n’a presque aucune valeur, et le premier tour de draft 2018 venant de Brooklyn risque de perdre beaucoup de valeur si il ne se situe pas dans le top 3, car Cleveland manquerait vraisemblablement Marvin Bagley III, Michael Porter Jr. et Luka Doncic, qui sont jugés comme étant les trois meilleurs joueurs de la future draft. Jae Crowder est un très bon joueur de complément, sous contrat jusqu’en 2020, et qui sera utile défensivement à l’équipe.

Le dernier joueur est Isaiah Thomas, et plusieurs questions peuvent se poser sur lui. Tout d’abord, sera t’il aussi efficace statistiquement dans un système offensif qui n’est pas centré sur lui ? Difficile à dire, car si il aura plus d’espaces étant donné la présence de LeBron James, son jeu offensif n’est pas tout à fait aussi complet que celui de Kyrie. Ensuite, quel sera son impact sur l’équipe défensivement ? En effet, si Kyrie Irving n’était pas au niveau d’un Tony Allen de ce côté du terrain, Thomas est pire. Sa petite taille (1m75) et son manque d’efforts font de lui l’un des pires défenseurs de la ligue. Problématique quand on connaît les déboires défensifs de l’équipe. Enfin: dans quel état physique sera t’il à son retour de blessure ? En effet, il s’était blessé à la hanche pendant les play-offs, et Boston l’avait incité à ne pas se faire opérer. S’il perd en qualités athlétiques et/ou en vitesse à cause de sa blessure, son jeu offensif pourrait être pénalisé, et dans le même temps son apport à l’équipe. Dernière précision: Thomas est agent-libre à la fin de la saison, et souhaite un contrat maximum, ce qui sera difficile à offrir pour les Cavs.

Les circonstances des départs de Griffin puis d’Irving sont d’autant plus bizarre que Griffin aurait essayé de marchander Irving avant son renvoi. Savait-il qu’Irving voulait partir ? Nous ne saurons sans doute jamais.

Dan Gilbert, le centre du problème ?

Pour conclure sur le front office des Cavaliers, nous devons à nouveau parler de Dan Gilbert, le propriétaire de l’équipe. Il s’implique beaucoup dans l’équipe, ce qui n’est pas fondamentalement une mauvaise chose, mais ses décisions sont majoritairement mauvaises. Il est à l’origine de l’arrivée de personnes inexpérimentées aux postes de coach et de General Manager, ce qui ne devrait pas arriver chez un candidat au titre. Il a aussi clairement montré que c’était lui qui prenait les décisions finales sur les transferts. En 2010, il a annulé un transfert qui aurait pu faire venir Amar’e Stoudemire, sous prétexte que lui et LeBron James étaient agents libres l’été suivant, et qu’il ne voulait pas les perdre tous les deux, alors qu’apporter un lieutenant tel que le Stoud à Cleveland aurait sûrement incité LeBron à rester.

En fait, et cela est à prendre avec des pincettes, il est fort possible que Gilbert choisisse des GMs et coachs expérimentés car ils peuvent être moins enclins à s’opposer à lui ou à LeBron James. Gilbert fait tout pour satisfaire LeBron James, et décide de s’impliquer lui-même dans ce but. Cependant, il ne semble pas réaliser son impact négatif sur l’équipe. Il doit comprendre qu’il a besoin d’un coach compétent pour gagner un titre, pas d’un pion qui obéïsse constamment à LeBron James. Il a besoin de mieux s’entourer pour prendre les meilleures décisions pour l’équipe. Sinon, le scénario de 2010 avec le départ de LeBron James pourrait se répéter dans un avenir proche.

Pour conclure sur le dossier Cleveland, ce qui a été mis en évidence lors des nos articles sont la mauvaise gestion de l’équipe autant sur le terrain qu’en dehors. L’effectif est rempli de joueurs surpayés avec un coach incompétent, et cela ne date pas d’hier. Nous aurons pu évoquer les joueurs surpayés de l’équipe dans les années 2000, comme Ben Wallace ou Larry Hughes. Cependant, il ne faut pas oublier que la mauvaise gestion de l’équipe sur le terrain est aussi une conséquence de la gestion exécrable du front-office de Cleveland, et de Dan Gilbert en particulier. Malheureusement, ces problèmes sont cachés par les apparitions constantes de l’équipes en Finales NBA, résultat d’une Conférence Est trop faible et de la domination de LeBron James.

A propos de Lucas Heilmann 59 Articles
Passionné de foot depuis mon enfance et de basket depuis plusieurs années maintenant. Ici pour partager ses passions et ouvrir le débat. N'hésitez pas à me suivre sur twitter @LuScorpio68 ainsi que @agorasportsfr pour rester au courant de mes articles et de ceux des autres membres.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*