[TES] Etape 11 : Wembley, un bijou estimé à près d’un milliard

Le "New Wembley Stadium" a été inauguré en 2007 devant près de 90 000 spectateurs (Source : bantamsbanter.co.uk)

Le tour d’Europe des stades est de retour en Angleterre. Après une visite à Liverpool, nous partons dans la capitale visiter le charismatique Wembley, plus grand stade du pays. Ayant pris la succession de l’ancien Wembley, le “New Wembley Stadium” n’a pas été épargné par les critiques concernant son prix faramineux. Situé au Nord-Ouest de Londres, il appartient à la fédération nationale de football (FA) et accueille principalement les rencontres de la sélection anglaise… et provisoirement les Spurs de Tottenham.

 

Wembley ou plutôt “New Wembley” !

Wembley est une figure historique du football anglais… Pourtant l’antre légendaire de la sélection n’est plus la même qu’avant. A la fin des années 1990, une décision est prise : le stade de Wembley, créé en 1923, sera démoli et laissera place à une nouvelle enceinte portant le même nom. Jugé vétuste et presque impossible à rénover, il faut dire qu’il avait été conçu à la base pour une exposition impériale… En octobre 2000, le stade est fermé suite au match Angleterre – Allemagne (0-1), et sera rayé de la carte en 2003. On retiendra quelques instants magiques comme le combat épique entre Mohammed Ali (alias Cassius Clay) et Henry Cooper, ou encore la seule Coupe du Monde remportée par l’Angleterre en 1966. Le nouveau Wembley aux 90 000 sièges rouges a été inauguré le 17 mars 2007 après 3 ans de construction. Il s’agit du deuxième plus grand stade européen derrière le Camp Nou.

Le New Wembley avec son arche lumineuse de 133 mètres de haut (Source : raiders.com)
L’ancien Wembley, rasé en 2003, avec ses deux tours jumelles du côté de l’entrée principale

L’un des stades les plus chers d’Europe

Contrairement au Cornellá El-Prat de l’Espanyol Barcelone, Wembley lors de sa création établissait un nouveau record de prix déboursé pour un stade. En 2007, le budget final annoncé s’est approché du milliard d’euro. Du jamais vu pour un stade, qui plus est européen. Pièce maîtresse des JO 2012, le stade se devait d’être parfait, et on peut dire que la fin a justifié les moyens… Les JO ont été une grande réussite et le New Wembley a fait rayonner la ville durant la compétition de football.

L’ultramoderne New Wembley

Stade du 21ème siècle, le New Wembley a pour vocation de recevoir l’équipe nationale mais pas que. Il a été conçu pour avoir une parfaite acoustique et ainsi organiser les plus gros concerts du pays. De George Michael à Adèle en passant par Muse, Coldplay ou encore Ed Sheeran, Wembley est une machine à événements. Côté sport, outre les JO, il accueille toutes les finales des coupes anglaises de football, les finales des éditions 2011 et 2013 de la LDC mais aussi du rugby avec la Coupe du Monde 2015. Actuellement, la mairie de Londres loue le stade à Tottenham. Les Spurs évoluent ici pendant toute la saison en cours, en attendant la livraison en 2018 du futur stade construit à la place de White Hart Lane.

Wembley aux couleurs de la France suite aux attaques terroristes du Bataclan (Source : theguardian.com / Photograph: Paul Hackett/Reuters)

Wembley, théâtre de la finale de l’Euro 2020

Pour le soixantième anniversaire de l’Euro, la compétition se déroulera dans 12 villes différentes du continent et Wembley accueillera les demi-finales et la finale ! Encore mieux, le stade a été désigné pour accueillir 4 nouvelles rencontres, initialement prévues à Bruxelles (construction en retard). Trois matchs de poules ainsi qu’un huitième de finale auront aussi lieu dans la capitale. Avec 7 des 51 matchs du tournoi, Wembley sera l’enceinte accueillant le plus de rencontres de la compétition, de quoi réjouir et enflammer le maire de la ville Sadiq Khan : Cela en dit long sur notre grande ville. Londres aura l’honneur de recevoir quatre autres rencontres de l’Euro 2020, renforçant ainsi sa réputation de capitale mondiale du sport“.

 

LE MATCH : Finale de la Ligue des Champions 2010-2011 : FC Barcelone – Manchester United (3-1) : Messi étincelant à Wembley

Wembley accueille en ce 28 mai 2011 la 56ème finale de la ligue des Champions. Il s’agit d’un “remake” de la finale 2009 au Stadio Olimpico de Rome, remporté par le FC Barcelone (2-0).

Le coup d’envoi est donné par les mancuniens. Le match est d’entrée décousu et c’est le FC Barcelone qui enchaîne les attaques rapides. Xavi et Iniesta sont à la baguette et les attaquants enchaînent les courses dans la profondeur. David Villa est d’ailleurs le premier à s’illustrer d’une frappe limpide (20ème minute). Malgré les nombreux sauvetages de la Ferdinand ou du dernier rempart Van der Sar, les catalans trouvent l’ouverture. Xavi transperce la défense dans l’axe et passe de l’extérieur du droit pour Pedro. Bien placé l’espagnol enchaîne contrôle et frappe du droit au ras du poteau (1-0, 27ème minute). Barcelone domine mais un des premiers assauts mancuniens permet aux Anglais de recoller au score. Rooney combine au milieu et sert Giggs qui remise à l’entrée de la surface. Lancé, Rooney décoche un plat du pied qui file vers la lucarne de Valdès. Imparrable (1-1, 34ème minute). La fin de la période est toujours à l’avantage des blaugranas mais rien n’est fait à la pause (1-1).

Au retour des vestiaires, la physionomie du match ne s’inverse pas. Man U cède même dès la 54ème minute. Trouvé par Iniesta aux 25 mètres, Messi profite de l’espace devant lui pour accélérer et frapper soudainement du gauche devant Vidic et Evra. Van der Sar est surpris sur sa gauche (2-1, 54ème minute). Barcelone est intraitable et ne laisse aucun ballon à Manchester. Après une superbe action individuelle de Messi, le ballon est finalement récupéré près de la surface mancunienne par Busquets. Le milieu trouve dans l’axe David Villa. Face au but, le buteur temporise légèrement et déclenche une frappe de l’intérieur du droit. L’enroulé est parfait (3-1, 69ème minute). La fin du match un peu plus équilibrée ne changera rien. Impressionnant de maîtrise, le Barça de Messi remporte sa deuxième Ligue des Champions en trois ans face aux Red Devils.

Tout juste remis d’une tumeur au foie, Eric Abidal a joué tout le match et reçu l’honneur de soulever le trophée en tant que capitaine. Un bel hommage

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*