[TES] Etape 20 : L’Emirates Stadium, le stade le plus rentable du continent

L'Emirates Stadium, terrain d'Arsenal depuis 2006 (Source : arsenal.com)

Le tour d’Europe des stades fait son retour à Londres. Nous sommes cette fois de passage au nord de la ville, dans le quartier d’Highbury du côté de l’Emirates Stadium. Propriété d’Arsenal FC, il s’agit du troisième plus grand stade de Londres, après Wembley et Twickenham. Inauguré en 2006, l’Emirates est un stade nouvelle génération à la rentabilité record. Une aubaine pour les Gunners qui, malgré ce stade fructueux, n’est toujours pas le top club européen qu’il devrait être.

De Highbury à l’Emirates Stadium…

Se séparer d’Highbury a été un pincement au coeur pour tout fan d’Arsenal. Cette enceinte légendaire a vu Arsenal écrire les plus belles pages de son histoire. Cependant, le stade créé en 1913 n’est plus adapté à la forte demande des fans et n’est pas des plus rentables, sa capacité ne dépassant pas les 40 000 places. Peu ergonomique, la structure ne peut plus être modernisée…

La meilleure solution reste la création d’un nouveau projet. Un temps menacé, le nouveau stade est élaboré entre 2004 et 2006, dans le même quartier. Le vétuste Highbury est rasé en 2006 après la dernière rencontre face à Wigan (4-2 pour Arsenal, triplé de Thierry Henry), pour laisser place à un ensemble immobilier haut de gamme nommé Highbury Square.

Emirates, un contrat juteux

La célèbre compagnie aérienne basée à Dubaï a misé gros sur Arsenal et son nouveau stade. En effet, dès 2004, Arsenal et Emirates ont trouvé un accord pour le naming de l’enceinte. Le projet de stade appelé “Ashburton Grove” ou encore “The Grove” ne sera donc jamais le nom du stade.

Le premier contrat avec Emirates avoisine les 150 millions d’euros sur 15 ans et comporte un “package” sponsor stade et maillot. Le club s’engage donc à revêtir un maillot sponsorisé “Fly Emirates” jusqu’en 2014 et que le stade soit dénommé “Emirates Stadium” de 2006 à 2021.

Un second contrat faramineux de 200 millions d’euros signé en 2012 élargit encore l’engagement de la société émiratie. L’accord “maillot” est étendu jusqu’en 2019 tandis que le stade portera son appellation actuelle jusqu’en 2028.

L’Emirates Stadium, le stade le plus rentable de Premier League et d’Europe

Du point de vue architectural, c’est le réputé groupe Populous qui a conçu ce chef d’oeuvre. Il est parfois comparé à l’Olympiastadion ou à l’Estadio da Luz, de par sa toiture. L’Emirates Stadium comporte 3 anneaux. Les tribunes haute et basse contiennent environ 25 000 sièges chacune et le “Club Level” (niveau intermédiaire) seulement 3 139 places. Le “Club Level” comprend la tribune présidentielle ainsi que les places les plus chères du stade. Juste au-dessus du niveau intermédiaire, on trouve de sublimes loges privées dans le fameux “Diamond Club”, exclusivement réservées aux invités.

Les soirs de matchs, les loges de l’Emirates rapporteraient plus d’argent à elles seules que la recette totale à l’époque de Highbury… Au total, Arsenal empocherait chaque saison entre 130 à 135 millions d’euros grâce à son écrin, ce qui en fait le plus rentable d’Europe en moyenne sur les 5 dernières saisons. Old Trafford et Santiago Bernabéu font eux aussi partie du top 3 selon l’étude du cabinet Deloitte.

Le partenariat avec Emirates est une importante source de revenu pour les Gunners (Source : arsenal.com)

Une pelouse au top, le prix moyen d’une place exorbitant

Avec plus de 60 000 sièges, l’Emirates est le plus grand des stades de clubs de Londres, si l’on excepte Wembley, stade provisoire des Spurs de Tottenham. L’Emirates est connu comme un stade prestigieux et haut de gamme avec un grand confort pour les spectateurs. Le prix moyen d’une place est affolant : 97,8€ ! L’abonnement annuel le moins cher dépasse les 1 000€. Autant vous dire qu’être fan des Gunners n’est pas une bonne nouvelle pour le porte-monnaie. Cette somme situe l’Emirates au premier rang européen des places les plus chères.

La pelouse de l’Emirates Stadium est un somptueux billard. Dotée d’une couverture végétale proche des 100%, elle est aussi la plus large de Premier League avec 113 x 76 mètres.

Les statues de l’Emirates

Cinq statues ornent les alentours de l’Emirates. Dédiées aux personnalités marquantes de l’histoire d’Arsenal, on retrouve parmi elles deux personnages majeurs du club : Ken Friar (personnel) et Herbert Chapman (manager de 1925 à 1934) ; et trois joueurs légendaires : Tony Adams (capitaine emblématique, 19 ans au club, 669 apparitions), Thierry Henry (meilleur buteur de l’histoire d’Arsenal avec 226 buts en 337 matchs) et Dennis Bergkamp (11 ans chez les Gunners : 120 buts, 7 titres).

La statue de Thierry Henry, inaugurée le 9 décembre 2011, entre les portes P & N (Source : arsenal.com)

Le MATCH : 6ème journée de Premier League 2016-2017 : Arsenal – Chelsea (3-0) : Les Gunners s’éclatent dans le derby londonien

Arsenal et Chelsea se retrouvent au nord de Londres à l’occasion d’un nouveau derby à l’Emirates. Chelsea s’était imposé la saison précédente sur le score de 1-0. Après 6 journées de championnat, les deux équipes comptent 10 points.

Comme souvent en Angleterre, le début de match est engagé. Les Gunners prennent un bon départ avec une première occasion de Cazorla (4ème) puis l’ouverture du score signée Alexis Sanchez. Le Chilien au pressing sur Cahill force le défenseur à commettre une erreur de passe. Sanchez retrouve Courtois en face-à-face et ne laisse aucune chance au gardien avec un joli piqué imparable (1-0, 11ème). Dans la foulée, Arsenal récite son football. Les combinaisons cassent les lignes. Après un relais en une-deux, Iwobi sert sur un plateau Bellerin lancé à droite. Son centre en première intention trouve Walcott dans l’axe qui n’a plus qu’à finir le travail (2-0, 14ème). Quel départ ! Les Blues sont dépassés en défense et leurs attaques se limitent à de rares contres. Alors que la mi-temps approche, Özil lance la contre-attaque. Son contrôle parfait met dans le vent Kanté et l’allemand remonte près de 50 mètres. À deux contre deux, il sert Sanchez qui recentre au deuxième poteau pour Özil. Sa reprise de volée avec rebond trompe Courtois à l’aide du poteau (3-0, 40ème).

En deuxième période, les Blues ne parviennent pas à refaire leur retard. C’est même Arsenal qui obtient les meilleures occasions avec Walcott et Sanchez en grande forme. À la faveur d’une première mi-temps sensationnelle, Arsenal gifle Chelsea (3-0 score final) et prend 3 points d’avance sur son adversaire du jour.

Özil signe le but du 3-0 à la 40ème minute d’une superbe reprise de volée du gauche (Source : webthethao.vn)

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*