[TES] Etape 21 : Principality Stadium, le rugby mais pas que !

Le Millenium Stadium a ouvert ses portes en 1999 et changé de nom en 2015 (Source : The Sun)

Le tour d’Europe des stades reste outre-Manche, à Cardiff, capitale du Pays de Galles. Si le nom de Principality Stadium ne vous évoque pas grand chose, il vous parlera certainement plus lorsqu’on l’appelle Millenium Stadium. Ce stade mythique de l’ovalie est aussi le terrain de jeu de la sélection galloise de football. Avec 74 500 places, il figure dans les plus grands stades d’Europe et a organisé en 2017 la finale de la plus prestigieuse des coupes d’Europe, remportée par le Real Madrid.

Du Millenium au Principality

L’origine du projet Millenium arrive dans les années 1990, lorsque le nouvel Arms Park de Cardiff, ouvert en 1969 commence à être dépassé. L’Arms Park auquel les gallois sont pourtant très attachés est  détruit en 1997 pour laisser place au stade du deuxième millénaire, le Millenium Stadium. Pour réaliser la nouvelle enceinte, la fédération galloise de rugby est aidée par l’État en vue de l’organisation de la Coupe du Monde 1999. La compétition est une totale réussite pour le Millenium qui accueille de sept matchs dont la finale (Australie – France, 35-12).

Le Millenium devient Principality Stadium à compter du 1er janvier 2016 et ce pour une décennie minimum. Le nouveau “namer” du stade est une grande entreprise de construction galloise. Si le montant du contrat n’a pas fuité, les revenus apportés par celui-ci sont les bienvenus pour la Welsh Rugby Union, propriétaire de l’enceinte, qui a injecté de fortes sommes d’argent pour son écrin.

Plus grand stade d’Europe avec un toit rétractable

Tout comme de nombreux stades dont l’Emirates Stadium, le Millenium a été élaboré par des architectes du groupe Populous, du moins par Lobb Sport Architecture, société qui a fusionné avec Populous peu après. Il contient un grandiose toit rétractable culminant à près de 90 mètres. L’ambiance du Millenium est incroyable et son couvercle n’y est surement pas pour rien. Autre élément rendant l’arène remarquable, la pente raide des tribunes. Elle atteint une inclinaison de 34 degrés sur la tribune supérieure… De quoi donner le vertige.

Le Principality toit fermé, situé en bordure de la rivière Taf à Cardiff (Source : hebdo.tn)

Avant tout un temple de rugby

Le Principality Stadium est multifonctionnel. Il accueille une large diversité d’évènements comme des courses de Rallye, des courses motocyclistes, de la boxe ainsi que des concerts de stars planétaires. Récemment U2 ou encore Rihanna se sont produits ici. Il faut dire que la conception du stade offre de multiples opportunités comme la fermeture intégrale du toit mais également le retrait des tribunes basses.

Le Millenium, c’est aussi et surtout un antre voué au football et au rugby. En football il a dernièrement organisé huit rencontres des Jeux Olympiques de Londres 2012 et la finale de l’édition de la Ligue des Champions 2016-2017. En rugby, cinq finales de Coupe d’Europe se sont disputées dans ce temple du ballon ovale. Des rencontres de trois des cinq dernières Coupes du Monde de rugby ont eu lieu ici en 1999, 2007 et 2015 dont notamment la victoire mémorable des Bleus face à la Nouvelle-Zélande (18-20, quarts de finale de la CDM 2007).

Le logo du Principality Stadium (Source : walesonline.co.uk)

Le MATCH : Finale de la Ligue des Champions 2016-2017 : Juventus Turin – Real Madrid (1-4) : Douzième C1 pour la maison blanche !

Les pensionnaires de Bernabéu retrouvent la Vieille Dame au “stade national du Pays de Galles”, le naming étant proscrit par l’UEFA pour accueillir ce type d’évènement.

Le début de match est maîtrisé par la Juventus. Higuain est le premier à se mettre en évidence mais sa frappe lointaine n’inquiète pas Navas (3ème). Trois minutes plus tard, c’est au tour de Pjanic, à la réception d’un ballon renvoyé par la défense, d’enchaîner contrôle poitrine et demi-volée du droit. Navas sort le ballon du bout de doigt. Superbe arrêt. Sur une de ces premières incursions dans la défense des Bianconeri, les Merengues prennent l’avantage. Ronaldo décale Carvajal qui lui remet en une touche. À l’entrée de la surface le portugais décoche une frappe ras de terre légèrement déviée par Bonucci qui fait mouche (0-1, 20ème). La Juve n’est pas abattue et revient au score par l’intermédiaire de Mandzukic. Le croate réalise le plus beau but de sa carrière avec un enchaînement contrôle poitrine et reprise acrobatique. La frappe termine lucarne opposé et lobe Navas (1-1, 27ème). Dans une finale qui tient toutes ses promesses, les deux équipes sont dos-à-dos à la pause (1-1).

La deuxième période débute mieux pour les madrilènes qui ne parviennent pourtant pas à concrétiser. À l’heure de jeu, Casemiro reprend aux 30 mètres une première frappe repoussée de Benzema. Son tir puissant du droit est dévié par les jambes de Khedira et trompe Buffon au ras du poteau (1-2, 61ème) ! Intraitable, le Real fait le break… Carvajal sert Modric dans la profondeur. En bout de course il parvient à redresser le ballon vers le premier poteau. Lancé, Ronaldo reprend du droit crucifie Buffon à bout portant (1-3, 64ème). La Juve est dépassée et n’a plus le contrôle du ballon. Cuadrado, entré en jeu est expulsé 18 minutes plus tard sur une triste simulation de Ramos, qui ternit sa bonne prestation. À 11 contre 10, le Real enfonce le clou par l’intermédiaire d’Asensio, lui aussi entré en cours de match. Marcelo enrhume Lemina et centre en retrait pour le jeune espagnol qui croise son tir vers le petit filet opposé (1-4, 90ème).

Le Real remporte ainsi sa douzième Ligue des Champions et conserve son titre dans la compétition, un exploit jamais vu depuis le grand Milan AC en 1989 et 1990. Zidane devient le premier entraîneur de l’histoire à remporter deux Coupes d’Europe lors des deux premières saisons dans le métier.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*