[TES] Etape 3 : Le stade Loujniki, emblème de la grandeur russe

Le stade Loujniki rayonne sur la ville de Moscou... (source : loc)

Le tour d’Europe des stades continue. Après l’Olimpiyskiy et le Groupama Stadium, nous nous intéressons au flamboyant stade Loujniki, qui accueillera, à Moscou, la finale de la Coupe du Monde 2018. Plus grand stade du plus grand pays du monde, il a tout connu, de sa création en 1956 sous le nom de Stade Central Lénine à sa dernière rénovation pour la compétition internationale qui débutera ici même, le 14 juin prochain.

 

Un historique sportif hors du commun

Lieu de culte du football russe, le stade a vu se dérouler plus de 3 000 rencontres du ballon rond. Parmi les pensionnaires de l’enceinte, on retrouve les grands clubs moscovites du CSKA et du FK Spartak mais aussi le FK Torpedo et la Sbornaya, la sélection russe. Sa renommée dépasse les frontières puisque Loujniki a également organisé les finales de la Coupe de l’UEFA (1999) et de la Ligue des Champions (2008).

Le stade a tout de même vécu ses plus belles heures lors de l’organisation de compétitions nationales et internationales. Il doit d’ailleurs sa construction à la réception des premières Spartakiades uniquement soviétiques, lors de l’été 1956. Cet événement sportif avait pour vocation de concurrencer les JO et permettait des confrontations entre des milliers voire des millions de citoyens soviétiques, amateurs comme sportifs de haut niveau. Le nouveau stade, nommé Stade Central Lénine montrait alors la toute-puissance de l’Union Soviétique et de son régime communiste.

Jusqu’à présent, les JO de Moscou de 1980 restent la plus grande compétition sportive s’étant déroulée à Loujniki. Boycottés par plus de cinquante nations dont les Etats-Unis à cause d’une invasion de l’URSS en Afghanistan, ces Jeux n’ont néanmoins pas eu un rayonnement planétaire. La cérémonie d’ouverture dans le stade mythique puis de très nombreuses épreuves n’ont pas été diffusées par les télévisions occidentales.

Le dernier tournoi planétaire disputé avant l’évolution du stade est le championnat du monde d’athlétisme 2013, marqué par le nouveau triplé d’Usain Bolt (100m, 200m, 4x100m) ou encore côté russe par le titre de Yelena Isinbayeva, à la perche.

En 57 ans, l’enceinte a organisé des milliers d’événements et a accueilli près de 360 millions de personnes ! Phénoménal.

 

La « prairie » de Moscou

Situé sur les berges de la rivière Moskova, Loujniki est bien plus qu’un stade. Et son nom n’a pas été choisi par hasard. Loujniki signifie en français « la prairie ». En effet, c’est dans un quartier populaire aux grands espaces que la ville de Moscou a décidé d’implanter le grand stade dans les années 1950. A ses côtés, un immense centre multisport ainsi qu’un parc entourent l’enceinte. Au total, un complexe étendu sur près de 2km², cloîtré entre rivière et forêt.

L’imposante statue de Lénine devant le stade Loujniki (GI/Florence Griffiths)

 

Le drame de Loujniki

Malheureusement, l’arène est aussi connue pour avoir été le théâtre d’une tragédie sans précédent. Le 20 octobre 1982, lors d’un match de Coupe de l’UEFA opposant les locaux FK Spartak aux Néerlandais de HFC Harleem, une gigantesque bousculade dans les travées provoque la mort d’au moins 66 personnes selon un rapport officiel controversé (certains médias avancent des chiffres supérieurs à 300 victimes).

Alors que le match est sur le point de s’achever sur le score de 1-0 et que des supporters commencent à quitter le stade, le Spartak inscrit un second but. Un mouvement de foule éclate dans les étroits couloirs du stade entre les fans quittant le stade et ceux décidant de retourner en tribunes fêter le second but.

Un drame évitable ? Très certainement. Ce soir-là, une seule sortie était ouverte pour une tribune de 10 000 supporters. Les responsables du stade auraient refusé d’ouvrir l’accès à d’autres issues…

 

Rénovation, reconstruction, réhabilitation ?

Afin de réceptionner la Coupe du Monde l’an prochain, le stade a été totalement remis à niveau. Il a simultanément été rénové, reconstruit partiellement et modernisé. Au programme : des tribunes rapprochées du terrain, la suppression de la piste d’athlétisme, une nouvelle architecture avec deux étages ajoutés… Le tout en préservant la légendaire façade, monument historique de la capitale russe. Côté football, une nouvelle pelouse est en train de se préparer grâce à la luminothérapie, véritable cure de soleil artificielle améliorant la densité et la résistance du tapis vert. L’enceinte devient par ailleurs plus flexible avec une partie des tribunes basses pouvant être retirée afin d’installer une piste d’athlétisme temporaire. La merveille soviétique pourra à coup sûr réceptionner à l’avenir une multitude d’événements sportifs et culturels.

Objectif Coupe du Monde 2018 pour le stade Loujniki (source : FIFA)

 

 

Star du Mondial

En organisant de nombreux matchs de la Coupe du Monde 2018, dont celui d’ouverture, une demi-finale et la finale, le stade Loujniki est incontestablement « LE » stade du tournoi. Sa capacité de près de 81 000 places dépasse très largement toutes les autres enceintes choisies par le comité exécutif de la FIFA.

Si d’autres villes ont montré d’importantes difficultés notamment financières afin d’être dans les temps pour recevoir la compétition, tout roule ici à Loujniki. Il faut dire que les moyens humains mis en œuvre étaient colossaux. Près de 1 600 ouvriers ont travaillé jour et nuit pour réaliser le projet, par tranches de 12 heures, parfois dans des conditions glaciales.

 

LE MATCH : Manchester United – Chelsea, finale de la Ligue des Champions 2008 (1-1, 5-4 t.a.b) : Un film à suspense

Sous une pluie battante, le stade Loujniki reçoit en cette soirée le premier choc 100% anglais d’une finale de LDC. Les Red Devils emmenés par le jeune Cristiano Ronaldo affrontent les Blues de Didier Drogba.

Manchester débute mieux le match. Ronaldo bien servi sur son aile gauche enchaîne les accélérations et les débordements face à l’arrière droit du soir Mickaël Essien. A la 26ème minute, le Portugais surgit de la tête sur un centre du pied gauche de l’arrière Wes Brown. 1-0. Les Diables Rouges, redoutables offensivement, manquent par deux fois de faire le break par Carlos Tevez, notamment sur un double arrêt incroyable de Petr Cech. Chelsea s’en sort bien et réagit juste avant la pause, Frank Lampard profitant d’un tir anodin d’Essien contré pour ajuster Edwin Van Der Sar de près. 1-1 à la pause.

La deuxième mi-temps est toujours accrochée. Malgré un poteau de Drogba, le score en reste là pour le moment. L’enceinte russe aura le droit à 30 minutes de show supplémentaires ! Et quelles prolongations ! Lampard frappe sur la barre puis dans la foulée Ryan Giggs voit son tir repoussé par la tête de John Terry sur la ligne. A la suite d’une échauffourée, Drogba est expulsé à la 116ème minute dans la confusion pour une gifle donnée à Nemanja Vidic. A la 125ème minute de ce match qui ne trouve pas de vainqueurs : l’arbitre envoie les deux équipes aux tirs au but.

Alors que la pluie redouble d’intensité, la séance débute par les réussites successives de Tevez, Ballack, Carrick et Belletti, entré spécialement pour l’occasion. C’est l’heure du tir de Ronaldo. Après deux arrêts dans sa course d’élan, Cech n’est pas déstabilisé et part du bon côté : c’est stoppé ! Van Der Sar, malchanceux et pas assez ferme des poings dévie les frappes de Lampard et A. Cole, mais ne les arrête pas. Hargreaves et Nani sans trembler marquent pour Manchester. Si Terry, l’emblématique capitaine, trompe le gardien, Chelsea soulèvera le trophée pour la première fois de son histoire. Il s’élance et au moment de tirer… il glisse et trouve le poteau droit. Terrible. La séance continue, 4-4. Les jeunes Anderson et Kalou puis le vétéran Giggs marquent leur tir. C’est au français Nicolas Anelka de marquer pour que les Blues restent en vie. Van Der Sar plonge sur sa droite et stoppe son premier tir au but. C’est fini. Manchester s’impose et remporte au bout du suspense sa troisième Ligue des Champions, sa deuxième de l’ère Sir Alex Ferguson.

 

Man U sur le toit de l’Europe après sa victoire en LDC au stade Loujniki (source : Goal.com)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*