Gp d’Espagne 2018 : Lewis Hamilton seul au monde

Hamilton, volant hors de sa monoplace. (© Tous droits réservés)

Le GP d’Espagne (Catalogne) est toujours un moment charnière de la saison. Les écuries amènent des nouveautés sur leurs monoplaces et on peut commencer à imaginer qui va se battre pour le titre. Après son début de saison en demi-teinte, Mercedes va-t-il relever la tête ?

Les 3 meilleures écuries sur les 3 premières lignes. Mercedes devant Ferrari et enfin Red Bull. Lewis Hamilton en meneur, Vettel 3e, Verstappen 5e. Bonne performance des Haas, toutes deux en Q3, Magnussen 7, Grosjean 10. Chez lui, Alonso part de la 8e place tandis que Carlos Sainz Jr. complète le top 10 avec sa 9e place. Bonne qualif de Pierre Gasly, 12e & Charles Leclerc 14e. Déception pour les Force India, 13e & 16e. En fond de grille, Williams traîne sa peine.

Le départ est donné, les pilotes sont lancés, Romain Grosjean percute deux voitures, safety car. Au virage 3, la trajectoire de Kevin Magnussen perturbe le Français qui part en tête à queue. En traversant la route, il tape Nico Hulkenberg et Pierre Gasly. 3 abandons d’un coup. Au restart on se retrouve avec Hamilton devant Vettel et Bottas. Alors qu’on espérait tous une lutte entre les deux rivaux au championnat du monde, l’Anglais est parti. Loin.

Impossible de revoir Lewis Hamilton pour ses concurrents. On a retrouvé les Grands-Prix de l’an passé, ou seule la 2e place constitue une vraie lutte. Au prix des stratégies, c’est Valtteri Bottas qui la récupérera, histoire de faire le premier doublé de la saison pour les flèches d’argent. Coté Ferrari, soupe à la grimace. Abandon de Kimi Raikkonen, encore lui, suite à un problème technique. Pour Vettel, un arrêt aux stands tardif lui coûte le podium. C’est Max Verstappen qui en a profité pour terminer 3e et se redonner un coup de boost au moral.

Histoire de continuer sur un revival 2017, on a eu les trois grosses écuries devant, et le reste très loin. Magnussen, 6e, finissant à 1 tour du leader. 5e course de suite dans les points pour Fernando Alonso et sa McLaren tandis que Charles Leclerc part de Barcelone avec un petit point dans ses bagages. Premier pilote Sauber à enchaîner deux courses consécutives dans les points depuis Felipe Nasr en 2015. On lui souhaite un meilleur futur.

Les belles performances

Tout d’abord, Mercedes, et plus particulièrement Lewis Hamilton. Son rythme en course fut incroyable du début à la fin. On l’a même vu sur les Ramblas boire un mojito, faire un foot avec les joueurs du FC Barcelone avant de revenir sur le circuit et de quand même avoir une heure d’avance.

Ensuite, Kevin Magnussen. Bien qu’il aurait pu tuer Pierre Gasly lors des Essais Libres, le Danois s’est bien comporté dans ce Grand-Prix. Belle 6e place pour l’écurie américaine qui a bien besoin de ça vu le début de saison raté qu’elle a connue.

On soulignera aussi la belle 9e place de Sergio Perez sur une Force India qui n’était pas forcément la meilleure sur le papier. 7 places de gagnées par rapport à sa position de départ. Son coéquipier aurait du l’accompagner dans les points si un arrêt au stand de 45 secondes couplé à une défaillance moteur n’avait pas mis fin à sa course.

Enfin, Charles Leclerc, évidemment. On avait dit que cette saison, les Sauber pouvaient lutter pour des points. Ce que fait le Monégasque pour sa première saison en F1 est sublime. 9 points en 2 courses et surtout, la dernière place du classement constructeur abandonnée à Williams. Le prochain GP étant à Monaco, mettez une pièce sur Charles Leclerc dans les points.

Les contre-performances

Romain Grosjean. Cette spirale de la lose dans laquelle il est enfermée commence à être pesante. Nouvel abandon bête pour le Français qui permet de faire ressortir de terre tous les cas sociaux qui s’amusent à le cataloguer en tant que danger public. On se demande où ils étaient lors des 2 dernières saisons quand il galérait à faire fonctionner une Haas pas terrible. A Monaco, il partira avec une pénalité de 3 places sur la grille.

La pluie. On nous l’a vendue comme l’élément perturbateur de la course. Il n’en fut rien. Le ciel de Barcelone était menaçant, mais c’est tout ce qu’il a été. Au grand dam de Fernando Alonso qui espérait que l’eau tombe du ciel pour lui apporter un scénario de course favorable.

4

Il ne sont que 4 à ne pas avoir pris un tour du leader de la course. Valtteri Bottas, Max Verstappen, Sebastian Vettel & Daniel Ricciardo. Tout le reste du peloton s’est écarté sur le passage d’une voiture argentée bien trop rapide. Lewis Hamilton est leader du championnat, 17 points d’avance sur Vettel. Les Formule 1 se retrouveront à Monaco dans deux semaines. La pôle sera donc essentielle.

Image

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*