LDLC-ASVEL veut devenir un grand d’Europe

Le président, Tony Parker (à gauche), et son délégué, Gaëtan Müller (à droite), nourrissent de grandes ambitions pour l'ASVEL. Crédit photo : Asvel.

Le club villeurbannais intègre l’Euroligue à partir de la saison prochaine. Un retour qui récompense l’important travail de structuration entrepris depuis l’arrivée de Tony Parker à la présidence en 2014. Mais, la route est encore longue avant de concurrencer les meilleures équipes européennes.

Avec Tony Parker aux commandes, l’ASVEL poursuit sa marche en avant. Villeurbanne a su convaincre les instances de l’Euroligue de l’intégrer à sa compétition pour une durée de deux saisons. Une étape indispensable pour la croissance du club. Surtout, cela souligne la qualité de l’ambitieux projet villeurbannais. « Je veux essayer de monter un club qui sera dominant en Europe. C’est en tout cas mon objectif », avait déclaré Parker en 2014. Des paroles auxquelles les actes ont été joints. Depuis son arrivée à la tête du club, “TP” multiplie les investissements pour parvenir à hisser son équipe à la hauteur du gratin européen.

A la mi-décembre, et comme chaque année, le meneur de jeu français a réuni toute l’équipe dirigeante de l’ASVEL pour un séminaire intensif à Charlotte (Etats-Unis), où il évolue en NBA avec les Hornets. L’objectif est de faire un état des lieux précis des différents dossiers de développement du club. « Ce séminaire permet de comprendre la situation de l’autre et de prendre la dimension globale du projet. Ce n’est pas évident car chacun a sa réalité, mais on fait partie d’un tout. », résume Marie-Sophie Obama, la présidente déléguée de l’ASVEL Féminin.

Un projet de développement ambitieux

Au programme, la construction de la « Tony Parker Adéquat Academy », déjà lancée dans le quartier de Gerland à Lyon. Cette structure, à vocation sociale et professionnelle tout autant que sportive, forme la base de tout le projet ASVEL. « En associant le sport de haut niveau, l’accompagnement de jeunes, le volet social et professionnel, on stabilise la totalité des actions qui sont mises en place », avance Xavier Lucas, président délégué de l’académie. Le club rhodanien prévoit également la réalisation d’une Arena multifonctions d’au moins 10 000 places. Un impératif pour se maintenir en Euroligue et devenir un grand d’Europe.

Afin d’exister au plus haut niveau, Villeurbanne s’efforce à améliorer ses finances chaque année avec de nombreux partenariats. Le dernier en date : un juteux contrat de naming avec LDLC.com, leader du e-commerce informatique et high-tech en France. Le budget atteint aujourd’hui 9,16 millions, soit le plus lourd de l’histoire du championnat français, mais encore loin des grosses écuries européennes comme le CSKA Moscou (36,5 millions d’euros l’an dernier).

Des résultats impératifs               

Désormais, l’ASVEL doit assumer ses ambitions sur le plan sportif. Après un titre inattendu en 2016, le club aux 18 sacres nationaux a l’obligation de triompher de nouveau en France. Ne serait-ce que pour la crédibilité du projet. Forte de ses moyens financiers, l’équipe construite affiche une réelle compétitivité et de belles promesses pour l’avenir. Le recrutement de Zvezdan Mitrović n’y est pas étranger. L’ancien coach de l’AS Monaco, meilleure équipe française des deux dernières saisons, apporte une vraie plus-value au groupe. Les résultats sont immédiats puisque Villeurbanne, leader actuel de Jeep Élite, a déjà remporté 11 matchs sur les 13 disputés en championnat. Cette semaine, l’ASVEL s’est même qualifié pour le Top 16 de l’Eurocoupe, petite sœur de l’Euroligue. Une compétition que Villeurbanne rêve de remporter avant de rentrer dans la cour des grands.

A propos de Clément Beaume 91 Articles
Je suis un passionné de sport et de basket plus particulièrement. Je partage ici ces passions dans l'ambition de devenir journaliste sportif.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*