Copa Libertadores : le match du siècle

Vivement le match retour (https://www.mosaiquefm.net/fr/football/453247/le-superclasico-au-bernabeu)

C’est une première dans l’histoire du football, une finale opposant les supposés deux plus grands rivaux de la planète : Boca Juniors contre River Plate. Et l’on ne parle pas d’une finale nationale mais de la finale de la Copa Libertadores : l’équivalent de la Ligue des Champions pour nous, européens. La finale se joue en deux matchs. Le match aller s’est joué le samedi 11 Novembre dernier à la Bombonera, le stade mythique des coéquipiers de Carlos Tévez. Le retour se jouera logiquement le dimanche 9 décembre dans un stade non déterminé, probablement à Bernabéu…

L’historique

Le Superclásico qui “apporte des émotions qui valent la peine d’être vécues” selon Bielsa, est un événement exceptionnel pour les Argentins. L’histoire de ce derby commence au début des années 1900. River Plate est fondé en 1901 dans le quartier de La Boca. Boca Juniors est créé quatre années plus tard dans le même quartier par des immigrés génois. Dans les années 1920, River quitte le quartier de La Boca pour s’installer à Núñez, un quartier plutôt aisé pour les Argentins. C’est depuis ce jour que le surnom des “millonarios” voit le jour. Les habitants de Boca sont surnommés quant à eux les Xeneizes (Les “Génois” en français) en référence à la ville d’origine des immigrants italiens. Sur les 326 matchs joués depuis le début de cette rivalité, 120 matchs ont été remportés par Boca contre 104 pour River. Mais cette année, c’est un match tout à fait hors normes. Appelé le match du siècle par plusieurs supporteurs et spécialistes, cette rencontre est exceptionnelle puisque c’est la première fois que les deux clubs s’affrontent en finale de Copa Libertadores. Le Graal pour les supporteurs des deux équipes. Le match aller s’est conclu par un 2-2 complètement fou !

Le match aller

Accompagné de chants, d’applaudissements, de sifflets, les 22 acteurs présents sur la pelouse ont proposé un spectacle haletant. Le premier but est marqué par les locaux grâce à Ramon Abila (34e) qui se reprend à deux fois pour finir finalement d’une frappe du gauche. Mais ce match se devait d’être surprenant, dès l’engagement, les millonarios égalisent en seulement deux passes par l’intermédiaire de Lucas Pratto avec une frappe croisée du droit (36e). Le fait marquant du match arrive à ce moment où Cristian Pavón se blesse. Le feu follet de Boca laisse sa place en larmes pour Dario Benedetto. Mais ce fait de match sourit aux Xeneizes puisque c’est l’entrant qui égalise de la tête (45e) juste avant la mi-temps. Le match a globalement été dominé par l’équipe de Boca mais Carlos Izquierdoz a permis à l’équipe extérieure d’égaliser avec un but contre son camp (61e). Armani, le gardien des blancs et rouges, pas exempt de tout reproche sur le match, sauve les siens à la dernière minute.

Et maintenant ? 

Depuis ce fameux match, trois semaines se sont écoulées. Le match retour devait avoir lieu le samedi 24 Novembre dans le stade de River Plate mais plusieurs incidents ont eu lieu. En effet, le bus des joueurs de Boca a été caillassé par les supporters adverses. Plusieurs joueurs ont été touchés, certains ont reçu des éclats de verre à cause des vitres explosées. Pablo Perez et Gonzalo Lamardo ont même été conduits à l’hôpital.

Après avoir vu plusieurs vidéos assez choquantes et troublantes, il semblerait normal de reporter le match et pourtant, la Confédération sud-américaine de football ainsi que la FIFA ont à tout prix tenté de faire débuter le match dans la soirée à trois reprises. Il s’était ensuite fixé sur le fait que le match se jouerait le lendemain à 21 heures (heure française). Les deux clubs se sont mis d’accord pour ne pas jouer le match en raison des joueurs qui ne sont toujours pas apte à jouer côté visiteur.

C’est donc le dimanche 9 décembreque se jouera cette finale qui sera dans tous les cas historiques. Mais elle ne se jouera pas dans le stade de River Plate, ni en Argentine. En effet, le stade désigné est celui du Real Madrid. Des billets ont d’ailleurs été mis en vente ce dimanche malgré le refus de jouer au Bernabeu de la part des deux clubs argentins.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*