[PLANÈTE BLANCHE #11] Jouve et Chanavat sur le podium, Shiffrin casse des barrières, Kobayashi débute la Tournée par une victoire et l’adieu réussi de Björndalen/Domracheva

L'Autrichien Stefan Kraft dans les airs d'Oberstdorf pour l'ouverture de la Tournée des Quatre Tremplins. (© Agence Zoom)
La période des fêtes, entre Noël et le Nouvel An, rime, sur la Planète Blanche, avec Tournée des Quatre Tremplins et Tour de Ski. Le monde du ski nordique est en ébullition, comme le champagne partout dans le monde. Ces deux événements sont l’essence même du saut à ski et du ski de fond. Plus encore que le Tour de Ski, relativement récent, la Tournée est l’événement le plus marquant d’une saison pour les sauteurs à ski. La Tournée c’est historique, mythique, légendaire : quatre concours en une semaine. D’Oberstdorf à Bischofshofen, pour le concours des rois du 6 janvier, en passant par Garmisch-Partenkirchen, le jour de l’An, et Innsbruck. Une pérégrination germano-autrichienne magique, fascinante, prodigieuse, divine, féerique, sublime, subjugante, merveilleuse. Il n’y a pas assez de mots, d’adjectifs pour décrire les sensations que procurent la Tournée pour les amoureux du saut à ski. Des raquettes d’arrivée pleines à craquer. De la bière qui coule à flot. Des gens heureux. Des drapeaux allemands et autrichiens qui flottent par milliers dans l’air béni des tremplins. Le Tour de Ski, lui, tire sa renommée de l’Alpe Cermis. Cette montée abrupte, qui signe la fin du Tour depuis 13 années maintenant, sera escaladée par les fondeurs dimanche prochain. Ce sera une bagarre sans nom, une castagne de forçats du ski de fond, le désordre sera présents tout le long des nombreux virages de la montée italienne. Tels des alpinistes, les galériens du ski de fond – ne voyez aucun mépris dans ce terme – se hisseront jusqu’au sommet de la montagne adorée, et détestée. Le vainqueur sera le plus fort, le plus robuste, le plus puissant, le plus énergique, en somme le plus infatigable. La fatigue. C’est ce qui guettera les fondeurs et les sauteurs à ski au cours de la semaine qui vient de s’ouvrir. Mais ces êtres là ont sué tout l’été pour ne pas la connaître subitement juste après les vœux de la Nouvelle Année. Rendez-vous lundi prochain pour en savoir plus.
En attendant, retour sur l’actualité chaude de la Planète Blanche, entre dinde de Noël et chapon du Nouvel An.

Richard Jouve et Lucas Chanavat fantastiques, première pour Delphine Claudel

Le Tour de Ski 2018/2019 est (enfin) lancé. Les deux premières étapes ont eu lieu ces derniers jours en Italie, dans le Trentin-Haut-Adige, à Toblach/Dobbiaco. Les Français ont réalisé de jolies performances. Les Russes également.

Les sprinteurs tricolores en verve

Deux semaines après la magnifique troisième place de Baptiste Gros à Davos, le collectif sprint de l’équipe de France de ski de fond a encore frappé. Sur la piste de Toblach, ce sont cette fois Richard Jouve, de retour à son meilleur niveau après une première partie d’hiver compliquée, et Lucas Chanavat qui ont brillé. Bien sûr, ils n’ont pas gagné puisque c’est l’épouvantail norvégien Johannes Hoesflot Klaebo qui l’a fait, brillamment, pour sa première sur le Tour. Mais les deux Bleus ont suivis de près le phénomène scandinave, en qualification comme en confrontation directe. Deux Français sur le même podium, en Coupe du monde, sur le Tour de Ski qui plus est. Magique.

Richard Jouve, à gauche, et Lucas Chanavat, à droite, entourent Klaebo dans les airs de Toblach après leur fabuleux podium. (© Nordic Focus)

Le lendemain, un 15km skate, celui là même qui avait souri à Maurice Manificat en Suisse, était organisé. La deuxième étape du Tour de Ski a été dominée par Sergey Ustiugov, un autre revenant. Hormis à Davos, le Russe n’avait plus couru depuis le Tour de Ski 2017/2018. Une éternité dans le monde du ski de fond. Derrière, seul le Norvégien Simen Hegstad Krueger a résisté en terminant à 12 secondes. Les Russes Bolshunov et Melnichenko ainsi que le Norvégien Toenseth suivent. Juste après, c’est Clément Parisse ! Le jeune tricolore signe son meilleur résultat en Coupe du monde avec cette 6e place. Manificat termine 14e, Gaillard 24e, Backscheider 27e et Jouve surprenant 41e avec le dossard noir de leader du classement du sprint chippé à Klaebo qui ne pouvait en porter deux. Après deux étapes, c’est Bolshunov qui mène le Tour de Ski, 6” devant Ustiugov, Klaebo est à 10” et devrait reprendre les devants lors du sprint de Val Müstair, disputé demain.

Sergey Ustiugov de retour à son meilleur sur les pistes de Toblach. (© Nordic Focus)
Le lead pour Nepryaeva, Diggins suit, Claudel dans les 30 en sprint

En l’absence de Therese Johaug, Ebba Andersson et Charlotte Kalla, toutes trois misant tout sur les Mondiaux de Seefeld, l’Américaine Jessica Diggins fait partie des favorites à la victoire finale. Pour le moment, l’Étasunienne tient son rang : après les deux premières étapes, elle est 2e du général grâce à une 3e place sur le sprint et une 6e lors du 10km libre. Devant, c’est la Russe Natalia Nepryaeva, vainqueur du 10km trois dixièmes devant la Norvégienne Ingvild Flugstad Ostberg, 3e du général. Stina Nilsson, vainqueur du sprint inaugural, est 10e après une deuxième étape manquée. Du côté des Bleues, Delphine Claudel a signé un super sprint : elle a accédé aux quarts et a marqué son premier point à ce niveau en sprint.

Delphine Claudel a signé son meilleur résultat en carrière lors d’un sprint en Coupe du monde. (© Nordic Focus)

Dominik Paris impérial sur la Stelvio, podium pour Worley à Semmering, Shiffrin (encore un peu plus) dans l’histoire

Le circuit professionnel de ski alpin ne s’arrête (presque) jamais. Au lendemain de Noël, les entraînements de la descente masculine de Bormio avaient lieu sur la verglacée Stelvio. Demain 1er janvier, le City Event d’Oslo aura lieu. Entre les fêtes, les épreuves techniques féminines de Semmering et, donc, la descente et le super-G de Bormio ont été disputées.

Tessa Worley enchaîne sur le podium, première pour Vlhova, Shiffrin on fire

Le slalom géant de Semmering, disputé sur la piste Panorama culminant à 900 mètres d’altitude, seulement, est une épreuve qui réussi d’ordinaire à Tessa Worley. Première en 2010, deux fois deuxième en 2016, troisième en 2012. Cette année, pour sa dernière sortie de 2018, la skieuse du Grand-Bornand a terminé à la troisième place derrière Petra Vlhova – qui devient la première Slovaque à remporter un géant en Coupe du monde – et l’Allemande Viktoria Rebensburg. Au général de la spécialité, Worley est 2e à 5 petits points de la leader, l’Italienne Federica Brignone, 6e en Autriche.

Faute d’inattention pour Tessa Worley qui a chuté dans la raquette d’arrivée. (© Agence Zoom)

La dernière compétition féminine de 2018 était un slalom, toujours à Semmering. Et, comme dans 99 cas sur 100, c’est Mikaela Shiffrin qui s’est imposée, devant Vlhova et Holdener. L’Américaine gagne sa 15e Coupe du monde de l’année calendaire, nouveau record. Surtout, elle remporte son 36e slalom, soit un de mieux que Marlies Schild, son idole. Notons, pour finir, l’encourageante 13e place de la Niçoise Nastasia Noens.

Belle 13e place pour Noens sur la Panorama de Semmering. (© Agence Zoom)
View this post on Instagram

I believe that we shape our own destiny… but how’s this for some cosmic witchcraft? 7 years ago to the day, I had my first world cup podium shared with @tinamaze83 and of course @marlies_raich. Today I took over the slalom win record held by Marlies. I have said it many times already that I am not one for all the statistics or chasing records, but this one is pretty crazy. I wasn’t trying to break this record, honestly I never even did the math to know that it was possible. For me, Marlies held this record, and that was that. She won it. She deserved it. I could never hold that place. I wouldn’t be able to do it justice. My whole career, my only real goal is to put my highest level of skiing out every time I race, and to push the sport to new limits. That is what Marlies did, and that is what she inspired me to do. So I can’t sit here and say that I think am the best slalom skier, because I don’t. Without Marlies, I would not be where I am now. And that’s the point-those who want to set a record and hold it forever have it all backwards. First, you don’t need the record to be a legend in the sport, and second, records are made to be broken! I can only hope someday, some athlete is going to break this record I now hold, and maybe she will say that I inspired her the way that Marlies inspired me. Then I will know that I did my job. And she will again raise the bar for the next one coming up who will surpass even what she could accomplish. To me, that is what this sport is about. And to me Marlies Schild (Raich😝) is a legend, and that is forever, record or not. #IAmYourBiggestFan

A post shared by Mikaela Shiffrin ⛷💨 (@mikaelashiffrin) on

La patinoire de Bormio réussie à Paris

La Stelvio de Bormio est moins connue et cotée que le Lauberhorn de Wengen ou la Streif de Kitzbühel. Mais cette piste, vertigineuse, n’en n’est pas moins difficile à dompter. Cette année elle était bleue : une véritable patinoire. Dans ces conditions, les Italiens excellent. C’est Dominik Paris qui a remporté la descente devant son compatriote Christof Innerhofer. Le Tricolore Matthieu Bailet, dossard 47, prend une énorme 6e place là-même où il s’était crashé et blessé il y a un an tout pile. Un signe du destin. Le Niçois est de retour. Johan Clarey a fini 8e puis 9e le lendemain lors du super-G, remporté par Paris, encore lui, un centième devant l’Autrichien Mayer. De beaux résultats pour les autres Bleus en super-G : Brice Roger 12e, Adrien Théaux 13e, Blaise Giezendanner 16e et Nils Allègre 20e.

Dominik Paris a performé sur la Stelvio. (© Agence Zoom)

Ryoyu Kobayashi l’emporte à Oberstdorf

C’est le grand favori de la 67e Tournée des Quatre Tremplins. Ryoyu Kobayashi a parfaitement entamé la Tournée 2018/2019 en remportant le concours d’Obertsdorf sur le Schattenbergschanze, sous le regard de 25 500 aficionados énamourés de saut à ski. Le Nippon, dossard jaune de leader de la Coupe du monde sur les épaules, l’emporte de moins d’un point devant l’Allemand Markus Eisenbichler. Stefan Kraft et Andreas Stjernen suivent et sont encore dans le coup pour la victoire finale. Ils sont encore quatre à pouvoir lever l’Aigle de vainqueur dimanche prochain à Bischofshofen. Le Polonais Kamil Stoch, double vainqueur sortant, n’est que 8e et ne doublera pas la mise. Belle 37e place pour le Français Jonathan Learoyd, meilleur résultat de l’hiver. Suite de la Tournée ce mardi 1er janvier sur le Grosse Olympiaschanze de Garmisch-Partenkirchen.

Ryoyu Kobayashi a parfaitement entamé sa Tournée. (© Nordic Focus)

En bref…

Le show de Gelsenkirchen pour les Italiens, adieu Ole Einar, Darya et Anton…

Comme chaque année entre les deux fêtes, quelques-uns des meilleurs biathlètes de la planète se retrouvent à la VELTINS-Arena de Gelsenkirchen, en Allemagne, pour un show exhibition multisexes. Comme attendu, ce sont les Italiens Lukas Hofer et Dorothea Wierer qui ont remporté ce World Team Challenge après la mass-start et la poursuite. Les Français Anaïs Bescond et Emilien Jacquelin, la même paire que l’an passée, terminent à la 10e place, loin très loin des leaders après de nombreuses erreurs sur le pas de tir aménagé dans le stade du club de Schalke 04. Pourtant, les Tricolores étaient deuxièmes à la suite de la mass-start.

© Tous droits réservés

Si les Bleus n’ont pas tenu leur rang lors de la poursuite, le couple le plus célèbre du circuit mondial – Ole Einar Björndalen/Darya Domracheva – a conservé sa position en terminent à la troisième place de cette compétition. Il s’agissait de leur toute dernière sortie avec des skis au pied et une carabine sur le dos. Le show allemand s’apparentait également à un jubilé pour le Russe Anton Shipulin, il termine 7e avec sa compatriote Yurlova-Percht.

Deux légendes se sont définitivement retirées. (© Getty Images)
Chloé Trespeuch retrouve son snowboard

En voilà une bonne nouvelle. Le lendemain de Noël, mercredi dernier, la snowboardeuse française Chloé Trespeuch est remontée sur sa planche des neiges, comme le disent si sublimement les Québécois. Après une blessure à la cheville, la rideuse qui a ses attaches à Saint-Jean-de-Monts, en Vendée, a enfin renoué avec les sensations de la neige crissant sous le snowboard. La médaillée olympique de Sotchi a fait partager son bonheur, qui fait plaisir à voir, sur les réseaux sociaux. Vivement les Mondiaux, dans un peine plus d’un mois à Park City.

Kenneth Gangnes prend sa retraite des tremplins

Le sauteur à ski norvégien Kenneth Gangnes a annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière. Il était sans doute, au moment de son éclosion il y a trois hivers de cela, l’un des plus gros talents de son temps. Troisième de la Coupe du monde 2016, vainqueur à Lillehammer, médaillé d’argent individuel et d’or par équipes aux Mondiaux de vol à ski 2016, vainqueur des Grands Prix d’été en 2015. Un palmarès XXL pour une seule saison disputée au plus haut niveau. Ensuite, le sauteur scandinave a eu de graves blessures. Il n’a plus participé à une Coupe du monde depuis mars 2016. Il a décidé de dire stop. Trop, c’est trop.

+ Planète Blanche #10
+ Tous les articles sports d’hiver d’Agora Sports

A propos de Florian Burgaud 67 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*