[PLANÈTE BLANCHE #5] Noël et Muffat-Jeandet frustrés, Grange de retour, Klimov victorieux et Manificat hors de forme

Jean-Baptiste Grange est back in the game ! (© Christophe Pallot/Agence Zoom)
La planète planche recèle de belles histoires mais aussi de moins belles. Sur la planète blanche, c’est comme dans la vie. Et de cette planète plus personne n’en veut, ou presque. Alors que la grande-messe quadriennale de l’olympisme d’hiver est délaissée par les plus hauts lieux de cette planète, il y a des questions à se poser… La semaine passée on apprenait donc que les habitants de Calgary avaient dits ‘NON’ aux Jeux 2026 à 56,4%. Une nette victoire pour le non qui l’emporte pour la neuvième fois de suite dans un référendum sur l’organisation de Jeux olympiques. Un désaveu de plus pour le Comité international olympique. Déjà, pour les Jeux d’hiver 2022 seules les villes de Pékin, finalement désignée, et Almaty, au Kazakhstan, étaient en lice pour le vote final. Là, en juin prochain, ce sera l’attelage transalpin entre Milan et Cortina d’Ampezzo ou la capitale suédoise, Stockholm, qui sera élue ville hôte des Jeux 2026 par les membres du CIO. Seulement, l’attelage gouvernemental italien ne veut pas mettre la main à la poche alors qu’en Suède les opposants sont nombreux… Bref, il paraît que Salt Lake City, candidat annoncé pour 2030, se tiendrai dans les starting blocks. A voir…
Pour ce cinquième épisode de la deuxième saison d’Une semaine sur la planète blanche, retour sur l’actualité des sports blancs de la semaine passée. Doucement mais sûrement l’hiver s’installe…

Des vainqueurs habituels à Levi

Cette fois c’est la bonne. Quelques semaines après le géant féminin de Sölden – celui des hommes avait été annulé avant d’être repris par Saalbach en décembre prochain -, les slaloms spéciaux de Levi (Finlande) se déroulaient ces derniers jours sur la Black. Et… il n’y a pas vraiment eu de surprises au sommet de la hiérarchie.

Mikaela Shiffrin s’offre un troisième renne

Après Rudolph en 2013 et Sven en 2016, Mikaela Shiffrin a choisit d’appeler son renne – traditionnelle récompense du lauréat du slalom de Levi – Mr. Gru en référence au film Moi, moche et méchant. Pour en arriver là, l’Américaine, reine du slalom depuis plusieurs saisons, a dû batailler avec les éléments. Effectivement, la première manche a été retardée d’une heure à cause du vent alors que la cabane de départ a été abaissée. Mais, bon, cela n’a pas perturbé Shiffrin qui, à mi-course, devançait Hansdotter de 0”14 et Vlhova, vainqueur à Levi l’hiver passé, de 0”59. En seconde manche, la double vainqueur du gros globe de cristal a géré son avance pour l’emporter devant sa rivale slovaque, Bernadette Schild, auteur d’une énorme remontée, Hansdotter et Holdener. Adeline Mugnier est la seule française à avoir passée le cut de la première manche (Forni et Noens finissent au-delà de la 40eme place) : elle termine 25eme. 

Mikaela Shiffrin, le Père Noël et Mr, Gru en bas de la piste de Levi. (© Christophe Pallot/Agence Zoom)
Hirscher fidèle à lui-même, Grange revit, Muffat-Jeandet et Noël fautifs

Il était là, à porter de bâtons, à quelques piquets, à quelques coups de reins. Quelques coups de reins de plus. Et puis, patatra. Plus rien. Lumière éteinte. Piquet bleu fatal en tout bas de parcours, dans l’ultime compression de la Black de Levi. Victor Muffat-Jeandet et Clément Noël ont, tout à tour, enfourché au même endroit alors que, l’un et l’autre, visaient le podium après une première manche pleine. Ils étaient quatrième et troisième après la manche matinale. Les deux premiers des humains derrière les extraterrestres Hirscher et Kristoffersen, le premier ayant devancé le second de neuf petits dixièmes. Finalement, c’est le Suédois André Myhrer, champion olympique 2018, qui complète le podium… alors que nos deux Bleus avaient une énorme marge d’avance sur lui à quelques mètres de l’arche d’arrivée. Cruel. Cependant, une éclaircie bleue est venue égayer le paysage : Jean-Baptiste Grange, double champion du monde de la spécialité, a pris une étonnante et bienvenue cinquième place. C’est le premier top 5 à ce niveau depuis 15 décembre 2013, et le slalom de Val d’Isère, pour le skieur de Valloire qui était devenu, dans l’intervalle, champion du monde à Beaver Creek en 2015, quand même. Sinon, Julien Lizeroux a fini 13eme tandis qu’Alexis Pinturault a enfourché dès la première compression de la première manche. Une (mauvaise) habitude. 

Visiblement, Marcel Hirscher a réussi à apprivoiser son nouvel animal de compagnie. (© Christophe Pallot/Agence Zoom)

Evgeniy Klimov en feu à Wisla, comme les Polonais du samedi

Ils étaient dans les starting blocks depuis quelques semaines déjà. Les sauteurs à ski ont enfin pu lancer leur hiver ces trois derniers jours sur le tremplin Adam Malysz – du nom du légendaire sauteur polonais retraité des tremplins depuis quelques hivers maintenant – de Wisla. Un week-end un peu fou fou pour un dénouement inattendu.

Les Polonais au sommet collectivement

Au lendemain de l’habituelle qualification individuelle du vendredi après-midi, les sauteurs se retrouvaient au sommet du tremplin de Wisla pour un concours par équipes. Après un insoutenable suspense tout au long des huit sauts, ce sont finalement les Polonais Zyla, Wolny, Kubacki et Stoch qui ont gagné. Ils devancent les Allemands et les Autrichiens, qui se sont écroulés, les uns après les autres, ce dimanche lors du concours individuel.

Le podium du par équipes de Wisla. (© Tous droits réservés)
Evgeniy Klimov aboutit sa mue

Justement, lors du concours solitaire du dimanche après-midi c’est le Russe Evgeniy Klimov, ancien combiné trop faible sur les skis de fond, qui a le mieux géré les flocons et le vent polonais. Il faut dire que la première manche fut fatale à pas mal de sauteurs reconnus : Hayböck, Stjernen, Hula, Paschke, Takeuchi, Ammann, Schlierenzauer ou Tande. Parmi les favoris, seul Kamil Stoch, le héros local, a tenu son rang sur le premier saut. Finalement, Klimov gagne avec une facilité à laquelle on ne s’attendait pas : l’Allemand Leyhe est deuxième et le Japonais Ryoyu Kobayashi, qui s’était cratérisé, en posant les fesses, à 137.5m en première manche, complète le podium. Stoch termine finalement quatrième. Mais c’est bien le nom d’Evgeniy Klimov qui a marqué ce week-end polonais. Le Russe portera le dossard jaune de leader de la Coupe du monde dans quelques jours à Ruka.

Premier succès en Coupe du monde pour Klimov. (© Presse sports)

Manificat pas en forme, retour gagnant de Johaug

Samedi, ce sera le grand jour. Le grand jour, c’est le lancement de la nouvelle saison de Coupe du monde de ski de fond sur les pistes finlandaises de Ruka. A une semaine du coup d’envoi, on n’en sait un peu plus sur l’état de forme des uns et des autres…

Momo Manificat retourne en France, podium pour Chanavat

Le couperet est tombé. Maurice Manificat, triple médaillé olympique français de ski de fond, était déjà arrivé hors de forme du stage de pré-saison de Prémanon. Il était tout de même parti en Finlande avec ses coéquipiers mais n’avait pas participé au 15km classique de Rovaniemi. Le signal d’alerte était là. La décision n’a pas tardé concernant le meilleur fondeur tricolore de ces dernières années. Il a été rapatrié en France afin de lui faire passer des examens mais aussi de lui donner une période de repos, indéterminée. Le fer de lance des Bleus manquera donc, au minimum, le week-end de Ruka à la différence du sprinter Lucas Chanavat qui a pris la troisième place du sprint de Saariselka derrière les Russes Bolshunov et Retivykh. 

La forme olympique est loin pour Manificat… (© Reuters)
Le retour gagnant de Therese Johaug

L’héritière de la reine Marit Bjørgen, Therese Johaug, revient cet hiver de suspension pour dopage. Et elle n’a rien perdu de ses (immenses) qualités d’avant. Pour son retour, Johaug n’a pas fait les choses à moitié : elle a remporté les deux courses où elle était alignée à Beitostølen, deux 10km, un en skating, un en classique. De son côté, la Polonaise Justyna Kowalczyk, ex grande rivale de Bjørgen, a gagné le 10km classique de Saariselka.

Retour victorieux pour Therese Johaug. (© Nordic Focus)

En bref…

Les premiers tickets pour les Finales des Grands Prix décernés

Ces derniers jours c’était l’avant-dernière levée de la tournée des Grands Prix de patinage artistique. Le grand barnum de l’ISU se posait à Moscou pour la Rostelecom Cup. Yuzuru Hanyu l’a largement emporté chez les hommes : il est qualifié par les Finales de Vancouver mais n’est pas sûr de pouvoir y aller car il s’est blessé à une cheville en Russie. La jeune prodige russe Alina Zagitova a imité le Japonais chez les dames en gagnant aisément et en battant le record de l’hiver dans un programme court. Le week-end prochain, c’est le Grand Prix de France de Grenoble, avec Guillaume Cizeron et Gabriela Papadakis. 

Yuzuru Hanyu a gagné à Moscou malgré une blessure. (© ISU)
La saison de patinage de vitesse lancée !

C’est sur l’ovale d’Obihiro, au Japon, que la Coupe du monde 2018/2019 de patinage de vitesse a démarrée. La Japonaise Nao Kodaira y a remporté les deux 500m au programme alors de que ses compatriotes Ayano Sato et les soeurs Miha et Nana Takagi ont dominé la poursuite. Dans cette discipline, ce sont les Russes (Rumyantsev, Semerikov, Trofimov) qui ont gagné chez les hommes tandis que les 500m ont été glanés par Lorentzen et Kulizhnikov. Sur 1500m, le champion olympique Kjeld Nuis a été battu par le Russe Yuskov. Le 1000m féminin a été enlevé par l’Autrichienne Herzog tandis que la Néerlandaise Esmee Visser a dominé le 3000m et Patrick Roest le 5000m. Les patineurs de vitesse se retrouvera dès vendredi à Tomakomai, toujours dans l’archipel nippon.

Nao Kodaira, double vainqueur à Obihiro. (© ISU)
Svindal touché à la main, Roger forfait

Le colosse norvégien Aksel Lund Svindal est encore à terre… Après d’innombrables blessure, le Viking a toujours su revenir jusqu’à s’offrir un titre olympique à PyeongChang en février dernier. Cette fois, à une semaine de la reprise, le Scandinave s’est blessé à unemain à l’entraînement. Une blessure qui l’a obligé à se faire opérer. Sera-t-il forfait pour Lake Louise comme le Français Brice Roger ? On le saura très vite…

+ Une semaine sur la planète blanche #4
+ Tous les articles sports d’hiver d’Agora Sports

A propos de Florian Burgaud 53 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*