Sports d’hiver : les Championnats du monde 2023 de ski alpin attribués à Méribel-Courchevel, le télémark sur le chemin de l’olympisme et la Géorgie mise à l’honneur…

La joie de la délégation française après l'annonce de la désignation de Méribel et Courchevel comme co-organisateurs des Mondiaux 2023 de ski alpin. (© Agence Zoom)

Le 51eme Congrès de la Fédération internationale de ski (FIS) a eu lieu des 13 au 19 mai dernier en Grèce à Costa Navarino. Plusieurs thématiques étaient au programme de ce raout annuel du ski mondial – hors biathlon, placé sous l’égide de l’IBU, en plein scandale, qui a vu son président indétrônable Anders Besseberg démissionner. Désignations des villes hôtes des Mondiaux 2022 et 2023, élection des nouveaux membres du Conseil de la FIS, nouvelles épreuves au programme des Mondiaux ou propositions faites au Comité international olympique (CIO) d’épreuves à ajouter au programme de Pékin 2022 : tous ses sujets ont été mis sur la table.

Méribel et Courchevel élues villes hôtes des Mondiaux de ski alpin, 14 ans après Val d’Isère

Des épreuves en nocturne de folie, une descente de feu sur la légendaire Face de Bellevarde, une médaille d’entrée avec Marie Marchand-Arvier en Super-G, un Julien Lizeroux en lévitation : en 2009, les Championnats du monde de ski alpin, organisés à Val d’Isère, nous avaient offerts de belles images et de beaux souvenirs, toujours présents presque 10 ans plus tard. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et Jean-Baptiste Grange est devenu double champion du monde de slalom tout comme Tessa Worley en géant. Marcel Hirscher, quant à lui, marche sur la planète ski alpin alors qu’Alexis Pinturault essaye de suivre la cadence. Or, en Grèce c’est bien la candidature française qui a pris le meilleur sur celle de l’Autriche, qui présentée comme ville organisatrice Saalbach. Le fait que la Wünderteam a déjà organisé un Mondial en 2013 – à Schladming – a pu jouer comme l’avantage absolu des Français dans leur quête de Mondial : avoir deux sites distincts pour chaque sexe, Méribel pour les dames et Courchevel pour les hommes.

Julien Lizeroux à Val d’Isère lors des Mondiaux 2009, le climax de sa carrière. (© C. Karaba/SIPA)

Le nordique pour Planica, le freestyle et le snowboard en Géorgie, le vol à ski à Vikersund !

Pour leur quatrième tentative, les Slovènes de Planica ont enfin eu gain de cause devant le Congrès de la FIS pour l’organisation des Mondiaux de ski nordique (ski de fond, saut à ski, combiné nordique). La station des Alpes juliennes – réputée dans le microcosme du saut à ski pour son tremplin géant – a battu par neuf voix contre six, comme Méribel-Courchevel en ski alpin, la ville norvégienne de Trondheim. L’appétence des Slovènes pour le ski nordique a pesé dans la balance. L’édition 2022 des Championnats du monde de vol à ski se déroulera sur le tremplin géant de Vikersund situé à quelques kilomètres au nord-ouest d’Oslo.

À l’unanimité, la ville géorgienne de Bakouriani a été désignée ville hôte des Mondiaux 2023 de ski freestyle et de snowboard, ce qui montre, selon M. Kasper, le président de la FIS réélu lors de ce Congrès, l’attrait mondial de ses sports jeunes et spectaculaires.

La fierté des Géorgiens à la sortie du Congrès de la FIS. (© Agence Zoom)

Trois nouveaux membres au Conseil de la FIS, Michel Vion ré-élu

Lors de ce 51eme Congrès annuel de la FIS, les membres de son Conseil pour la période 2018-2020 ont été élus. Trois petits nouveaux sont à signaler : il s’agit du Chinois Steven Dong Yang, du Norvégien Erik Roeste et de l’Espagnol Eduardo Valenzuela. Michel Vion, président de la Fédération française de ski, a été ré-élu au sein du Conseil avec 121 voix, le nombre maximum de voix.

Les deux représentants des athlètes au Conseil ont également été annoncés : ce sont le snowboardeur alpin allemand Konstantin Schad et l’Américaine Hannah Kearney, légende vivante des bosses féminines, retraitée depuis quelques années.

Le télémark et le freeski big air proposés au CIO, le combiné nordique féminin arrive aux Mondiaux en 2021 !

En voilà une décision qui va faire plaisir aux puristes de ski et aux nostalgiques des virages harmonieux, si caractéristiques de ce sport, exécutés grâce au talon laissé libre de toutes fixations. Ce sport ancestral est l’ancêtre du ski alpin. La FIS a donc proposé au CIO d’inclure le sprint parallèle au programme olympique au même titre que le freeski big air, le saut acrobatique mixte, le snowboard cross par équipes, le snowboard alpin par équipes mixtes et le slalom parallèle en snowboard.

La Française Argeline Tan-Bouquet, spécialiste du télémark. (© Agence Zoom)

Aussi, la FIS a annoncé la grande nouvelle attendue par tous⋅tes les féministes de la planète blanche : l’inclusion du combiné nordique – dernier bastion exclusivement masculin – féminin aux Mondiaux de ski nordique, dès 2021 ! On a également appris qu’une compétition par équipes féminines allait avoir lieu aux Mondiaux de saut à ski à partir de cette même année. Enfin, une compétition individuelle de slalom parallèle sera au programme des Championnats du monde de ski alpin 2021.

Des modifications sur l’astéroïde ski de fond

Le Congrès grec de la FIS a mis plusieurs sujets concernant le ski de fond sur le tapis. D’abord, la FFS a informé la FIS que le site de La Clusaz ne serait pas en mesure d’accueillir la Coupe du Monde qui y était prévue en décembre prochain. Avec l’aide des fédérations suisses et norvégiennes, il a été décidé que l’étape de Davos remplace celle de La Clusaz et que les fondeurs se dirigeraient ensuite vers Beitostølen.

Le joli cadre de la Coupe du Monde de La Clusaz… qui n’aura pas lieu en décembre 2018 ! (© Tous droits réservés)

Ensuite, le skiathlon a été maintenu aux programmes des épreuves seniors mais annulé de celle des jeunes et juniors où des mass-starts auront lieu. En ce qui concerne le sprint, l’hiver prochain il n’y en aura plus que deux de disputés en style classique, de quoi alimenter la chronique de la mort programmée de ce style ancestral du fond… Enfin, le comité a voté ‘oui’ à la proposition de passer les relais masculins de quatre relais de 10 kilomètres à quatre relais de 7.5 kilomètres ; proposition refusée par le Congrès qui renvoie la décision finale au comité ski de fond.

+ Tous les articles sports d’hiver d’Agora Sports

A propos de Florian Burgaud 54 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*