[TES] Etape 28 : Krestovski, deuxième stade de la Coupe du Monde 2018

Le stade Krestovski et ses sièges aux couleurs du Zenit (Source : abc.net.au)

À quelques jours de la Coupe du Monde 2018, le tour d’Europe des stades est de passage en Russie, à Saint-Pétersbourg. Le stade Krestovski est un incontournable du Mondial russe. Depuis plusieurs années, le stade a beaucoup fait parler de lui. Corruption, délais de retard, sommes astronomiques : le nouveau né n’est pas russe par hasard.

 

Successeur du stade Kirov

Depuis 2005, Saint-Pétersbourg officialise l’apparition d’un nouveau stade en lieu et place du stade Kirov, enceinte historique de la ville et de son club, le Zenit FC. Ce choix se justifie étant donné qu’un nouveau stade était attendu et que Kirov n’était plus utilisé depuis 1992. En 2006, l’ancien stade est démoli et un an plus tard les premiers travaux débutent. C’est fin 2008 que la livraison d’un nouvel écrin de 40 000 places est prévue.

Le stade se trouve au bout de l’île Krestovski, d’où son nom ! (Source : visit-petersburg.ru)

Retards et changements de plan

La société Gazprom, géant russe du gaz et du pétrole est à la base la source principale de financement du stade. Celui-ci devait même porter le nom de Gazprom Arena. En 2009, à la suite de problèmes de corruption, la compagnie russe quitte le projet et les travaux sont interrompus. C’est finalement le gouvernement de la ville de Saint-Pétersbourg qui reprend le projet.

En 2010, alors que les construction n’est pas bien plus avancée, un tournant apparaît : la Russie obtient l’organisation du Mondial 2018. Cette bonne nouvelle incite la ville à ajuster les plans du stade. La capacité finale est revue à la hausse pour recevoir au mieux l’évènement (70 000 places). Ce changement de plan vient s’ajouter au décès de l’architecte principal Kisho Kurokawa, compliquant encore le développement du stade. Annoncé pour 2011 puis 2013, 2015 et décembre 2016, c’est finalement en avril 2017 qu’il est enfin inauguré. Interminable.

 

Un coût RECORD

Alors qu’un stade comme Wembley a coûté a minima 1,15 milliards d’euros, les spécialistes annoncent que Krestovski a largement dépassé ce seuil. Le stade est devenu le plus cher du continent, avec 1,5 milliards d’euros dilapidés. Nul doute que la corruption que l’on estime à 35% du coût total de l’enceinte ne soit passée par là…

Krestovski et son toit fermé (Source : shutterstock.com)

Krestovski, un stade à la pointe de la technologie mais… 

Avec les sommes exorbitantes dépensées pour le stade, le minimum était que Krestovski soit un stade de demain, digne d’accueillir les plus grandes sélections et des matchs de coupe du monde. Bien qu’il ne justifie pas son prix, son architecture avec son toit soutenu par quatre mâts en fait le stade russe le plus innovant. Ce toit rétractable peut permettre de maintenir le stade autour de 15 degrés en hiver, idéal pour le championnat russe, souvent perturbé par les conditions météo.

68 134 sièges ornent le stade, ce qui en fait derrière Loujniki, le plus grand stade russe. Seulement, sa taille s’avère problématique… Lors de l’inauguration de Krestovski, tout juste 20 000 supporters étaient de la partie. Un bide sans précédent. Le Zenit malgré un kop au top ne parvient pas à attirer les foules. Le Zenit n’a pas trouvé d’autre solution que de provisoirement rester dans son ancien stade Petrovski (22 000 places). Proche du centre-ville et point de rendez-vous des ultras, il est difficile de s’en séparer pour rejoindre un stade qui sonne creux.

 

Un enchaînement Coupe des Confédérations, Coupe du Monde, Euro !

L’inauguration en avril 2017 était tardive mais a permis à Krestovski d’accueillir dès son premier été la Coupe des Confédérations. Il a notamment organisé la finale devant près de 60 000 spectateurs (victoire de l’Allemagne 1-0 face au Chili). En 2018, sept rencontres de la Coupe du Monde ont lieu ici dont Russie – Égypte, le 19 juin prochain. Enfin, Krestovski s’apprête à réaliser un triplé inédit. En 2020, l’Euro sera aussi de passage dans la “capitale du Nord” pour quatre rencontres dont un quart de finale. On ne pourra pas enlever à Krestovski de connaître des débuts remarquables sur la scène internationale.

Krestovski à l’occasion de la Coupe des Confédérations 2017 (Source : lequipe.fr)

 

Le MATCH : Demi-finale de la Coupe du Monde 2018, le 10 juillet prochain !

C’est ici même à Saint-Petersbourg que se jouera la première demi-finale de la Coupe du Monde 2018. L’autre demi-finale (11 juillet) puis la finale (15 juillet) se dérouleront à Moscou au stade Loujniki. Krestovski accueillera lui aussi une autre rencontre importante : le match pour la troisième place, le 14 juillet.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*