[Focus] LDC : Une finale déjà historique

Wijnaldum et Moura se retrouveront le 1er juin pour disputer la finale de la Ligue des champions. CP : facebook UEFA

Liverpool et Tottenham sont les deux finalistes de la Ligue des champions 2019. Une finale qui aura lieu le samedi 1er juin à Madrid. Les deux clubs anglais ont validé leur ticket au terme de demi-finales déjà légendaires. Des joueurs qui incarnent comme personne ce fameux “fighting spirit” (l’esprit de combat).

La Premier League est donc à l’honneur cette année, puisque ce sont deux clubs y évoluant qui seront en finale de la compétition la plus prestigieuse. Pourtant, au vu des matchs aller (Barcelone 3-0 Liverpool ; Tottenham 0-1 Ajax) tout portait à croire que l’on aurait une confrontation entre Espagnols et Néerlandais. Mais le destin, à juste titre, nous a rappelé que le football n’est pas et n’a jamais été une science exacte. Le résultat ne dépend ni des statistiques, ni des pronostics : mais bien de l’esprit des joueurs qui évoluent sur le terrain. Et en terme de combativité, les Anglais nous ont donné une vraie leçon. Il est donc inutile d’essayer de désigner un favori, mais voici quelques infos à savoir avant la finale.

Une première pour Tottenham

Niveau palmarès, il n’y a pas photo. Ce qu’a réalisé Tottenham en se hissant en finale est déjà historique. Le meilleur résultat du club était une demi-finale en 1962 et plus récemment, un quart de finale en 2011. Pour Liverpool en revanche, le palmarès est déjà bien rempli : cinq victoires en 1977, 1978, 1981, 1984 et 2005. Ce sera la 9ème finale pour le club anglais. Les Reds étaient déjà en finale l’an dernier, battus par le Real Madrid 3 buts à 1. Jürgen Klopp était déjà l’entraîneur et beaucoup de joueurs qui seront sur la pelouse le 1er juin ont vécu cette défaite il y a un an. En terme d’expérience donc, la balance penche très largement en faveur de Liverpool.

Avantage Liverpool en championnat

Comme ces deux clubs évoluent dans le même championnat, attardons nous sur leurs dernières confrontations. Cette saison, Tottenham a reçu Liverpool le 15 septembre sur un résultat de 1 but à 2. Wijnaldum et Firmino était les buteurs des Reds, et Lamela avait réduit le score pour les Spurs dans le temps additionnel. Le match retour a eu lieu le 31 mars et les deux équipes s’étaient séparées sur le même score avec des buts de Firmino et Alderweireld contre son camps. Côté Spurs, l’unique buteur était Lucas Moura.

Liverpool a donc l’avantage d’avoir déjà battu deux fois Tottenham cette saison. Mais seulement avec à chaque fois un but d’écart. Rien est joué, et comme on l’a vu lors de ces demi-finales, tout peut basculer jusqu’à la dernière minute. Les Reds tout comme les Spurs ont démontré un mentale incroyable qui en font des finalistes remarquables.

Le “fighting spirit” plus fort que les statistiques

Impossible donc de faire un quelconque pronostic. Après ce que l’on a vécu, il semble d’ailleurs totalement dérisoire de continuer à en faire. Ces deux clubs nous ont prouvé que rien était joué d’avance tant que l’on y croyait. Le “Never give up” (ne jamais laisser tomber) inscris sur le tee-shirt de Mohamed Salah lors de la demi-finale résume à lui seul la leçon que nous ont donné ces Anglais. Barcelone et l’Ajax l’ont appris à leur dépens : les premiers ont semblé trop sûrs d’eux quand les seconds n’avaient tout simplement plus d’essence dans le réservoir et peut-être un manque d’expérience.

C’est aussi la force d’évoluer en Premier League : les clubs anglais ont l’habitude de jouer contre des équipes de classe mondiale mais aussi des saisons à rallonge. Leur force physique a impressionné, surtout chez les Spurs hier, face une équipe à bout de souffle. Ces joueurs ont appris à souffrir mais à ne jamais rien lâcher. Une finale entre guerriers.

Aurore Dessaigne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*