Gp du Japon 2019 : Mer-Six-Des, F.I.Hahaha

Valterri Bottas, savourant sa 3e victoire de la saison à Suzuka (©AFP / Behrouz MEHRI )

Sur un circuit propice aux Mercedes, la Formule 1 a connu un week-end compliqué par le typhon Hagibis. Samedi annulé et qualifications 4 heures avant la course. Qui allait se montrer le plus solide ?

Le typhon n’aura pas touché le circuit de Suzuka, au grand bonheur des fans Nippons de sport automobile. Un dimanche royal avec qualifs + course en très peu de temps. Sous un vent assez important, la Q1 verra Kubica & Magnussen sortir dans le dernier virage et provoquer une interruption de séance. Autres perdants, les Renault. Hors du coup, Ricciardo & Hulkenberg partent de la 8e ligne.

Dans les gagnants, on trouve nos deux Français : Pierre Gasly & Romain Grosjean. Le premier a collé une belle marge à son coéquipier chez Toro Rosso pour aller en Q3 et partir 9e. Le second roule toujours avec une Haas aux spécifications de Melbourne. Ça ne l’empêche pas d’aller en Q3 lui aussi.

Alors que les Mercedes avaient été devant en Q2, ce sont les Ferrari qui subtilisent la première ligne en Q3. Leclerc étant battu par un Sebastian Vettel de gala, pulvérisant le record de la piste à deux reprises. Derrière, en rang d’oignon, les Mercedes, les Red Bull & les McLaren, qui s’affirme de plus en plus comme une 4e force solide du championnat.

Tout s’est finalement joué au premier tour. Sebastian Vettel se foire, permettant à Bottas de prendre la tête. Derrière, Max Verstappen se faufile pour arriver à la 3e place… Du moins c’est ce qui aurait du se passer. Sauf que dans le virage 2, Charles Leclerc harponne le Néerlandais, l’envoyant en tête à queue et détériorant sévèrement sa Red Bull. Des dégâts qui pousseront Verstappen à abandonner.

Coté Charles Leclerc, l’aileron avant de sa Ferrari est grandement endommagé. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à rouler 2 tours avant de rentrer aux stands pour en changer. Entre temps, une partie de l’aileron ira s’exploser sur la Mercedes de Lewis Hamilton, qui en perdra un rétroviseur.
Après visionnage des ralentis, on s’aperçoit que Sebastian Vettel a volé le départ. On s’attend donc à ce que les deux Ferrari reçoivent une pénalité chacun pour leurs méfaits.

“Whilst the video shows some movement that movement was within the acceptable tolerance of the F1 jump start system which formally defines a jump start per Article 36.13(a) of the FIA Formula One Sporting Regulations.”

“The acceptable Tolerance”. Un très beau foutage de gueule de la part de la FIA qui ne sanctionnera donc pas Vettel. Et si ça ne suffisait pas, l’incident autour de Charles Leclerc a été jugé après la course. Et si le Monégasque écopera de 15 secondes de pénalité, il sera plus lourdement sanctionné pour avoir roulé avec un aileron défectueux que pour avoir harponné et ruiné la course de Verstappen. Du grand art de la part des commissaires de la FIA.

Devant, Bottas se contentera de copier la stratégie de Vettel pour garder sa première place. Il faut dire que le rythme en course de la Mercedes était assez impressionnant. En 3e position, Lewis Hamilton n’aura pas pu dépasser l’Allemand, malgré des pneus frais et plus tendres. En 4e on retrouve Alexander Albon, qui possède une sacrée chance depuis son arrivée à Red Bull.

Les Renault sauvent la mise avec une 6e et une 10e place. Notons la très belle remontée de Daniel Ricciardo, parti 10e et qui finit à la porte du top 5 en profitant de la sanction envers Charles Leclerc, qui l’a fait rétrograder en 7e place. Derrière lui on retrouve un excellent Pierre Gasly, qui termine juste devant Sergio Perez alors que le Mexicain n’a même pas fini le grand prix. Sa Racing Point ayant été éjectée dans le virage 1 par… Gasly. Sauf que la course s’est terminée un tour plus tôt que prévu et donc l’accident entre Gasly et Perez n’a pas d’incidence sur le classement, au grand dam de Lance Stroll qui avait récupéré un point suite à l’abandon de son coéquipier.

Racing Point qui s’est aussi illustrée après la course en déposant une plainte contre Renault. L’objet du délit : la répartition des freins sur les monoplaces noires & jaunes. L’affaire sera étudiée le 16 octobre prochain avec comme possible finalité, une disqualification des Renault. Un point sur les Haas qui ont été nullissimes. Voila.

Le résultat des Mercedes leur donne leur 6e titre consécutif des constructeurs. Un évènement logiquement fêté avec toute l’équipe et dédié à Nikki Lauda, grand artisan du succès de la firme Allemande. Autre point important, le titre des pilotes sera forcément chez Mercedes. Seul Valterri Bottas peut empêcher Lewis Hamilton de devenir sextuple champion du monde. Mais entre nous, personne n’y croit.

Le prochain rendez-vous est situé à Mexico City. Une piste qui a souvent vu Lewis Hamilton être sacré. Si le Britannique gagne cette course, il ne faut pas que Bottas fasse mieux qu’une 5e place. Scénario peu probable, mais on sait jamais. L’altitude Mexicaine peut jouer des tours aux monoplaces.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*