Un jour à PyeongChang #4 : Pinturault et Muffat-Jeandet auréolés, Klæbo dans l’histoire et Chloe Kim superstar

Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet entourent le monstre Marcel Hirscher sur le podium du combiné alpin ce mardi à Yongpyang. (© Fabrice Coffrini/AFP)

Enfin ! Les épreuves de ski alpin, le sport roi des Jeux d’hiver, ont finalement pu débuter ce mardi 13 février à Jeongseon et à Yongpyong. Alors que la descente masculine et le slalom géant féminin ont été reportés à jeudi, repoussant le Super-G hommes à vendredi, le combiné alpin a pu avoir lieu. Avec réussite pour les Bleus, nous y reviendrons. Il y avait également du ski de fond, du snowboard halfpipe, de la luge, du short-track, du patinage de vitesse ou du curling en cette quatrième journée olympique. Retour sur vingt quatre heures riches en événements au pays du Matin Calme. 

Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet derrière le monstre Hirscher !

Le combiné alpin, discipline fort probablement – et c’est dommageable car c’est l’épreuve originelle du ski alpin – présente pour la dernière fois au programme olympique, a livré son verdict sur les pentes sud-coréennes. Les fauves ont enfin franchi le portillon de départ après deux jours frustrants minés par les bourrasques envoyées par Eole. Pour autant, tout n’était pas réglé ce matin au moment du départ de la descente du combiné : le lancement de celle-ci a dû être abaissé au départ de réservé, amputant la descente d’une vingtaine de secondes, les plus à l’avantage des fous de la vitesse. Dès lors, c’en était (déjà) presque fini des espoirs des ‘gros’ dans ce combiné, bien qu’ils étaient engagés en nombre. L’Allemand Thomas Dressen, roi de la Streif le mois dernier, a signé le meilleur temps de la descente sprint d’une minute et vingt secondes ne devançant le Français Alexis Pinturault que d’à peine plus d’une seconde et Marcel Hirscher d’un peu plus d’une seconde et trois dixièmes. En une vingtaine de piquets, les techniciens reprendront cet écart sur le slalom de l’après-midi…

Alexis Pinturault après sa manche de slalom conclut derrière Hirscher… (© AFP)

Ce fut bien entendu le cas à partir de 15 heures, heure locale, 7 heures, heure française à l’heure du petit déjeuner. Un réveil médaillé pour la France qui voit Alexis Pinturault, toujours décevant jusque-là dans cette discipline en grand rendez-vous, prendre la médaille d’argent derrière un Marcel Hirscher étincellent dans les bourrasques de vent. Hirscher est le cinquième skieur à décrocher un titre mondial et olympique dans la discipline après les Norvégiens Aamodt et Kjus et les Américains Miller et Ligety. L’Autrichien devient, enfin, champion olympique : il a maintenant tout gagné et va pouvoir aborder le géant et le slalom relâché. Relâché comme Pinturault, donc, et Victor Muffat-Jeandet ! Car, oui, la France a placé deux de ses athlètes sur le podium du combiné alpin olympique cuvée 2018. Après une descente ratée conclut à 2 secondes et 33 centièmes de Dressen, Super Totor s’est élancé en deuxième position lors du slalom. La piste, glacée et lisse à souhait, était encore comme neuve et lui permit de signer un chrono d’exception, le deuxième de la manche un petit centième derrière le monstre Hirscher. Victor Muffat-Jeandet termine troisième de cette course et décroche le bronze. Thomas Mermillod-Blondin, revenu de l’Enfer après deux saisons loin des pistes, prend une fantastique sixième place à quelques centièmes du podium. Les Français aiment le combiné, et ils l’ont prouvé en grand championnat. Enfin. Avant qu’il ne disparaisse. Merci messieurs.

La médaille est déjà autour de leur cou ! (© Kirill Kudryavtsev/AFP)

Johannes Klæbo dans l’histoire, Chloe Kim exceptionnelle en snow halfpipe

C’était le grand favori du sprint olympique, disputé en style classique en vertu du principe d’alternance. Le jeune Norvégien Johannes Klæbo, impressionnant depuis le début de l’hiver en Coupe du monde, a dominé l’épreuve le jour J, dans la nuit sud-coréenne. Il fallait le voir quasiment courir, par quatre fois, dans les deux grandes montées ponctuant les 1.4 kilomètres du parcours. C’était le meilleur. Il avait rendez-vous avec l’histoire : il devient le plus jeune fondeur champion olympique, à à peine plus de 21 ans. Il y en a une aussi qui est entrée dans l’histoire par la même veine. C’est la snowboardeuse freestyle américaine d’origine sud-coréenne Chloe Kim sacrée en halfpipe à 17 ans et 296 jours, soit 19 jours de mieux que Michela Figini championne olympique de descente en 1984. L’Américaine devient donc la plus jeune athlète féminine titrée aux JO sur neige. Et puis, il y en a une qui n’est pas entrée dans l’histoire malgré une belle médaille d’argent : il s’agit de la Norvégienne Maiken Caspersen Falla qui pouvait devenir la première fondeuse à conserver son titre olympique en sprint. C’est donc raté car la Suédoise Stina Nilsson, impériale tout au long de la soirée, a dominé de la tête et des épaules l’épreuve.

Johannes Klæbo célébrant son titre olympique alors que ses adversaires se démènent pour l’argent, finalement glané par l’Italien Pellegrino devant l’athlète olympique de Russie Bolshunov. (© Odd Andersen/AFP)

Du côté du clan tricolore, Baptiste Gros a réussi à se hisser jusqu’en demi-finales alors que Richard Jouve a échoué en quarts pour quelques centimètres. Lucas Chanavat, le sprinteur français le plus en vue cet hiver avec trois podiums, n’a pas passé le cut des qualifications comme Aurore Jean chez les filles. Ce sprint disputé en classique n’était pas la tasse de thé de la Team Poneys qui pourra se rattraper mercredi prochain lors du team sprint disputé en style libre. En snowboard, les Tricolores Mirabelle Thovex et Sophie Rodriguez ont pris les neuvièmes et dixièmes places de la finale du halfpipe, sans jamais avoir réussi à se mêler à la bagarre pour le podium.

Baptiste Gros, ici lors de la qualification, a été le meilleur français lors du sprint classique. (© Reuters)

En bref…

En luge, l’Allemande Natalie Geisenberger, déjà en tête hier après les deux premières descentes, a remporté le titre olympique féminin à l’issue des deux derniers parcours : elle garde son titre olympique toujours remporté par une Germanique depuis six olympiades. Les Canadiens Kaitlyn Lawes et John Morris sont devenus la première paire mixte championne olympique de curling en battant les Suisses Jenny Perret/Martin Rios 10-3 en finale ; le bronze revient aux athlètes olympiques de Russie mariés dans le civil Anastasia Bryzgalova/Aleksandr Krushelnitckii.

Natalie Geisenberger éclatant de joie à l’arrivée de sa quatrième et dernière descente. (© Reuters)

Du côté du short-track, l’Italienne Arianna Fontana a dominé la finale du 500m et remporte ainsi son premier titre olympique après cinq autres médailles. Elle rejoint donc, avec six breloques olympiques, la Chinoise Wang Meng au sommet de l’Olympe des short-trackeuses. Notons la qualification de Thibaut Fauconnet, malheureux lors de la finale du 1 500m, pour les quarts du 1 000m ; Sébastien Lepape n’a pas passé le cut. Enfin, en patinage de vitesse, le Néerlandais Kjeld Nuis a pris l’or du 1 500m et permet à son pays de détenir à cet instant précis tous les titres olympiques en patinage de vitesse, chose que les Américains avaient réalisé au milieu des années 1980. Vingt-deuxième place pour le Malouin Alexis Contin qui visera le podium sur la mass-start du dernier samedi des Jeux.

Alexis Contin en plein effort sur l’anneau olympique de Gangneung. (© Reuters)

Pour finir, la Finlandaise Riikka Välilä, à 44 ans et 246 jours, est devenue la•e plus vieille•eux hockeyeuse•eur a inscrire un but aux Jeux olympiques. Cette réalisation n’a pas empêché la défaite des Scandinaves 4-1 face aux Canadiennes, invaincues comme les Américaines larges vainqueures 5-0 des athlètes olympiques de Russie.

Et demain ?

La nuit olympique risque d’être mouvementée ce mercredi 14 février avec la grande finale du snow halfpipe masculin (à partir de 2h30) qui sera un énorme combat entre la légende Shaun White – impressionnant lors des qualifications la nuit dernière -, l’Australien Scotty James et le Japonais Ayumu Hirano. Il y aura également, en ski alpin, le slalom féminin à Yongpyong (2h15 et 5h45) : le récital de Mikaela Shiffrin est prévisible, va-t-il avoir lieu ? Les Françaises Nastasia Noens et Adeline Baud-Mugnier prendront le départ avec des espoirs de gros tops 15.

Demain ce seront également les grands débuts des épreuves de combiné nordique à Alpensia. Le saut à 7 heures, les 10 bornes de fond à 9h45 : qui de Watabe, Schmid, Riiber ou des Allemands vont l’emporter ? Les Français vont-ils réussir à se mêler à la lutte ? Réponse au petit déjeuner demain. Si le vent le permet, il y aura également l’épreuve de l’individuel chez les féminines en biathlon à partir de 12h05 avec Braisaz, Bescond, Chevalier et Aymonier. Enfin, à partir de 2 heures, les programmes courts des couples auront lieu à Gangneung avec, notamment, les Français Morgan Ciprès et Vanessa James comme outsiders.

+ Un jour à PyeongChang #1

+ Un jour à PyeongChang #2

+ Un jour à PyeongChang #3

A propos de Florian Burgaud 53 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*