Michael Chang fête ses 46 ans !

Michael Chang a réussi l'un des exploits les plus retentissants de l'histoire du tennis à Roland Garros... (Source : Le Figaro)

Né un 22 février 1972 dans le New Jersey, le tennisman américain d’origine taïwanaise Michael Te-Pei Chang, est entré dans le panthéon du tennis en devenant le plus jeune vainqueur d’un Grand Chelem en simple messieurs.

Une précocité légendaire

Son père Joe l’initie au tennis. Son physique atypique (1m73) et son formidable jeu de jambes font de lui un joueur très difficile à manœuvrer. Il devient très fort, très vite, en battant bon nombre de records de précocité, toujours inégalés à ce jour. Il un premier titre chez les juniors à 12 ans seulement. Son grand frère Carl devient son coach et, malgré les difficultés familiales pour financer les voyages qu’imposent les participations aux tournois, il passe professionnel. En 1987, il devient le plus jeune vainqueur d’un match en Grand Chelem, à l’US Open, puis devient le plus jeune joueur de l’histoire à entrer dans le top 200 du classement ATP à 15 ans, 7 mois et 26 jours. L’année suivante, il devient le plus jeune joueur à entrer dans le top 100, à 16 ans, 3 mois et 13 jours.

En 1989, sa carrière prend un tournant à Roland Garros. En huitièmes de finale, la tête de série numéro quinze du tournoi élimine Ivan Lendl, numéro un mondial, lors d’un match épique. Pourtant dominé durant les deux premiers sets (4-6, 4-6), il comble peu à peu son retard (6-3 au 3e). Dès le 4e set, il lutte contre les crampes mais remporte la rencontre (6-3, 6-3 au 4e et 5e sets) avec notamment son fameux service à la cuillère dans le 5e set, à 4-3. Sur sa première balle de match, Chang se place à la limite du demi-carré de service alors que le Tchèque est sur deuxième balle. Lendl craque alors psychologiquement et commet la double faute de trop, qui envoie Chang en quarts de finale. Chang remporte ensuite la finale contre Stefan Edberg (6-1, 3-6, 4-6, 6-4, 6-2) devenant alors le plus jeune vainqueur du tournoi parisien, à l’âge de 17 ans et 3 mois, et le plus jeune vainqueur d’un tournoi du Grand Chelem en simple messieurs, record qu’il détient toujours. Le 7 août 1989, il devient le plus jeune joueur à entrer dans le top 5 : 17 ans, 5 mois et 14 jours.

En 1990, il gagne la Coupe Davis en qualifiant tout d’abord les États-Unis pour la finale, en remportant le cinquième match décisif face à l’Autrichien Horst Skoff en réussissant l’exploit de remonter un déficit de deux sets à zéro (3-6, 6-7, 6-4, 6-4, 6-3).  Quelques mois plus tard, il remporte son premier Masters 1000 à Toronto.

Un après-1990 difficile à gérer

La suite de sa carrière est plus difficile à gérer pour Chang. Il a contre lui son inexpérience, la pression du public et des médias, et ne remportera plus jamais de Grand Chelem. Au total, il remporte 34 titres, dont 7 Masters Series. Il a également atteint trois autres finales en Grand Chelem (Roland-Garros en 1995, Open d’Australie et Us Open en 1996), ainsi qu’une finale en Masters Cup (1995). Son meilleur classement ATP en simple a été la deuxième place mondiale, obtenue le 9 septembre 1996.

Michael Chang a pris sa retraite officielle en 2003 mais a aidé l’équipe chinoise pour sa préparation aux J.O. de Pékin, en 2008 ainsi que Kei Nishikori en tant que coach mental. Il s’adonne aujourd’hui à sa fondation, la Chang Family Foundation, créée en 1999, pour promouvoir les valeurs chrétiennes et l’amour du sport.

A propos de Clément Carton 140 Articles
- Fondateur et Rédacteur en chef d'Agora Sports - 20 ans, Lyonnais, ambition journalisme sportif, EDJ Nice. Sports de prédilection : Tennis, Basketball. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*