Une victoire française sur un Grand Tour, est-ce pour cette année ?

Enfin un français victorieux d'un Grand Tour ? Petite revue d'effectifs des chances françaises pour la saison à venir (© Cyclism'Infos)

Alors que la saison cycliste vient de redémarrer, une question se pose côté français, verra-t-on un français gagner un Grand Tour ?

Depuis Laurent Jalabert sur la Vuelta 1995, aucun français n’a remporté l’une des trois courses de trois semaines qui composent le calendrier UCI. Il faut même remonter en 1985, pour voir le dernier français ramener la tunique jaune sur les Champs-Elysées, en la personne de Bernard Hinault. Durant cette longue période, on a pu se consoler avec les épopées de Virenque et Voeckler. Mais depuis quelques saisons et l’émergence d’une génération très prometteuse emmenée par Pinot, Bardet ou encore Barguil, on se rapproche de la fin de cette longue période de disette et une victoire finale au classement générale du Giro, du Tour de France ou de la Vuelta parait de plus en plus crédible.

Ces trois jeunes français arrivent à maturité physique et commencent à engranger de l’expérience, on peut le voir avec les résultats de ces coureurs sur le Giro et le Tour de France l’an dernier qui font parti des grands aujourd’hui et qui savent maintenant gérer la pression des grands rendez-vous. Ils peuvent donc prétendre très sérieusement à la victoire finale sur l’une de ces trois courses d’autant plus que Froome qui a dominé la planète vélo ces dernières saisons est emprise avec la justice et pourrait se voir interdire de Tour de France voir être suspendu selon le verdict de l’affaire. Tout porte donc à croire que cette année peut être la bonne pour nos coureurs français. Malgré tout ils ont chacun des espoirs différents, petite revue d’effectifs des coureurs français capables de mettre fin à cette longue période d’absence de victoire finale sur une course de trois semaines.

On commence par Thibault Pinot, le pensionnaire de la Groupama-FDJ (ex-FDJ) a terminé le dernier Giro à la quatrième place. Durant ces trois semaines, il nous a montré qu’il était capable d’assumer son statut de favori et de leader et surtout de tenir sur 3 semaines, chose sur laquelle on avait quelques doutes. Lui qui désire à nouveau doubler Giro et Tour de France a désormais une équipe acquis à sa cause, et possède tous les arguments pour signer une victoire finale. Delà à envisager une victoire sur le Tour, beaucoup de spécialistes pensent qu’une victoire sur le Giro serait pour lui un déclic dans sa quête d’un maillot jaune. Reste à devenir plus régulier sur trois semaines puisque sa quatrième place obtenue après une très bonne troisième semaine cache des jours sans en deuxième semaine, chose chaque coureurs peut avoir sur trois semaines, mais la gestion de cette journée de la part de Pinot n’est sans doute pas tout à fait parfaite. Egalement, les progrès visibles en contre-la-montre depuis 2 ans n’ont pas porté leurs fruits lors de ce Giro 2017. Bien qu’il ait du faire face à des meilleurs spécialistes actuels et vainqueur finale, Tom Dumoulin, Thibault n’a pas pu tout reprendre dans la montagne. Malgré tout, cette 4e place reste un résultat très positif qui devrait lui servir à accumuler une confiance qui sera primordiale dans l’acquisition d’un premier grand tour, et ce peut être, dès 2017.

Le second n’est autre que Romain Bardet, sur le podium des deux dernières éditions de la Grande boucle. Le pensionnaire d’AG2R LA MONDIALE, est sans nul doute, l’un des tout meilleurs grimpeurs du monde à l’heure actuelle. Il restera le seul du Tour de France 2017 qui aura réussi à faire sauter Chris Froome, et ce lors de la 19e étape au prix d’un nombre incalculable d’attaques au contraire du caractère passif du colombien Rigoberto Uran. Lui qui s’est aligné pour la première fois sur un autre grand tour que celui de France, et ce lors de la Vuelta 2017, sera l’un des grands candidats à la victoire finale lors du prochain tour de france. Ses lacunes en contre-la-montre seront un fort désavantage surtout face au néerlandais Tom Dumoulin et Christopher Froome si ce dernier y participe. Mais son caractère offensif lié à ses qualités hors normes quand la route s’élève, ajouté à une équipe de grimpeurs plus que compétitives, nous laisse penser que cette année peut être la bonne, à condition bien sûr, de progresser en contre-la-montre sans quoi, il devra reprendre un temps important en haute montagne, mais pas impossible pour l’Ardechois de 27 ans qui reste sans nul doute, notre meilleure chance de victoire.

Enfin, le dernier d’entre eux est le breton Warren Barguil qui a enfin confirmé sur le dernier Tour de France, tout le bien qu’on pensait de lui. Avec ses deux victoires d’étapes en haute montagne et ceux devant les meilleurs, ajouté à cela un maillot de meilleur grimpeur, le premier français à le ramener à Paris depuis Thomas Voeckler en 2012, une dixième place au général, ainsi que le titre de super combatif qui symbolise tout le panache du français. Révélé aux yeux du grand public en 2013 où il gagne deux étapes sur la Vuelta, il confirme en 2014 avec une 8e place finale sur la Vuelta et en 2016 où il signe une 6e place sur Liège-Bastogne-Liège. Après deux années un peu difficile sur les courses par étapes, il signe son grand retour sur Tour de France qu’il éblouira de toute sa classe. Transféré dans un contexte quelque peu houleux vers la formation française, Fortunéo-Oscaro, il participera au Tour de France cette saison dans le but cette fois-ci d’y jouer une place au général avec une équipe à son service pour la première fois de sa carrière. Le plus jeune de ces trois français doit maintenant confirmer les espoirs placés en lui même si l’objectif  annoncé sur la prochaine Grande Boucle se situe entre un top 5 et un top 10, mais le breton de 26 ans peut une nouvelle fois nous surprendre.

Cette saison peut donc être la bonne pour nos français, ces coureurs qui ont dépassé le statut de simple révélation et qui savent géré aujourd’hui leur statut d’outsider voir de favori. Eux qui nous font rêver depuis maintenant quelques saisons arrivent enfin à maturité, et ils frapperont fort, et ce dès cette année.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*