[PLANÈTE BLANCHE #3] Véronique Pierron sur le podium, Marcel Hirscher primé, le signal d’alarme de Martin Fourcade et du Big Air à Modène !

La short trackeuse française Véronique Pierron, grande dame bleue du week-end sur la planète blanche. (© R. Wafflart)
La sonnette d’alarme a été tirée par Martin Fourcade au mitan de la semaine passée dans les colonnes de L’Equipe puis du Monde, auxquels il a accordé deux interviews. Alors que la France s’est démenée pour obtenir l’organisation des Jeux d’été 2024 après de nombreux échecs, alors que les sportifs se sont décarcassés dans cet objectif, voilà que les budgets des fédérations sont en baisse. Cela, dit-il, bride les champions de notre pays – mais aussi les petites structures qui font le maillage sportif de notre territoire national – qui sont, du coup, dans “la démerde permanente”, selon ses mots confiés au journaliste Jean-Pierre Bidet, de L’Equipe. Le constat posé par le plus illustre de nos champions hivernaux est sans appel, et terrible pour le modèle économique du sport français. La seule chose demandée par Fourcade, ce sont des moyens supplémentaires, ce que le ministère des Sports, géré par l’ex-nageuse Roxana Maracineanu, n’a pas. Une décision politique doit être prise pour augmenter les moyens alloués au sport : par exemple, la taxe Buffet pourrait être déplafonnée pour donner des moyens supplémentaires aux fédérations. “Ce serait royal, dit Martin Fourcade, même au-delà de nos besoins.” Et cela éviterai à l’équipe de France de biathlon de rester au France – à Prémanon, dans le Jura – au lieu de partir en stage en Suède au mois d’août dernier… pour un écart de 20€ de pension par jour et par personne. Retour sur la semaine écoulée sous le prisme des sports blancs dans Une semaine sur la planète blanche, la chronique qui fait apprécier l’arrivée de l’hiver !

Le snowboard halfpipe privé de soutien fédéral !

Le snowboard halfpipe, bien que porté au niveau mondial par des stars comme Shaun White ou Chloe Kim, n’est pas la discipline la plus populaire en France depuis quelques hivers. Et la “sanction” de la Fédération française de ski (FFS), qui chapeaute aussi le snowboard, est arrivée à l’annonce des groupes Coupe du monde de cet hiver post-olympique. Le snow halfpipe ne bénéficie plus du soutien de la FFS alors que l’équipe comptait trois membres jusqu’à l’hiver dernier (Clémence Grimal, double médaillée mondiale, Mirabelle Thovex et Sophie Rodriguez), seulement des femmes, le réservoir masculin s’étant tari ses dernières saisons. 

Le slopestyle et le Big Air privilégiés 

Si le halfpipe a été mis de côté par la FFS c’est parce que les plus jeunes talents repérés par les stations alpines ou pyrénéennes sont vite envoyés vers le slopestyle et le Big Air, des disciplines en vogue dans le petit monde du snowboard. Du coup, les aides fédérales vont vers ses groupes très jeunes et une équipe de France a été créée cet été, en lieu et place de celle de pipe. “On ne peut pas avoir une équipe de France de halfpipe pour une athlète” a déclaré Luc Faye, directeur du snow à la FFS, à L’Equipe (31/10). 

Mirabelle Thovex recherche des fonds

Cette athlète c’est Mirabelle Thovex qui doit donc se débrouiller seule, avec seulement 10 000€ accordée par la FFS en plus de sa participation assurée aux Mondiaux. Sophie Rodriguez a arrêté alors que Clémence Grimal est arrêté pour un temps indéfini après avoir contracté la maladie de Lyme. Elle a confié son désespoir au site spécialisé Ski Chrono : “C’est une page qui se tourne, c’est tristoune de me retrouver un peu toute seule […]  Je sors de la meilleure saison de ma carrière. Ça serait dommage que ça s’arrête maintenant. C’est nul d’avoir investi autant au moment où ça va marcher. C’est dur, pour un athlète, de ne pas décider quand il s’arrête. J’ai envie de décider pour moi…” Malgré l’aide de ses sponsors privés, Mirabelle Thovex ne va pas pouvoir payer la totalité de sa saison : elle doit s’attacher les services d’un coach privé alors qu’elle estime que sa saison lui coûterai environ 30 000 euros. La rideuse de La Clusaz est donc à la recherche de financements…

Mirabelle Thovex lors des Jeux de PyeongChang. (© Julien Crosnier)
Un nouveau système d’aides à la Fédé

L’histoire de la suppression des aides pour le snow halfpipe a permis à Michel Vion, président de la FFS, de préciser le nouveau système d’aides mis en place par son institution. D’abord, il y a les disciplines majeures comme l’alpin et le biathlon. Ensuite, des disciplines comme le ski cross, le snowboardcross, le combiné et le fond sont pris en charge à 100% mais moins bien aidés que ceux précédemment cités. Enfin, dans les autres disciplines, la Fédé joue la carte individuelle comme avec les bosses (Perrine Laffont, Benjamin Cavet), le ski halfpipe (Kevin Rolland, Anaïs Caradeux) ou le ski slopestyle (Tess Ledeux, Coline Ballet-Baz, Antoine Adelisse). 

Marcel Hirscher Skieur d’Or 2018

Pour la quatrième fois de sa carrière – après 2012, 2015 et 2016 – Marcel Hirscher a été primé par l’Association Internationales des Journalistes de Ski (AIJS). L’Autrichien remporte le Skieur d’Or 2018 et rejoint l’Helvète Pirmin Zurbriggen au sommet de la hiérarchie avec quatre Trophée Serge Lang soulevés. Le skieur de Salzbourg a devancé Ester Ledecka, la snowskieuse double championne olympique en Corée du Sud l’hiver dernier, ainsi que Svindal, Vonn ou Shiffrin. Luc Alphand, lauréat 1997, reste le dernier skieur français vainqueur du Skieur d’Or. Enfin, avant lui, seuls Jean-Claude Killy (1965, 1967) ainsi que les sœurs Goitschel (1964) avaient eu les honneurs de l’AIJS.

La rage de vaincre de Marcel Hirscher après son titre olympique du slalom géant, qui lui a permis, entre autre, de remporter le Skieur d’Or 2018. (© Sébastien Boue/L’Equipe)

Du spectacle à Modène pour la Coupe du Monde de Big Air

Presque deux mois après la Coupe du Monde de Big Air néo-zélandaise de Cardrona, les rideurs faisaient leur grand retour le week-end passé dans l’hémisphère nord pour la début de la saison hivernale américano-asiatiquo-européenne. Pour ce deuxième Big Air de l’hiver, une rampe de 47 mètres de hauteur et de 130 mètres de longueur a été édifiée à Modène. Il s’agit de la plus grosse infrastructure construite pour une Coupe du Monde en Italie. Samedi soir, 10 000 aficionados étaient massés en bas du tremplin…

Les Japonais dominateurs en snowboard

Le premier jour de compétition était réservé au snowboard et ce sont les Japonais qui ont signé les meilleurs résultats, remportant les deux compétitions. D’abord, chez les dames c’est Reira Iwabuchi qui a gagné, comme à Cardrona en septembre. La championne olympique Anna Gasser doit se contenter de la troisième place. Ensuite, chez les hommes, Takeru Otsuka – champion du monde juniors de Big Air et slopestyle chez les juniors à la fin de l’été – l’a emporté de peu devant l’Américain Chris Corning. Les deux athlètes sont en tête du général de la Coupe du Monde. 

Le Norvégien Marcus Kleveland dans le ciel de Modène. (© Mateusz Kielpinski/FIS)
Les Européens devant en freeski !

Le dimanche, la compétition de ski acrobatique (ou ski freestyle, freeski) s’est déroulée sous les vivats des nombreux fans italiens. Finalement, c’est le Norvégien Birk Ruud qui a pris le meilleur sur les autres en plaquant deux beaux sauts pour un total de 178.25 points contre 177.50 pour Alexander Hall et 173.75 pour Andri Ragettli, vainqueur à Cardrona il y a quelques semaines de cela. Chez les dames, la victoire est revenue à la Suisse par l’intermédiaire de Mathilde Gremaud (172.50 pts). Il s’agit même d’un doublé parce que Sarah Höfflin est deuxième devant l’Allemande Kühnel qui précède Gaskell, la lauréate de Cardrona. 

Modène, terre de ski acrobatique pour un week-end de compétition. (© Tous droits réservés)
Pas de finale pour les Français

Aucune finale n’est venue égayer le week-end du groupe France, en pleine construction. Le meilleur résultat est à mettre au crédit de la freestyleuse Coline Ballet-Baz, septième et première éliminée de la qualification, qui revient d’une rupture des ligaments croisés. En snow, Titouan Bartet termine 23eme, Sacha Moretti 29eme et Enzo Valax 35eme. Petite déception du côté de Lucile Lefèvre, 15eme après n’avoir pu plaquer un run en qualification. 

“Nous n’avons pas été incroyables. Pour ses débuts, Titouan s’est bien débrouillé avec un switch double 1260. Lucile est malheureusement tombée les deux fois. Nous sommes en construction. Le but est de prendre la confiance au fil des compétitions.” (Aluan Ricciardi, entraîneur de l’équipe de France de Big Air et slopestyle à Ski Chrono)

Une très belle affluence à Modène… même pour les entraînements ! (© Mateusz Kielpinski/FIS)

En bref…

Yuzuru Hanyu est bien de retour

Le patineur artistique japonais Yuzuru Hanyu a signé son grand retour à la compétition, et avec la manière. Le Nippon – auteur d’une combinaison inédite quadruple boucle piquée-triple axel lors du libre – a dominé le Grand Prix d’Helsinki le week-end passé en cumulant 297.12 points après les deux programmes, soit presque 40 de plus que le deuxième, le Tchèque Brezina… La Bérézina fut totale pour ses concurrents. Notons, enfin, que la Russe Alina Zaigitova, championne olympique en titre, l’a emporté chez les dames tandis qu’aucun patineur français n’avait fait le déplacement en Finlande.

Yuzuru Hanyu sur la glace de la patinoire d’Helsinki. (© Joosep Martinson/ISU/Getty Images)
Un podium et du chocolat en short track

La Coupe du Monde de short track a fait son grand retour le week-end dernier à Calgary (Canada). Les Français – sans Tifany Huot-Marchand, que nous avions interviewé avant son départ pour les Jeux, non retenue – ont signé de bons résultats. Véronique Pierron, la copine d’entraînement de Huot-Marchand, a pris une magnifique troisième place sur le 1 000m dominical. Il s’agit du premier podium à ce niveau pour la Sedanaise qui déclarait à L’Union il y a quelques jours de cela que sa carrière n’était plus que “du bonus.” En outre, Thibaut Fauconnet a pris la quatrième place du 1 500m tandis que Sébastien Lepape et Aurélie Monvoisin ont terminé à la deuxième place de la finale B sur cette même distance, Lepape remportant même la finale B du 500m. Un très bon premier week-end de Coupe du Monde, à confirmer à Salt Lake City en fin de semaine.

“Je pense que le public de Calgary vient de me donner une énergie supplémentaire aujourd’hui. J’espère maintenant que cette médaille inspirera plus d’enfants en France à tenter leur chance en short track et à pratiquer ce sport incroyable.”(Véronique Pierron à l’ISU après son premier podium individuel en Coupe du Monde) 
Le Chinois Wu Dajing lors du 500m de Calgary. (© Derek Leung/ISU/Getty Images)
Calgary reste dans la course aux Jeux 2026

Le conseil municipal de la ville de Calgary, par 8 voix contre 15, a voté contre le maintien de la candidature de la cité canadienne à l’organisation des Jeux 2026. Le seuil des 10 voix n’ayant pas été atteint, le chemin menant au référendum populaire du 13 novembre prochain s’est ouvert. Ce sera à la population de décider si Calgary rejoint Milan et Stockholm au rang des villes prétendantes officiellement aux Jeux 2026. 

Le slalom géant de Sölden repris par Saalbach

Le vent et la neige avaient contraints les organisateurs de la Coupe du Monde de Sölden d’annuler le géant masculin qui devait lancer la saison de Hirscher, Pinturault and co. Grâce au nouveau règlement de la FIS, cette épreuve sera reprise cet hiver : ce sera dans la station autrichienne de Saalbach le 20 décembre prochain entre le parallèle d’Alta Badia et le slalom de Madonna di Campiglio. Ce sera la première épreuve masculine disputée dans cette station depuis 2000.

Le programme du Ladies Night Tour est tombé !

Lancé en 2015, le Ladies Night Tour s’étoffe cet hiver avec cinq étapes au programme : Méribel, Courchevel, Font-Romeu, Métabief et Morzine. Le but de cette épreuve, disputée pendant les vacances scolaires hivernales, est de mesurer la relève du ski alpin français aux membres de l’équipe de France le temps d’un slalom parallèle, le tout dans une ambiance conviviale. 

Retraite pour Mike Riddle

La semaine dernière, c’était Janne Ahonen qui annonçait sa retraite, cette semaine c’est le skieur acrobatique canadien Mike Riddle qui raccroche le matos hivernal. Le natif d’Edmonton l’a annoncé dans un post Instagram. Ce fut un des rivaux de Kevin Rolland : il a été champion du monde en 2011, vainqueur de la Coupe du Monde en 2013 et vice-champion olympique en 2014. 

Mike Riddle avec son globe de cristal en 2013. (© Javier Soriano/AFP)
La Team Poneys s’amuse…

Finissons cette chronique sur une note de douceur avec les photos publiées sur les réseaux sociaux par les fondeurs de l’auto-proclamée Team Poneys (le collectif sprint de l’équipe de France de ski de fond). En voici un aperçu… L’hiver s’annonce bon !

+ Une semaine sur la planète blanche #1

+ Une semaine sur la planète blanche #2

A propos de Florian Burgaud 49 Articles
Amoureux de sport depuis tout petit. Les sportifs d'hiver c'est la vie. Étudiant en M1 journalisme sportif à l'EDJ Nice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*