Euro 2019 : Le Portugal, clap de fin pour la génération championne d’Europe en 2014 ? (7/9)

Marcos Freitas tentera de hisser son équipe en finale des championnats d'Europe comme il y a deux ans. (Rémy Gros/ittf.com).

Du 3 au 8 septembre prochains, le monde de la petite balle jaune aura les yeux braqués sur Nantes, où 24 pays se disputeront le titre de champion d’Europe par équipes de tennis de table. Peu mise en avant et peu diffusée à une large audience, cette discipline olympique (il est bon de le rappeler) est certainement celle qui demande, au paroxysme de l’effort, une totale coordination entre physique, technique, mental et tactique. A l’aube de cette 38ème édition des « Europe », Agora Sports vous présente les favoris pour la médaille d’or, dans les tableaux masculin et féminin. Septième épisode, l’équipe du Portugal masculine, titrée en 2014.

Ils avaient réalisé ce que beaucoup pensaient irréalisable : battre l’Allemagne avec l’ancien numéro un mondial Timo Boll dans ses rangs. Les Portugais ont mis fin, le 28 septembre 2014, à sept années de domination outrageuse des joueurs d’outre-Rhin, sept années pendant lesquelles ils ont remporté seize titres européens (simple, double, tournoi par équipes confondus) sur vingt possibles. Cinq ans plus tard, que reste-t-il de la sélection lusitanienne qui avait fait souffler un vent de fraîcheur sur l’Europe du ping ?

Une formation portugaise vieillissante et en perte de vitesse

Avec ses trois « rescapés » de Lisbonne 2014, l’équipe portugaise n’a plus l’allant qui faisait d’elle une prétendante au titre. Marcos Freitas (31 ans, 26ème mondial), Tiago Apolonia (33 ans, 59ème) et Joao Monteiro (36 ans, 132ème) seront épaulés par une jeune garde encore timide à l’échelle européenne : Diogo Carvalho (26 ans, 162ème) et Diogo Chen (23 ans, 248ème).

Joao Monteiro (ici aux Mondiaux par équipes 2018 en Suède) épaulera Marcos Freitas dans la quête d’un nouveau podium européen. (Rémy Gros/ittf.com).

Au cours de l’année de son sacre continental, le Portugal avait pourtant terminé cinquième des Mondiaux par équipes, avant de réitérer la même performance deux ans plus tard, faisant de lui l’une des valeurs sûres du tennis de table international. Emmenée par un Marcos Freitas alors au sommet de sa forme (voir ci-dessous), la sélection du pays des Œillets a atteint en 2017 la finale des championnats d’Europe par équipes mais elle est depuis sur la pente descendante. Non tête de série pour le grand rendez-vous de Nantes, le Portugal ne fait vraiment plus peur malgré la présence de joueurs connus du Vieux Continent. A l’image de Joao Monteiro, médaillé d’or en double en 2015 et en mixte un an plus tard.

Le joueur-clé : Marcos Freitas

L’ancien n°7 mondial est l’élément moteur de son équipe, quelque peu dépendante de ses résultats. Champion d’Europe en double avec le Croate Andrej Gacina en 2011, Marcos Freitas a vu sa carrière exploser après la victoire des siens à domicile. Régulièrement placé dans les plus gros tournois (Qatar, Chine, Suède), il a notamment remporté l’Open de République Tchèque puis atteint les quarts de finale de la coupe du monde 2015 ainsi que ceux des Jeux de Rio en 2016.

Ce gaucher au jeu très offensif a néanmoins retrouvé le goût du succès avec une belle victoire sur le Japonais Koki Niwa, 11ème mondial, en République Tchèque il y a deux semaines (vidéo ci-dessous). C’est donc sur le double vainqueur de la Ligue des Champions avec Cergy-Pontoise (2012, 2013) que les espoirs portugais reposent.

L’objectif : le podium

Finaliste il y a deux ans, l’équipe lusitanienne figure toujours en bonne place sur la liste des outsiders. Au même titre que l’Angleterre, l’Autriche ou la France, le Portugal est souvent en embuscade pour se frayer un chemin sur le podium. Placé dans le groupe de la Grèce et de la Turquie, il sera attendu au rendez-vous des demi-finales. Troisième des derniers Jeux Européens de Minsk, devancé par les Allemands et les Suédois, il devra confirmer son rang en se hissant à nouveau sur la « boîte ».

Après leur titre surprise il y a cinq ans, les coéquipiers de Marcos Freitas arrivent donc en terrain connu. A eux de le reconquérir désormais.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*