Football : qui sont les joueurs sous-cotés sur la scène européenne ?

Agora Sports vous a concocté une sélection de joueurs sous-cotés du football mondial. Que ce soit des joueurs sous-estimés par leur club ou leur sélection nationale, ou même par les médias, aucun n’est jugé à sa vraie valeur. Parmi eux, des stars, des espoirs déchus… Et même des français !

 

Le « Ninja » Radja Nainggolan

(source : www.goal.com)

Radja Nainggolan, ou l’un des meilleurs joueurs de ces deux dernières années. Le belge n’a cessé de prendre de l’importance dans le jeu de la Roma depuis son arrivée en 2014, et est à présent une référence à son poste. Il est d’ailleurs incompréhensible de voir aussi peu de grands clubs s’intéresser à lui, aux vues de ses performances sous les couleurs de la Louve.

Il y a un peu de tout en lui, du Gattuso, du Xavi, du Gerrard, un savant mélange qui en font l’un des milieux de terrain les plus complet du monde. Présent dans l’impact physique, puissance, récupération, projection vers l’avant, technique, le ninja a tout pour lui. Il sait aussi marquer des superbes buts. Ajoutez à cela un mental et une attitude de guerrier, une personnalité hors du commun, une coupe de cheveux et un physique atypique, on obtient un joueur ultra charismatique, en plus de sa grande qualité footballistique.

A 29 ans, Nainggolan n’a pas la reconnaissance qu’il mériterait dans le monde du football, même si cela tend à évoluer dans le bon sens ces derniers temps. Il s’est imposé depuis quelques années comme l’homme fort de la Roma, le moteur de l’équipe, en restant impressionnant de régularité (plus de 150 matchs en 4 ans avec les Giallorossi). Au niveau international, il pourrait être l’une des pièces maîtresses de la sélection belge pour la coupe du monde, et les Diables Rouges devraient s’appuyer sur Nainggolan autant qu’ils s’appuient sur leurs joyaux Kevin de Bruyne et Eden Hazard.

 

Le cas Javier Pastore

(source : rmcsport.bfmtv.com)

Javier Pastore a un potentiel énorme, il est doté d’une technique et d’une vision du jeu largement au-dessus de la moyenne. Arrivé au PSG en 2011 pour 43 millions d’euros, l’argentin alors âgé de 22 ans, était donc annoncé comme un espoir du football mondial.

C’était un espoir et à juste titre, ses performances à Palerme et ses premiers pas sur les pelouses françaises en témoignaient (notamment élu joueur du mois pour son premier mois en Ligue1). Il suffit simplement de le voir sur un terrain de football, en possession de tous ses moyens, physiquement au point, pour contempler son élégance digne des plus grands, sa facilité, sa spontanéité et sa justesse technique, qui font de lui un joueur à part.

Eric Cantona avait d’ailleurs déclaré en 2015 « Pour moi aujourd’hui, le meilleur joueur au monde, le joueur le plus excitant, c’est Javier Pastore. Pourquoi ? J’ai regardé deux matches juste pour voir jouer Pastore, pour le voir faire des passes, a expliqué Cantona. Il a quelque chose de spécial. Le football est un jeu interactif, c’est l’une des raisons de sa popularité et Pastore fait des choses qui vous surprennent toujours. Pas en marquant des buts exceptionnels, mais grâce à ses passes. C’est un joueur très créatif, le plus créatif au monde aujourd’hui. C’est pourquoi je pense qu’il est le meilleur du monde. J’adore ce genre de joueurs. » Bien que quelque peu démesuré dans ses propos, Eric  Cantona n’a pas nécessairement tort, dans le sens ou Pastore est le type de joueur dont le football a besoin. Le genre de joueur créatif et surprenant, qui donne cette magie au football, qui affole les fans.

Mais “El Flaco” a toujours peiné à s’imposer au PSG, malgré son talent et ses prestations de très haut niveau. La faute à des blessures à répétitions, qui lui empêchent d’enchaîner, lui coûtent une place de titulaire, et qui estompent ses qualités. Devoir se priver d’un tel joueur serait un énorme gâchi pour n’importe quelle équipe, et pour le football en général.

Il n’a certes « que » 28 ans, et il lui reste encore quelques années pour montrer au monde tout son talent, mais compte tenu de sa fragilité, on se demande si Javier s’imposera réellement un jour comme un joueur de classe mondiale, et s’il aura un jour la renommée qu’il mériterait. Il fait partie de ces joueurs qui peuvent changer le cours d’un match sur une passe, sur un contrôle, un geste. Il peut déstabiliser une défense grâce à son incroyable intelligence de jeu et sa spontanéité. Il voit et comprend les choses avant les autres, il voit des choses que les autres ne voient pas. Et il est, comme beaucoup l’on dit, l’un des derniers vrais numéro 10, qui rendent l’équipe meilleure, qui bonifient considérablement le jeu.

 

Sadio Mané

(source : www.lequipe.fr)

La nouvelle idole à Liverpool depuis deux saisons maintenant, c’est Sadio Mané. Orphelin de Steven Gerrard, ou encore de Luis Suarez, Liverpool a pu compter sur Philippe Coutinho qui a souvent porté les Reds à bout de bras. Aujourd’hui, Mohamed Salah a également rejoint les rangs des Reds, et forme une des attaques les plus redoutables de Premier League au coté de Coutinho, Firmino et Mané. Ce dernier est un footballeur confirmé, bien que sous-estimé au regard de ses performances.

Le petit Sénéglais, arrivé à Liverpool à l’été 2016 en provenance de Southampton, a très vite répondu aux attentes et bien plus encore. Mané sortait d’une très belle saison avec les Saints, mais peut être que tout le monde ne s’attendait pas à ce qu’il devienne si rapidement la nouvelle coqueluche d’Anfield. Il aurait pu être une erreur de casting comme l’avaient été Christian Benteke ou Rickie Lambert. Malgré quelques blessures, Mané est le meilleur buteur de Reds pour sa première saison dans l’équipe, il est l’arme offensive numéro un du club, aux dépens de Sturridge, Origi ou Firmino, et sauve les Reds à de nombreuses reprises dans des matchs indécis. Pour une jeune recrue, qui n’est pas censé être le buteur, c’est fort.

C’est devenu un footballeur exceptionnel, rapide, technique, doté d’une vivacité hors norme. Il a également développé un très bon sens du but, et n’en fini plus de surprendre de régularité. Il est indispensable à son équipe, comme à son pays. Sadio n’a malgré cela pas une cote aussi élevée que son niveau actuel ; il n’affole pas le marché des transferts, comme certains autres joueurs l’ont fait lors des derniers mercatos. Il n’a par exemple pas suscité autant d’engouement qu’Ousmane Dembélé, un joueur au profil similaire qui a explosé plus ou moins à la même période, qui est certes plus jeune mais peut être actuellement moins complet.

Mané est donc aussi très performant en sélection, puisqu’il a grandement participé à la qualification du Sénégal à la coupe du monde 2018, une première depuis l’édition 2002. Il a aussi été récompensé de sa belle saison par un place dans le 11 type de Premier League, et par une 23ème place au Ballon d’Or 2017. Il est également monté sur la 2ème marche du podium du ballon d’or Africain 2017.  De belles reconnaissances de son talent, même si Mané pas encore reconnu à sa juste valeur.

 

Kurt Zouma

(source : www.footmercato.net)

Place maintenant au défenseur français Kurt Zouma, évoluant actuellement en prêt à Stoke City. Zouma fait l’objet de ce prêt suite et à cause de ses blessures avec Chelsea, notamment une rupture des ligaments croisés. Une saison qui devrait lui permettre de retrouver peu à peu son meilleur niveau, avec pour objectif la coupe du monde 2018.

Malgré son jeune âge, les qualités de Zouma sont indéniables : il est solide, puissant, combattif, autoritaire, le genre de défenseur qui rassure une défense par ses interventions et sa rigueur. A côté de ça, il n’est pas malhabile techniquement. Tout ça à seulement 23 ans, six ans de carrière en pro et une rupture des ligaments croisés derrière lui. Le français pourrait largement prétendre à une place de titulaire dans la défense centrale de Chelsea à l’avenir, notamment aux vues des difficultés du club londonien cette saison.

Il n’en est qu’au début de sa carrière, mais son potentiel est déjà peut être sous-estimé. Zouma devra patienter l’année prochaine pour se réaffirmer sous la tunique des Blues, mais en attendant, il peut profiter de cette année à Stoke pour retrouver un rythme de haut niveau, et se forger un caractère déjà bien trempé.

Kurt peut sans doute faire une grande carrière, et devenir pourquoi pas dans les années à venir, une référence à son poste.

 

Ever Banega

(source : www.mundodeportivo.com)

Le milieu de terrain argentin, de retour au FC Seville depuis le début de la saison après un passage moyen à l’Inter, est malgré tout resté une référence discrète a son poste.

Banega a en effet des qualités qui pourraient et devraient lui permettre d’évoluer dans un club plus ambitieux encore que le FC Seville. Il pourrait être titulaire au Barça, ou à la Juve. C’est un maestro, un patron du milieu de terrain, il connaît le football, et joue naturellement avec une simplicité et une intelligence remarquable. Il a la classe typique du milieu de terrain à la Pirlo, Xavi, ou Xabi Alonso.

Le Sevillan n’est pas le joueur qui affole les statistiques, ni celui qui vend le plus de maillots, mais c’est l’une des pièces maîtresses d’une équipe de football, celui que l’on coche en premier dans le 11 titulaire. Sa propreté, sa simplicité, sa vision du jeu, et son touché de balle évidemment d’une très grande justesse, sont les qualités du parfait milieu de terrain relayeur, organisateur. Le type de joueur que l’on aime voir, qui « pue » le football, et que l’on ne peut que très rarement critiquer.

Ever pourrait avoir une place dans le 11 de l’Argentine pour la coupe du monde, c’est un profil très important dans une équipe, et dont il est difficile de se passer.

 

Juan Mata

(source : www.skysports.com)

En plus d’être un exemple d’altruisme, comme il est rare de voir dans le football aujourd’hui (puisqu’il reverse une partie de son salaire à des associations), Mata est un joueur fabuleux, un joueur qu’il vaut mieux avoir dans son équipe.

L’espagnol a toujours évolué dans des grands clubs (Valence, Chelsea, Man Utd), et a toujours posé sa belle patte gauche dans le jeu de son équipe, signant des prestations et des gestes de très très haut niveau. Il joue avec une telle facilité, son pied gauche génial le lui permettant, qu’on pourrait croire qu’il joue un simple match entre amis lorsque qu’il est sur le terrain. Sa spontanéité, sa qualité technique, et sa capacité d’accélération dans l’entrejeu, autant de points forts qui lui permettent de faire des différences individuellement, mais qu’il sait aussi mettre au service du collectif.

Bien qu’ayant connu une brillante carrière, il aurait très certainement pu viser encore plus haut aux vues de ses qualités intrinsèques et ses facilités. Son faible temps de jeu avec la Roja est également dommageable, même si l’on sait que la concurrence est rude avec David Silva, Iniesta, et Isco maintenant.

Dire qu’il est sous-coté est peut-être un peu exagéré, car il a en effet généré des gros transferts (Valence – Chelsea 30M , Chelsea – Man Utd 45M), et a régulièrement été complimenté au long de sa carrière. Mais son talent et son jeu ne sont peut être pas valorisés autant qu’ils devraient l’être.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*