[LUNDI PING #2] Liu Shiwen gagne la Coupe du monde, les clubs français brillent en Ligue des Champions et à la découverte de Fan Zhendong

La Chinoise Liu Shiwen a remporté sa cinquième Coupe du monde, un record. (Rémy Gros/ittf.com).

Alors que les clubs français se rebiffent en Ligue des Champions, les Chinois règnent sur le circuit individuel. Grâce aux victoires de Liu Shiwen à la Coupe du monde et de Fan Zhendong à l’Open d’Allemagne, ils restent les maîtres du tennis de table. Agora Sports vous résume l’actu ping du mois.

Liu Shiwen, la tornade chinoise

Si Novak Djokovic avait un pendant dans le tennis de table féminin, ce serait certainement Liu Shiwen. La joueuse de 28 ans est désormais à une marche d’un exploit accompli une seule fois dans l’histoire du ping. A l’instar du Serbe, qui a gagné les quatre tournois du Grand Chelem d’affilée entre 2015 et 2016, il ne manque plus qu’un succès lors des World Tour Grand Finals en décembre pour égaler sa compatriote Zhang Yining qui, en 2005, avait remporté les championnats du monde, la Coupe du monde et les Finales en simple.

Lauréate de sa cinquième Coupe du monde (un record), la cinquième joueuse mondiale domine outrageusement les grands rendez-vous cette saison. « Seulement » finaliste des Opens du Qatar et du Japon en 2019, la n°5 chinoise avouait ne pas avoir « pensé à ces précédents résultats en Coupe du monde » avant de venir à Chengdu, théâtre de son nouveau titre sur la scène internationale. « J’ai disputé ce tournoi comme s’il s’agissait d’un championnat du monde ou des Jeux Olympiques », précise-t-elle également sur le site de la fédération internationale. Après sa victoire aux Mondiaux en avril dernier, elle se tourne déjà vers Tokyo 2020 et la médaille d’or, unique titre qui manque dans son immense palmarès. En s’imposant au Japon en août prochain, elle serait la sixième joueuse de l’histoire (et la sixième Chinoise) à avoir glané tous les titres majeurs du tennis de table.

Ligue des Champions : Les Loups d’Angers n’ont plus un appétit d’ogre

Après une entrée en matière compliquée face à deux des favoris pour le titre européen, Angers et Villeneuve-sur-Lot ont remis la marche en avant en signant leur premier succès en Ligue des Champions. Les joueurs du Maine-et-Loire se sont défaits des Espagnols de Leka Enea (3 points à 2) tandis que les Lot-et-Garonnais ont corrigé les Portugais de Juncal (3-0).

Face à une équipe espagnole bien plus faible sur le papier, les Angevins avaient l’obligation de l’emporter pour maintenir l’espoir d’une qualification pour les quarts. Avec leur joueur n°1 classé à la 57ème place mondiale, le Suédois Jon Persson, les Français ont difficilement fait respecter la logique. Battus deux fois par le n°1 adverse, Hampus Soderlund, modeste 603ème mondial, les demi-finalistes de l’édition précédente ont failli dire adieu à leur rêve européen dès la deuxième journée de la Ligue des Champions. Persson, puis Jens Lundqvist ont permis à leur équipe de rester à hauteur de leurs adversaires avant que Joao Geraldo n’arrache cette victoire si importante pour l’avenir du club en Europe. Jeudi prochain, les Allemands de Mulhausen les attend. Un morceau bien plus conséquent pour les Loups d’Angers.

Ligue des Champions : Villeneuve ouvre son compteur de victoires cette saison

Du côté de Villeneuve, l’histoire est en marche. Pour leur première participation, les joueurs du PPC ont conquis leur premier succès en Ligue des Champions. L’actuel dernier du championnat de France (zéro victoire en trois journées) s’est ainsi fait plaisir face à Juncal.

Privés de leur leader, l’Iranien Nima Alamian, 97ème mondial, lors du premier match, les Lot-et-Garonnais ont également bénéficié de l’arriver du Qatari d’origine chinoise Li Ping, champion du monde en double mixte en 2009. Ces deux renforts de poids pour le club tricolore ont apporté une grosse densité dans une équipe à la dérive depuis le début de saison. Cette première victoire toutes compétitions confondues s’est dessinée très rapidement grâce aux larges succès de Li et Alamian en trois sets, avant que le Russe Lakeev n’imite ses coéquipiers. Un contraste saisissant entre le deuxième de la poule C de Ligue des Champions et la lanterne rouge de Pro A.

A la découverte de… Fan Zhendong

Fan Zhendong s’est imposé contre Xu Xin en finale de l’Open d’Allemagne (Rémy Gros/ittf.com).

Il y a un an, nous comparions Fan Zhendong à Kylian Mbappé, juste après leur succès en Coupe du monde, dans leurs disciplines respectives. Douze mois après, la comparaison tient toujours la route. Mais dans un sens moins favorable. Avec leur réputation de prodiges du foot et du ping, ils éprouvent aujourd’hui quelques difficultés à confirmer leur nouveau statut.

Fan Zhendong est en effet au cœur de cette phase. Malgré sa place de n°2 mondial, le Chinois nous a tellement habitués à truster les titres en 2018 que chaque sortie de piste inopinée se transforme en catastrophe. Vainqueur des Opens de Hongrie, du Qatar et de Suède l’an passé ainsi que de la Coupe du monde, il n’a débloqué son compteur de trophées que ce mois-ci, avec la Coupe d’Asie et l’Open d’Allemagne, la semaine dernière. Lauréat pour la deuxième fois de sa carrière de l’autre côté du Rhin, le joueur de 22 ans s’est offert une bouffée d’air à un mois d’entamer la défense de son titre acquis à Disneyland Paris la saison dernière.

Décevant lors des Mondiaux en avril (battu en huitièmes de finale), Fan Zhendong est actuellement considéré comme le successeur de la génération de trentenaires chinois avec Xu Xin et Ma Long en tête de gondole. Le souci pour le natif Guangzhou est que ses aînés sévissent encore sur le circuit. Le premier nommé domine le classement ITTF et le second a remporté son troisième titre de champion du monde cette année. Peu enclins à raccrocher la raquette, ces derniers sont non seulement ses adversaires lors des compétitions internationales mais aussi ses coéquipiers lors des grands rendez-vous internationaux sous le maillot de la sélection. Un statut parfois difficile à apprivoiser.

Si les trois monstres du ping se retrouveront sous le même maillot à l’occasion de la Coupe du monde par équipes du 6 au 10 novembre, Fan Zhendong a néanmoins réussi à évincer Xu Xin de la Coupe du monde en individuel (29 novembre-1er décembre), en sa qualité de vainqueur de la Coupe d’Asie, l’autre place du contingent chinois étant la propriété de Ma Long…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*