[LUNDI TENNIS] Kiki Bertens et Gaël Monfils font la passe de dix et la surprise Benjamin Bonzi

Très appliqué à Rotterdam, Gaël Monfils a remporté son 10ème titre sur le circuit (Twitter/ABN AMRO WTT).

Tenants du titre à Saint-Pétersbourg et Rotterdam, Kiki Bertens et Gaël Monfils ont soulevé leur dixième trophée la semaine passée. Finaliste au Challenger de Bengaluru, le Français Benjamin Bonzi bondit de 120 places au classement ATP. Agora Sports vous résume la semaine tennis qui vient de s’écouler.

Monfils, un titre et une métamorphose à Rotterdam

Il aura fallu attendre ses 33 ans pour le voir soulever deux trophées au cours d’une même saison. Cette performance, Gaël Monfils l’a même réalisée en l’espace d’une semaine, après avoir triomphé à Montpellier. Vainqueur à Rotterdam et fort de neuf victoires consécutives, il a montré qu’en 2020 « Lamonf » allait être dur à battre.

Sans pratiquer un tennis flamboyant, le Français a appliqué le même plan de jeu tout au long de sa semaine néerlandaise. En laissant ses adversaires faire le jeu, il forçait ces derniers à jouer le coup de trop, parfois au terme de rallyes éreintants. Aux Pays-Bas, Monfils a beaucoup fait l’essuie-glace, a souvent cherché un second souffle mais est toujours sorti vainqueur de ses confrontations. Et malgré sa qualité de frappe, notamment en coup droit, le Parisien a contenu cette fougue qui l’animait il y a encore quelques saisons pour enchaîner trois victoires sur des top 40 dans un même tournoi pour la première fois depuis un an (Evans, Krajinovic et Auger-Aliassime).

Désormais troisième à la Race (derrière Djokovic et Thiem), le n°1 français semble plus posé dans son jeu, même si son côté fantasque et showman ne le quittera sans doute jamais. Comme s’il prenait conscience que gagner un match ne faisait pas qu’à coup de points gagnants. Cette métamorphose tennistique du joueur le plus prolifique cette saison (13 succès en 15 matches) augure quelque chose de bon pour le clan Monfils. Suivi par l’Américain Liam Smith depuis décembre 2018, le double lauréat de l’ATP 500 de Rotterdam ne s’est pas embarrassé pour clamer haut et fort : « On a de plus gros objectifs, j’espère que c’est le début de quelque chose pour cette saison ».

Bertens reste la tsarine à Saint-Pétersbourg

Kiki Bertens a, elle aussi, fait coup double cette semaine en conservant son titre acquis l’an passé en Russie. La huitième joueuse mondiale était au-dessus du lot cette semaine en jouant un tennis offensif (comme à son habitude) mais propre, au point de n’avoir concédé qu’une seule manche en quatre matches. La Néerlandaise, spécialiste de la terre battue (8 titres sur 10 sur ocre), a mis fin à la malédiction qui s’abattait sur elle depuis quelques mois, elle qui restait sur trois finales perdues d’affilée.

A Saint-Pétersbourg, Bertens a fait état de sa puissance mais aussi de son jeu en variations avec son slice de revers et son coup droit plus arrondi pour dérouter notamment les Russes Kudermetova, Potapova et Alexandrova dont la force de frappe demeure l’arme principale. Victorieuse en finale de la Kazakh Elena Rybakina, la demi-finaliste de Roland-Garros 2016 ouvre ainsi avec autorité son compteur de titres cette saison et conforte sa place dans le top 10.

La surprise de la semaine : Benjamin Bonzi (FRA)

Roland-Garros 2017. Adversaire : Daniil Medvedev. Sur l’un des courts annexes de la Porte d’Auteuil où l’ambiance demeure bien souvent à la hauteur de l’événement, un Français de 20 ans, 266ème mondial, tient tête à un Russe situé 200 places plus haut à l’ATP. Benjamin Bonzi réalise cette année-là le plus bel exploit de sa carrière en battant l’actuel pensionnaire du top 5 (5-7, 6-4, 6-1, 3-1 ab.) au premier tour du Grand Chelem parisien. Depuis, une réussite qui le fuit et un retour par la case Futures pour se refaire la cerise et grimper à nouveau les échelons du circuit international.

Sur la route de cette reconquête, Bonzi s’est offert une deuxième finale en Challenger, à Bengaluru (Inde), la première depuis près de deux ans. Le Nîmois a même sorti deux membres du top 100 : le Japonais Yuichi Sugita, 82ème (6-7, 7-5, 6-4), et l’Italien Stefano Travaglia (6-3, 6-4). Seulement défait par l’Australien James Duckworth (6-4, 6-4), le Français a fait un bond de 118 places au classement pour désormais pointer au 250ème rang. Benjamin Bonzi a épaté son monde en Inde. En attendant de le revoir dans les 200, voire mieux…

Le reste de l’actu en bref

Le Britannique Kyle Edmund s’est imposé à New York après sa victoire sur Andreas Seppi en finale (7-5, 6-1). Il s’agit de son deuxième titre sur le circuit principal après Anvers en 2018.

Le Norvégien Casper Ruud a ouvert son compteur à Buenos Aires. Il a dominé le Portugais Pedro Sousa (6-1, 6-4) et est désormais 34ème mondial.

Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert ont brillé à Rotterdam en remportant leur 16ème tournoi ensemble. Ils ont disposé en finale du Finlandais Henri Kontinen et de l’Allemand Jan-Lennard Struff (7-6, 4-6, 10-7) et lancent enfin leur saison sur des bons rails après leur défaite au premier tour de l’Open d’Australie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*