[6-PREVIEW] Los Angeles Clippers : la dernière danse ?

Chris Paul, Deandre Jordan, Blake Griffin (c)LATimes

Tous les ans c’est la même chanson, on s’attend à ce que les Clippers perforent leur plafond de verre qui les maintient au deuxième tour des Playoffs. A l’aube d’une nouvelle saison, l’effectif touché dans son orgueil voit peut-être l’une de ses dernières chance de monter dans la hiérarchie avant que sa fenêtre de tir ne se referme.

Après leur choke impressionnant face aux Rockets, tout le monde s’attendait à ce que Lob City revienne complètement énervé et roule sur la saison régulière afin d’arriver en Playoffs. Que nenni, la saison des Clippers a surtout été marqué par l’affaire Blake Griffin. Après un bon début de saison, le grand roux a voulu jouer à Punch Out avec un intendant de la franchise. Résultat _ match manqués, le karma s’étant chargé du reste. En effet alors que Curry se blesse au premier tour des Playoffs et entrouvre une chance de finale de conférence aux Clippers qui perdent malheureusement Paul et Griffin lors du game 4 face à Rip City.

Retour à la case départ pour cette intersaison. Faute d’espace dans le salary cap, les membres du banc qui ont performés quittent la cité des anges (on pense notamment à Cole Aldrich solide pivot remplaçant parti dans le Minnesota), et on tente de reformer une nouvelle alchimie autour des arrivants.

Point Roster

départs : Pablo Prigioni(Rockets), Jeff Green(Magic), Cole Aldrich (Timberwolves), C.J Wilcox (Magic), Jeff Ayres, Brenden Dawson (Magic).

arrivées : Brandon Bass (Lakers), B. Johnson (draft), Raymond Felton (Mavericks), Mareese Speights (Warriors), Alan Anderson (Wizards).

contrats garantis : Chris Paul, Deandre Jordan, Blake Griffin, Jamal Crawford, Austin Rivers, JJ Redick, Wesley Johnson, Paul Pierce, Luc Mbah A Moute, Brandon Bass, Raymond Felton, Marreese Speights, Alan Anderson, Brice Johnson, Diamond Stone.

training camp (non-garantis) : Dorell Wright, Xavier Munford.

5 majeur : Chris Paul – JJ Redick – Luc Mbah A Moute – Blake Griffin – DeAndre Jordan.

Une recherche de rédemption

Cela va faire minimum deux ans que les Clippers ont réellement le matériel pour atteindre leur graal mais à chaque fois ils semblent se mettre eux même en porte à faux de leur propre réussite. Que ce soit les joueurs eux-mêmes ou le staff, Choke Lob City semble être un corps en perpétuelle tentative de suicide. La polémique autour de la blessure de Griffin n’est pas le seul écueil de la saison de la franchise de Los Angeles.
Avant cette saison, les Clippers traînaient déjà une mauvaise réputation auprès du public, c’est même probablement la franchise la plus honnie de la ligue. Comprenez donc qu’ils n’arrangent pas leur affaire avec toutes ces bisbilles extra-sportives et ces histoires de vestiaire qui ont un impact réel sur le terrain. La réussite de la bande passera tout d’abord par un état d’esprit irréprochable. Les Clippers demeurent et de loin l’équipe qui passe le plus de temps à pleurnicher sur l’arbitrage (plus gros nombre de fautes techniques et de loin en saison régulière) et leur nouveau visage doit passer avant tout par une prise de responsabilité. Le papier de Blake Griffin sur Player’s Tribune va dans le bon sens, manque plus qu’à confirmer sur les parquets. Aujourd’hui plus que jamais, les Clippers sont attendus au tournant que ce soit par leurs fans mais aussi par la ligue entière. Les joueur ont “fauté” mais ne dédouanons pas leur coach (souvenez-vous de Josh Smith et Lance Stephenson) . Pour vous dire qu’on attendait vraiment de voir les choix que le GM Rivers allait effectuer.

Les Chantiers Perpétuels du Doc

L’effectif est en grande partie inchangé à la fois par manque d’espace dans le salary cap mais aussi par une volonté du Président-GM-Coach-Père de conserver le coeur de l’équipe. Les dirigeants ont donc recherchés comme les années précédentes à conserver les pièces importantes du puzzle avant de recruter. Allez savoir pourquoi, la première négociation du Doc se nomme Austin qui finira par signer pour 35M/an (avec player option offerte par Papa). s’en suit le dossier Jamal, un peu vexé de passer derrière le fiston adoré, mais il signe lui aussi (42 M sur 3 ans avec la PO qui va bien). Avant de passer à la distribution de salaire minimum on prolonge aussi les cols bleus Wes Johnson et Mbah a Moute contre des bouchées de pain (respectivement 18M/3 ans et 4.7M/2 ans avec players options à la clé).
Avant de parler des ajouts sur le banc, on va saluer les picks des Clippers à la draft donc bonjour à Stone (pivot) & Brice Johnson (Ailier Fort) et bonne chance pour obtenir du temps de jeu.
Passons au plat de résistance, l’actuel recrutement. sans réel flexibilité financière pour acheter des gros contributeurs en sortie de banc. Doc a donc cherché à recruter malin comme chaque année, des contributeurs d’expérience capable d’apporter sur le terrain mais aussi dans le vestiaire. Bienvenue Felton (1.5M sur 1 an), Speights (3M/2ans avec Player Option), Brandon Bass (1.5M/1 an), Anderson (1.3 pour 1 an).

Comment depuis plusieurs années l’effectif des Clippers est séduisant sur le papier mais dénote aussi de gros problèmes structurels une fois sur le parquet. Tout d’abord, le 5 des Clippers est toujours orphelin d’un vrai poste 3 efficace des deux côtés du terrain. Wes Johnson a montré des progrès au shoot extérieur la saison dernière mais il fait preuve de tellement d’irrégularité défensives que Mbah A Moute lui est préféré avec son apport offensif proche du néant (no shoot, pas un bon cutter/slasher). Ce soucis récurrent mis en relation avec la raquette presque incompatible Griffin – Deandre fait du mal à l’attaque des Clippers car beaucoup trop statique et reposant la plupart du temps sur le seul CP3. Doc émet qu’une solution pourrait être de faire plus shooter Griffin à 3 points (Pierce réalisant sa dernière saison) afin d’étendre la zone sur laquelle doit défendre leurs adversaires.
L’autre soucis récurrent des coéquipiers de Chris Paul concerne l’apport du banc (ou l’usage du banc selon le point de vue). Felton aura peut-être d’être le remplaçant de Chris Paul à la mène (à moins que fils lui soit préféré comme l’an dernier) après sa série de Playoffs encourageante face à OKC avec les Mavs. On devrait aussi avoir plus de Point-Griffin (comprendre Griffin avec des responsabilités de playmaking comme avant son coup de poing) avec Bass en protecteur d’arceau à ses côtés. On risque de voir un cinq avec Paul-Deandre (Rivers,Mbah/Anderson, Speights) et un autre qui sera emmené par Blake (Felton/Rivers, Redick, Jamal, Bass) pour limiter les éclats. Doc a aussi émis l’idée de parfois jouer très petit avec 3 arrières pour forcer le tempo, améliorer le mouvement de balle mais aussi combler offensivement son manque de poste 3 de qualité supérieure. De cet apport du banc dépendra la fraîcheur de Chris Paul et Griffin (sujet aux blessures) en Playoffs et donc la finalité de la saison de la “famille Rivers”.
On va finir l’état des points à améliorer en évoquant le secteur défensif. Les Clippers ont peu intérêt à switcher (ce qu’ils font plus que de raisons) en raison du morpho-type de leurs guards et de leur manque d’implication défensive. Beaucoup trop de responsabilités sont portées sur le seul Deandre, résultat, il se retrouve trop souvent à défendre sur des meneurs, loin de sa zone d’influence et ça offre énormément de mismatchs. Cette donnée s’expriment aussi statistiquement : en proposant une association Griffin – Jordan, ils disposent du 29ème différentiel en rebonds et offrent donc énormément de secondes chances à leur adversaires. On attend un step-up de tous de Chris Paul (cité en 1st Defensive NBA Team) à Blake Griffin dont des progrès en défense pourraient offrir de nouvelles possibilités à son équipe.

 

Et si c’était la bonne année ?

Malgré l’état alarmiste que l’on réalise sur la dernière saison tout n’est pas à jeter et certains critères d’espoirs peuvent être entrevus. CP3 est toujours l’un des 3 meilleurs meneurs de la ligue et a réalisé une saison de réel patron. Mais Deandre Jordan s’est affirmé comme le ciment de la peinture avec à la blessure de Blake. Il s’est inscrit comme l’un des meilleurs pivots défensifs de la grande ligue (1st All NBA Team, au détriment de Demarcus Cousins). Suite à son vrai-faux départ vers Dallas il a assumé son contrat avec une saison avec des moyennes 12.7 pts, 13.8 rbds et 2,3 blks par match. Il a terminé l’année en beauté en étant un grand contributeur au succès olympique de Team USA à Rio. Ajoutons à Deandre, la saison encore solide de Redick, meilleur pourcentage à 3pts sur la saison (minimum 100 tentatives) ou celle de l’inépuisable Jamal Crawford (6ème homme de l’année).
On a déjà évoqué le problème du poste 3 (un slasher sachant couper) et du banc mais les progrès de Blake Griffin derrière l’arc et des schémas défensifs plus efficaces pourraient permettre à Lob City d’enfin atteindre son objectif minimal. En effet seul les Warriors semblent intouchables dans la conférence Ouest et les Clippers semblent en mesure physiquement tout du moins de tenir en respect des équipes comme Memphis, Portland ou OKC et de défier droit dans les yeux les Spurs de Pop pour enfin atteindre leur objectif minimum, la finale de conférence.
Le plus frustrant avec les Clippers, c’est qu’ils ont vraisemblablement tout pour atteindre leur objectif, cette année encore plus que les saisons précédentes. Le choix de repartir avec l’intégralité du cœur de l’effectif est respectable mais les enfants du Doc n’auront cette année aucune excuse quant à un échec dans leur entreprise. Car même si Steve Ballmer semble prêt à allonger la planche à billet pour retenir ses deux figures de proue, reste à savoir si eux n’auront pas envie d’un nouvel environnement au vue de la fenêtre de tir qui se referme à LA. Mais avant de parler contrats, une réaction d’orgueil est attendue pour au moins repousser l’échéance. Le Now or Never qui les caractérise n’a jamais été aussi pressant.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*