Kevin Mayer fête aujourd’hui ses 25 ans

Mayer
Kevin Mayer après sa médaille olympique sur décathlon (Lee Jin-man/AP/SIPA)

Kevin Mayer, plus grand décathlonien français de tous les temps, est né un 10 février 1992 à Argenteuil (Val d’Oise). Vice-champion olympique en 2016 à Rio de Janeiro où il a établi l’actuel record de France du déca avec 8 834 points, le jeune homme bourré de charisme et de talent originaire d’Ardèche et rattaché au club Rhône Vercors, a encore du pain sur la planche…

Le décathlon, une découverte couronnée de succès

Kevin Mayer a commencé l’athlétisme alors qu’il était en classe de cinquième. Auparavant, il fut élevé au tennis et au handball. À Bressanone, le 9 juillet 2009, à l’occasion des championnats du monde de la jeunesse, il obtient un score de 6 478 points à l’octathlon, à seulement 4 points du record du monde cadet. Prometteur !

Aux championnats du monde juniors en 2010 à Moncton (Canada), où il améliore le record de France junior, il prouve au monde entier son talent et sa maturité. Puis il améliore un an plus tard son record aux Championnats d’Europe juniors, qu’il remporte à Tallinn, avec 8 124 points, égalant également le record des championnats.

2012-2016, décollage imminent

En 2012, Kevin Mayer débute sa saison par un décathlon à Cannes. Il réalise 8 091 points, ce qui représente son meilleur total chez les seniors. Aux Championnats d’Europe d’Helsinki, en quête du minima olympique et favori pour le podium, il abandonne dès la deuxième épreuve. Trois jours plus tard, il se rend à Bruxelles, ultime chance de réaliser le minima olympique et bat son record à la longueur (7,63 m) et à la hauteur (2,09 m), totalisant 4 227 points au terme de la première journée. Après une remarquable seconde journée, au cours de laquelle il bat tous ses records, il totalise 8 415 points, et réalise les minima, battant au passage le record de France espoir de la discipline, détenu depuis 1985 par William Motti (8 306 points). Lors des JO de Londres, le Français termine 15e du classement final avec 7 952 points, bien loin de ce qu’il avait réalisé à Bruxelles, mais l’expérience est bien en formation…

En 2013, Kevin Mayer remporte sa première médaille internationale senior en décrochant l’argent des Championnats d’Europe en salle de Göteborg avec un nouveau record personnel en Heptathlon. Il y améliore tous ses records personnels : 8 s 01 sur 60 m haies, 7 s 10 sur 60 m, 7,54 m en longueur, 2,05 m en hauteur, 5,20 m en perche, 15,16 m au poids et 2 min 37 s 30 sur 1000 m. Il n’est devancé que par le Néerlandais Eelco Sintnicolaas, avec qui il établit une belle rivalité sur la scène européenne. Pendant la saison estivale, il remporte la Coupe d’Europe avec 8 390 points. Le mois suivant, il échoue au pied du podium des Championnats du monde de Moscou, malgré un record personnel à la clé (8 446 points).

Le 13 août 2014, lors des Championnats d’Europe de Zürich, Kevin Mayer est sacré vice-champion d’Europe du décathlon, portant son record personnel à 8 521 points. Il est devancé par le Bélarusse Andrei Krauchanka (8 616 points). Il annonce le 12 août 2015 son forfait pour les mondiaux de Pékin qui se dérouleront du 22 au 30 août, à la suite d’une douleur aux ischios-jambiers.

En 2016, Mayer arrive à Rio sûr de ses forces…

Le coup de cœur à Rio

De tous ceux qui ont pris part aux Jeux de Rio 2016, Kevin Mayer fait partie de cette catégorie qui a bluffé tout le monde sans avoir remporté la médailler d’or tant convoitée. Le décathlonien n’a pris « que » la médaille d’argent dans la cité carioca. Pourtant, il a réellement marqué les esprits par sa performance mais aussi par sa personnalité.

Si Kevin n’a pas été champion olympique, c’est surtout parce qu’il doit composer avec un monstre dans sa discipline : Ashton Eaton, recordman du monde, double champion du monde, désormais double champion olympique et retraité. L’Américain est donc resté au sommet, mais il a été titillé comme jamais par un Kevin Mayer épatant pendant deux jours au Stade Olympique de Rio. En pulvérisant son record personnel du haut de ses 8834 points, il a signé la plus remarquable performance tricolore dans ces J.O. en athlétisme. Au-delà de ces considérations franco-françaises, Mayer est surtout devenu le 6e meilleur performeur mondial de tous les temps au décathlon. A défaut de conquérir le titre olympique, il a donc pris place parmi les grandes références de cette épreuve pas comme les autres, dont la dramaturgie et l’esprit unique touchent, voire fascinent. Sa fraîcheur, son enthousiasme, son ambition clairement assumée mais doublée d’un grand respect pour ses pairs, à commencer par Eaton lui-même, ont permis au grand public de découvrir un vrai personnage.

Encore jeune, il fait désormais office de chef de file de l’athlétisme français, au même titre qu’un Renaud Lavillenie. En attendant, il restera comme un des grands coups de cœur de ces Jeux de Rio 2016.

D’autres sportifs sont nés un 10 janvier, notamment Bernard Thévenet (1948), Marouane Chamakh (1984) et Marvin Martin (1988)…

A propos de Clement Carton 89 Articles
- Créateur & Community Manager d'Agora Sports - 19 ans, Lyonnais, ambition journalisme sportif. Sports de prédilection : Basketball, Tennis, Sports d'Hiver. Suivez-moi sur Twitter : @clementcarton

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*